Connaître le rôle de l’ocytocine lors de l’accouchement

L’accouchement, la phase précoce du post-partum et la lactation sont régulés par des processus neuro-endocriniens, qui agissent en cascade neurochimique, pour faciliter le déroulement physiologique de l’accouchement et le passage à la maternité. L’hormone peptidique ocytocine joue un rôle crucial dans ce processus, et est donc, considérée comme très importante pour tous les professionnels impliqués dans les soins maternels, en particulier, pour les sages-femmes qui portent une grande part de la responsabilité de la santé des mères et de leurs enfants lors de l’accouchement.

Le rôle de l’ocytocine produite pendant un accouchement

L’ocytocine est une hormone puissante, qui agit comme un messager chimique dans le cerveau. L’hormone est libérée dans la circulation sanguine, après avoir été créée dans l’hypothalamus. Les contractions, la libération de lait maternel, et la reproduction elle-même, impliquent toutes, l’ocytocine. Des recherches plus approfondies ont été menées sur les effets de l’ocytocine chez les animaux, ainsi que chez les humains. Les scientifiques ont conclu que les animaux avec des niveaux élevés d’ocytocine, ont tendance à être plus nourrissants pour leur progéniture, que ceux avec des niveaux plus bas. L’ocytocine est également connue sous les noms d’hormone de l’amour et d’hormone de liaison. Les surnoms conviennent, car l’ocytocine aide à renforcer le lien entre les mammifères, en particulier les mères et leurs bébés. L’ocytocine prépare les femmes enceintes à leur voyage avec leur bébé hors de l’utérus.

La concentration et le rôle de l’ocytocine pendant l’accouchement

Pendant la parturition humaine, la quantité mesurable d’ocytocine dans le plasma sanguin augmente, elle double pendant la phase de latence de la dilatation, et augmente encore jusqu’au deuxième stade du travail. La sécrétion pulsatile d’ocytocine par la neurohypophyse augmente en amplitude, et en fréquence pendant l’accouchement, atteignant un maximum de trois impulsions dans les dix minutes peu avant l’accouchement. Ces impulsions d’ocytocine sont déclenchées par des signaux, par la pression exercée par le fœtus sur les mécanorécepteurs du col de l’utérus et des parois vaginales, via une boucle de rétroaction positive, appelée réflexe de Ferguson. Lorsque la pression exercée sur le col de l’utérus par le fœtus, atteint un maximum, c’est-à-dire pendant la phase d’expulsion fœtale et peu après la naissance, la concentration d’ocytocine augmente de 3 à 4 fois par rapport au début du travail. Étonnamment, le profil de libération pulsatile de l’ocytocine et la fréquence des contractions utérines, ne sont pas temporellement corrélés. Cela peut être dû au fait que les contractions des cellules musculaires utérines, sont en outre, contrôlées par le système nerveux parasympathique recouvrant la fréquence des impulsions d’ocytocine. Cette dernière, stimule de puissantes contractions qui aident à affiner et à dilater le col de l’utérus, à déplacer le bébé vers le bas et hors du canal génital, et à diminuer les saignements après l’expulsion du placenta. Les niveaux d’ocytocine périphérique augmentent 15 minutes après l’accouchement. Ces niveaux élevés d’ocytocine du post-partum, sont obtenus par l’activation de l’hypothalamus, induite par le contact cutané de la mère et de l’enfant, ainsi que la stimulation des mamelons de la mère par l’allaitement.

Les conséquences d’un faible taux d’ocytocine pendant un accouchement

L’ocytocine est une hormone importante pendant la grossesse et après l’accouchement. De faibles niveaux d’ocytocine pendant le travail et l’accouchement peuvent causer des problèmes, tels que :

  • Provoquer l’arrêt ou le ralentissement des contractions ;
  • Prolonger le travail ;
  • Entraîner un saignement excessif au niveau du placenta.

Les médecins peuvent répondre à ces problèmes par des interventions. Toutefois, vous pouvez favoriser la production d’ocytocine par votre corps pendant l’accouchement en restant calme, confortable et confiante. De plus, rester debout permet à votre bébé de demeurer pressé contre votre col de l’utérus. Et enfin, stimulez vos mamelons ou votre clitoris avant la naissance, et donnez à votre bébé la possibilité de téter peu de temps après la naissance.

Afficher Masquer le sommaire
Accueil » People » Connaître le rôle de l’ocytocine lors de l’accouchement