Coronavirus : le prix Nobel Tasuku Honjo nie avoir dit que le virus n’était « pas naturel » !

Depuis le début de l'épidémie de coronavirus, tout le monde se demande si le virus est naturel. Alors que les Américains en doutent fortement, les réseaux sociaux diffusent depuis quelques jours le message d’un prix Nobel de Médecine, affirmant qu'il ne l'est pas.

Tasuku Honjo
Source : LCI

Les théories sur l’origine du nouveau coronavirus risquent de rythmer les conversations pendant longtemps. C’est en tout cas ce que l’on peut croire si l’on observe les réseaux sociaux.

Sur Facebook, un grand nombre d’utilisateurs partage depuis fin avril la déclaration du prix Nobel de Médecine, Tasuku Honjo. Celui-ci y affirme que le nouveau coronavirus n’a rien de naturel, et qu’il ressemble à un virus du laboratoire de Wuhan. Seulement voilà, la réalité est finalement tout autre, comme vient de le révéler le principal intéressé.

Tasuku Honjo
Source : Snopes

Le coronavirus n’est pas naturel d’après le prix Nobel Tasuku Honjo

Toutes les publications postées sur Facebook sont unanimes, le prix Nobel de médecine Tasuku Honjo affirme que le coronavirus n’est pas naturel. Le message a d’ailleurs été traduit dans de nombreuses langues, que ce soit en anglais, en français ou en turc. Dedans, le scientifique se montre implacable, persuadé d’après ses connaissances que de laboratoire de Wuhan et la Chine cache un grand nombre de choses à son sujet.

« Sur la base de toutes mes connaissances et recherches jusqu’à ce jour, je peux dire cela avec 100% de confiance que Corona (sic) n’est pas naturel. Elle n’est pas venue de chauves-souris. La Chine l’a fabriqué. », affirment tous ces internautes.

Publication Facebook
Source : AFP

Une déclaration étonnante, mais qui va dans le sens de nombreuses théories. En effet, les scientifiques et les médecins paraissent démunis face aux symptômes inhabituels de cette infection virale. Il n’en a pas fallu plus pour que le monde se persuade d’une manipulation humaine. En plus, la ville où tout a commencé, Wuhan, est dotée d’un laboratoire P4, dans lequel beaucoup de virus sont manipulés. D’ailleurs, la biographie de Tasuku Honjo qui circule sur les réseaux mentionne sa participation à des travaux de l’établissement.

Le prix Nobel Tasuku Honjo n’a jamais prononcé les propos qu’on lui prête

Malheureusement pour les amateurs de théories du complot, la vérité n’est pas exactement celle qu’ils pensent. C’est définitivement une habitude des réseaux sociaux, et encore plus de Facebook, puisque sur le réseau de Mark Zuckerberg, les informations sont rarement vérifiées. C’est donc exactement ce qu’il se passe avec le scientifique japonais, Tasuku Honjo. Si celui-ci est bien détenteur du prix Nobel de Médecine depuis 2018, il n’a jamais parlé du coronavirus comme d’un virus non naturel.

« A ce stade, et alors que toute notre énergie doit se consacrer à freiner la propagation d’un malheur, et à réfléchir à un nouveau départ, la diffusion d’affirmations infondées sur les origines de cette maladie est une dangereuse diversion », poursuit-il.

Pire encore, si l’on en croit la biographie du Dr. Honjo, disponible sur le site de l’université de Kyoto, le scientifique n’a jamais travaillé en Chine, et encore moins dans le laboratoire pointé du doigt de Wuhan. En fait, l’homme serait victime d’un usurpateur d’identité, qui a créé un faux compte Twitter à son nom, et sur lequel il propage de fausses informations. Or, le vrai Tasuku Honjo n’a pas de réseaux sociaux, comme l’a confirmé le directeur de la communication de l’université de Kyoto.

Une théorie appuyée par le gouvernement américain

Cette théorie selon laquelle le coronavirus est issu d’une manipulation génétique ne date pas d’hier. Dès le début de l’épidémie en Chine, son origine a posé de nombreuses questions. Bien que Pékin ait démenti toute implication dans sa « création », les Américains ne l’entendent pas de cette oreille.

Donald Trump
Source : France 24

Ainsi, le gouvernement de Donald Trump aurait des preuves significatives de la culpabilité des scientifiques chinois, sans vouloir pour autant les rendre publics. À ce propos, Mike Pence, le vice-président des États-Unis, s’est justifié en affirmant qu’il restait une part de doute raisonnable. Pourtant, Donald Trump se montre bien virulent à l’égard des Chinois, notamment sur son compte Twitter. Pour le moment, impossible de savoir le fin mot de l’histoire, et peut-être même que personne ne le saura jamais.


Avatar

Ludivine Rivali

Rédactrice web et pigiste pour plusieurs magazines, je suis montée sur roulettes et je roule sur la vie. Autrice à mes heures perdues, je suis passionnée de ciné, séries et littérature.