La reine Élisabeth II en colère contre Meghan Markle : sa Gracieuse Majesté n’en peut plus !

La Reine d’Angleterre est furieuse, une biographie promettant de faire de fracassantes révélations sur Meghan et Harry sort le 11 août.

Meghan Markle
Source : Getty Images

 

Décidément, « Finding freedom », de Carolyn Durrand et Omid Scobie n’a pas fini de faire des vagues. Alors que le livre n’est pas encore disponible en librairie et qu’il ne le sera qu’à partir du 11 août, la presse bruisse déjà de rumeurs. Forcément, lorsqu’il s’agit de Meghan et du Prince Harry, les fuites sont inévitables et l’ouvrage promet de faire des révélations fracassantes. Si la biographie a bien été autorisée, le couple n’a cependant pas participé à sa rédaction et les révélations tombent particulièrement mal.

Les caprices de diva de Meghan

Celle qui croyait vivre un conte de fée en épousant le Prince Harry, de son vrai nom Henry Charles Albert David Mountbatten-Windsor, pensait avoir décroché le rôle de sa vie. La starlette pensait réellement impressionner sa future belle-famille par son statut d’. Ce faisant elle avait sans doute oublié que la grand-mère de son chéri était la Reine d’Angleterre elle-même, souveraine de 7 pays indépendants du Commonwealth et titulaire du trône d’Angleterre depuis 1952. Autant dire que sa Gracieuse Majesté, qui a eu l’occasion de rencontrer toutes les stars planétaires, voire d’en anoblir comme Sean Connery ou Elisabeth Taylor n’était absolument pas impressionnée par une actrice de série télévisée. Ceci n’avait pas empêché Meghan de multiplier les caprices. Alors que la reine lui avait fait don du diadème de sa propre grand-mère, Meghan a prétendu exiger un diadème avec des émeraudes.

Si Harry a toujours été un soutien indéfectible pour sa fiancée, en Angleterre c’est Sa Majesté qui généralement tranche. L’affaire du diadème n’avait pas été la seule pierre d’achoppement lors de la préparation des noces. Il y avait aussi le désaccord sur le voile ; Elisabeth II avait fait savoir qu’elle en désapprouvait le port par la future mariée, celui-ci étant le symbole de la virginité de la future épouse. Or l’actrice en était à son second mariage.

Meghan Markle et le Prince Harry fête l'anniversaire de Archie à Los Angeles
Source : capture Twitter

Une discorde couvait depuis un moment

Le avait été le premier à s’inquiéter pour son petit frère. William en tant qu’aîné a toujours eu à cœur de protéger son frère, surtout à compter du décès de leur mère, l’inoubliable princesse Diana. Ainsi le mari de Kate a cru bien faire en suggérant à Harry de ne pas trop se précipiter et de prendre son temps de bien connaître Meghan avant de la conduire à l’autel et d’en faire la duchesse de . Cette petite phrase avait profondément blessé le second fils de Charles qui était très amoureux de la californienne. En public, les deux couples semblaient s’entendre à merveille et la presse britannique ne tarissaient pas d’éloges sur ceux qu’elle surnommait « les Fab Four ».

Au palais le personnel et les collaborateurs royaux n’acceptaient que peu la jeune femme qu’ils qualifiaient de snob et de condescendante quand ils n’en parlaient pas comme d’une actrice de seconde zone. Mais le vernis a fini par craquer et c’est à la stupéfaction générale que Harry et Meghan ont annoncé leur départ de la britannique pour s’installer d’abord au Canada, puis en Californie, contrée d’origine de la duchesse. Il est vrai que les frères étaient en froid depuis quelques temps.

meghan et harry
Source : Flickr

Elisabeth II est furieuse

Ce départ a fait grand bruit et s’était fait sans l’accord de sa gracieuse majesté, ce qui n’a pas simplifié les relations entre Harry et sa grand-mère, qui avaient commencées à se tendre à partir du moment où ce dernier s’était mis en couple avec l’Américaine.

En définitive, la reine se serait bien passée de la biographie consacré à son petit-fils et son épouse, avec ses révélations fracassantes sur la jalousie des Sussex envers les Cambridge. Entre le Megxit, l’embarrassante relation entre le prince Andrew et Jeffrey Espstein, et la crise sanitaire, la reine n’en peut plus.