J.K Rowling à nouveau accusée de transphobie : son dernier roman fait polémique !

Plusieurs fois accusée par les internautes de transphobie, l’auteure célèbre depuis Harry Potter se retrouve une nouvelle fois dans la tourmente après la parution de son nouveau roman.

JK Rowling
Source : Instagram

Les fans de la saga sont tombés de haut, il y a quelques semaines, en découvrant l’opinion très tranché (et disons-le clairement, totalement intolérant et intolérable) de l’auteure J.K Rowling au sujet des personnes trans. Visiblement peu touchée par la , elle avait récidivé en assumant totalement sa position, et avait même accordé son soutien à une femme américaine, licenciée après avoir tenu des propos transphobes. Aujourd’hui, c’est la sortie de son dernier roman, le thriller Troubled Blood qui vient mettre de l’huile sur le feu. Une nouvelle fois, l’auteure est accusée de diaboliser les personnes transexuelles. Retour sur cette polémique.

View this post on Instagram

Love this photo (:

A post shared by J.K. Rowling (@jkrowl1965) on

Les femmes transexuelles ne sont pas des femmes selon J.K Rowling

La polémique avait pris de l’ampleur sur Twitter, lorsque l’auteure avait réagit à un article où les mots suivants étaient écrits : « les personnes qui ont leur règle« . Un choix de langage inclusif qui vise à ne pas parler uniquement des femmes, mais également des personnes trans. Trop c’est trop pour la mère de Harry Potter qui avait répondu avec ironie. Les fans, mécontents, ont exprimé leur colère en expliquant qu’elle se moquait des personnes transgenres et que c’est par ce genre d’attitude que ces dernières sont niées par la société, ou pire, catégorisées et violentées.

Mais l’écrivaine avait récidivé, en aimant sur Twitter des messages disant que « les personnes trans n’étaient que des hommes en robe« . La plupart des comédiens de la saga Harry Potter se sont totalement désolidarisés de ces propos. Emma Watson avait par exemple écrit les mots suivants : « Les personnes trans sont très exactement ce qu’elles disent qu’elles sont. Ces personnes méritent de vivre leur vie sans qu’on remette ce fait constamment en question, sans qu’on leur dise qu’elles ne sont pas ce qu’elles assurent être ». 

View this post on Instagram

Look at how young they were! #tbt

A post shared by J.K. Rowling (@jkrowl1965) on

Un roman qui diabolise les personnes trans

Dans son dernier ouvrage, Troubled Blood, l’auteure est une nouvelle fois accusée de s’en prendre aux personnes trans puisque son thriller de 900 pages parle d’un tueur en série qui s’en prend à des femmes en se déguisant…en femme. Et ce n’est pas la première fois que J.K Rowling traite du sujet. Dans le deuxième tome de cette saga, elle décrivait déjà un personnage trans comme étant « instable et agressif« . C’est la goutte d’eau pour toutes les associations LGBTQIA+.

L’actrice Cynthia Nixon, dont le fils Samuel est transgenre, s’est exprimée à ce sujet pour The Independent : “C’était vraiment douloureux pour lui parce qu’une grande partie de son enfance est liée à Harry Potter. Je sais qu’elle a l’impression de défendre le féminisme, mais je ne comprends pas sa démarche.

Faut-il dès lors de se désolidariser de l’oeuvre de J.K Rowling, Harry Potter, qui a touché tant de fans à travers le monde. L’acteur principal de la saga a en tout cas souhaité défendre les personnes trans et a tenu à aller en totale contradiction avec l’opinion de l’auteure. Cynthia Nixon, elle exprime sa prise de position ainsi : “Ce qu’il a essayé de dire aux gens, c’est que si vous, en tant que personne queer ou en tant que personne non-queer, vous avez trouvé du réconfort dans ces histoires, ne laissez pas les mots de J. K. Rowling vous enlever cela. Ce sont toujours vos histoires.

Un acteur de la saga défend J.K Rowling

Si jusqu’à présent aucun comédien n’était allé dans le sens de l’auteure, J.K Rowling a enfin trouvé un soutien. C’est du côté de l’acteur de 70 ans Robbie Coltrane (qui interprète Rubens Hagrid) que l’auteure peut trouver une épaule sur laquelle se reposer, lui qui pense que les internautes s’offusquent trop facilement.

« Je ne crois pas que ce qu’elle a dit soit vraiment grave. Je ne sais pas. Je crois qu’il y a toute une génération sur Twitter qui traîne un peu en attendant d’être offensée. Mais ils n’auraient pas gagné une vraie guerre, si ? Je parle un peu comme un vieil homme grincheux, mais je me dis ‘Oh, passez à autre chose. Soyez sages, tenez-vous droit et continuez à vivre.’ Mais je n’ai pas trop envie d’être impliqué dans tout ça à cause de toute la haine que je pourrais recevoir derrière. Je n’ai pas besoin de ça dans ma vie. »

Pas sûr pour autant qu’on puisse justifier l’intolérance par la liberté d’expression. Mais le débat est ouvert. Les internautes ont en tout cas créé le hashtag #RIPJKRowling, comme pour signifier que la carrière de l’auteure était désormais finie. 


Pierre Costero

Pierre Costero

Passionné d'écriture, je suis rédacteur web depuis sept ans. Je m'intéresse à l'actualité médiatique et la vie des célébrités en partageant avec justesse les dernières nouveautés brûlantes.