Polanski, Darmanin, César : Adèle Haenel revient sur les polémiques

L’actrice est devenue la porte-parole de mouvements féministes fatigués de voir des hommes impunis pour les crimes qu’ils ont commis.

Adele Haenel
Source : Instagram

Le nom d’ était de toutes les bouches lors de la dernière cérémonie des César, aux côtés de celui de . Pourtant, la comédienne n’a jamais tourné pour le metteur en scène. Ce n’était pas exactement de cinéma qu’il était question. La jeune femme a ému les citoyens français en révélant avoir été victime d’abus sexuels alors qu’elle débutait à peine sa carrière. C’était lors de son premier tournage. Le petit monde du cinéma l’a logiquement soutenu. Mais quelques semaines plus tard, ce même monde félicitent Roman Polanski, en nommant son dernier film, J’accuse, douze fois aux César. La commence à peine. 

Adèle Haenel indignée, elle quitte la cérémonie en cours

Les débats se sont ouverts suite à l’annonce de ces nominations. Devons-nous différencier l’homme de l’artiste, quand bien même l’homme est un pédocriminel avaré qui a fui les États-Unis après avoir drogué et violé une fille de 13 ans ? Deux camps s’affrontent, ceux qui préfèrent se concentrer sur le cinéma et les oeuvres en elles-mêmes, et ceux qui expliquent qu’ils ne peuvent pas apprécier un film si son auteur est un criminel. , maîtresse de cérémonie ouvertement féministe, n’a pas manqué d’égratigner l’image de Roman Polanski, en se refusant à le nommer. 

Pourtant, et malgré les polémiques, le réalisateur a été récompensé par deux fois, pour son scénario et sa mise en scène. Lors de ce second sacre, le public présent a fait savoir son mécontentement. Adèle Haenel, en compagnie d’autres personnalités, a décidé de quitter immédiatement la salle, ratant de ce fait le sacre des Misérables comme meilleur film. En partant, elle hurle sa colère, disant que la cérémonie est honteuse et qu’elle récompense la pédophilie. 

Adèle Haenel revient sur la nomination de Gérald Darmanin

L’actrice a donné son avis sur la nomination au poste de ministre de l’intérieur de Gérald Darmanin, alors qu’il est accusé de viol. Une situation qui n’est pas si éloignée de celle de Roman Polanski. « La nomination de Darmanin est très très problématique. Je le vois comme une façon de s’accrocher vaille que vaille au pouvoir, de manière totalement morbide. Je le vois comme une manière de punir le peuple pour sa vitalité. (…) C’est une insulte à une partie de la population qui s’est soulevée, qui s’est soulevée dans le sens de l’humanisme. »

Adèle Haenel est en tout cas consciente du statut qu’elle a désormais et semble s’être posée la question quant à sa visibilité et la place qu’elle a désormais et de ses privilèges : J’essaie de voir dans quelles situations ils peuvent être utilisés au mieux, dans le sens d’une société plus fluide, et je voudrais aider ceux qui n’ont pas l’occasion de parler au micro, témoigner de mon soutien, de ma sororité, et faire advenir un monde, où l’humain soit (sic) plus large.” 

Roman Polanski toujours membre de l’Académie des César

La polémique a récemment été relancée suite à l’annonce des nouveaux membres de l’Académie des César. Et beaucoup ont eu la désagréable surprise de constater que Roman Polanski en faisait toujours parti. Alors que le metteur en scène a été viré de l’Académie des Oscars (après avoir été sacré pour Le Pianiste), les français ont décidé de ne pas suivre ce même chemin. 

Une décision qui a suscité la polémique et les critiques puisque l’Académie semble ne pas avoir entendu son audience. De son côté, Sandrine Kiberlain qui officiait en tant que Présidente de la soirée polémique, se rappelle de la cérémonie comme d’un bateau qui fait naufrage. Face au refus de Florence Foresti de conclure les César, l’actrice a dû elle-même trouver les mots pour terminer cette soirée problématique.

Les César ont en tout cas perdu de leur prestige et de leur crédibilité face à ces dernières décisions. Si des changements positifs ont été opérés, notamment en ce qui concerne la parité de ses membres, l’Académie continue de faire la sourde oreille, notamment en ce qui concerne les abus sexuels. La prochaine cérémonie aura pour travail de faire oublier celle de 2020.


Pierre Costero

Pierre Costero

Passionné d'écriture, je suis rédacteur web depuis sept ans. Je m'intéresse à l'actualité médiatique et la vie des célébrités en partageant avec justesse les dernières nouveautés brûlantes.