Coronavirus : la maladie oblige le prince Philip à suivre son épouse !

Le prince Philip comptait rester à Sandringham mais ce n’est pas possible avec les conditions sanitaires !

Elisabeth II
Elisabeth II, reine d'Angleterre

Le serait grognon. Celui qui a pris sa retraite en 2017 à Wood Farm, un petit cottage sur le domaine de Sandringham est  plus que déçu. Celui qui depuis près de 70 ans marche deux pas derrière son épouse adore cet endroit. Il s’y adonne à la lecture et à la peinture. Il se dit aussi que le vieillard y reçoit fréquemment la visite d’une femme de 30 ans sa cadette. une grande amie selon ses dires. Certes, mais le a eu raison de son souhait d’être à Wood Farm. En effet, lors du confinement il a du quitter son endroit préféré pour aller se confiner avec sa royale épouse au château de Windsor, au sud de Londres. Ensuite le s’est rendu au château de Balmoral, la résidence d’été de la reine.

Un retour de anticipé pour passer du temps à Sandringham

Il s’était déjà murmuré que le prince Philip n’en avait pas vraiment envie. Le prince consort souhaitait rester dans son cottage favori. Mais, comme toujours, la reine a eu le dernier mot. Le couple s’est donc confiné à Windsor avant d’aller à Balmoral. Par contre, la souveraine a pris en compte les souhaits de son conjoint. Aussi lorsqu’il s’est agit de durcir les mesures sanitaires, la monarque a coupé la poire en deux. Sa Gracieuse Majesté a décidé que le séjour à Balmoral serait écourté. De toutes façon les Highland  games qu’elle aime tant n’auront pas lieu cette année. Ils seront virtuels. Alors autant faire plaisir au conjoint et partir plus rapidement. C’est ainsi que le couple a quitté Balmoral le 14 septembre pour se rendre à Wood Farm. Ainsi le prince Philip pourra passer du temps dans son endroit favori.

Un  nouveau confinement à Windsor

De l’autre coté, pour des raisons sanitaires et techniques, le couple devra être confiné ensemble. Or, Sandringham est trop loin de Londres et la reine ne peut pas faire la navette entre Londres et la résidence de vacances d’hiver de la couronne. La reine a plus de 94 ans. Elle devient fragile. De l’autre coté, Boris Johnson met en place des « bulles » de 6 personnes au maximum. Il faudrait ainsi bien trop de personnel pour sécuriser le couple chacun de son coté. La seule solution est ainsi de confiner le prince consort et son épouse au même endroit. Seules deux possibilités existent. Buckingham Palace ou le Château de Windsor.

Buckingham Palace jugé trop grand pour sécuriser correctement la souveraine

La question s’était déjà posée au premier confinement. Le palais londonien est trop vaste et trop compliqué à sécuriser pour une personne fragile. En effet, trop de gens y travaillent et il y a trop d’entrées et de sorties. Les services de la reine maintenant ce point de vue, la souveraine retournera donc à Windsor et ne viendra à Buckingham que lors des engagements qui nécessitent sa présence dans l’immense palais londonien. La souveraine fera donc les aller-retour entre le château et le palais.

Un second confinement avec son épouse à Windsor

En fait le prince Philip n’a pas le choix. Tout d’abord il y a le confinement. Ensuite, il y a le fait qu’il faudrait des équipes qui se relayent en non-stop dans les deux châteaux pour que le prince consort et la souveraine soient sécurisés. Il est dès lors plus logique que les conjoints soient confinés dans un même endroit. La sécurité sanitaire est plus facile à assurer dans le château de Windsor qui est bien plus petit que la résidence officielle de la reine, au centre de Londres. Le prince consort ne pourra donc passer au mieux, que quinze jours dans Wood Farm. Après il devra, certes à contre coeur, accompagner la souveraine à Windsor.