Suicide d’Océane à 17 ans : la famille se mobilise après la diffusion d’un cliché du cadavre

Certains n’ont aucune limite puisque la photo du cadavre d’Océane âgée de 17 ans a été diffusée. Sa famille tente de lutter contre ces dérives.

Famille d'Océane
Source : capture YouTube

Vous avez d’un côté la perte d’un être cher avec tout ce que cela peut engendrer comme la tristesse, mais il y a également les dérives avec la diffusion de certaines vidéos et des photos. Dans cette affaire, les proches d’Océane qui avait 17 ans au moment des faits ont forcément été choqués. Ce s’ajoute donc à leur peine, mais la famille tente de lutter contre ces situations. De plus, il y a forcément une question qui se pose : pourquoi diffuser la photo d’un cadavre ? Pourquoi ajouter autant de peine à la famille ?

Une sensibilisation contre la propagation des photos

Aujourd’hui, les vidéos, les photos, les stories, les selfies rythment notre quotidien. Vous avez une multitude d’applications comme Instagram et il y a même une course aux clichés. De ce fait, d’un côté, il n’est pas forcément surprenant que certaines photos de ce genre soient publiées sur les réseaux sociaux. Ces derniers sont connus pour de nombreuses dérives et l’affaire d’Océane Alger 17 ans n’est pas la seule. Malheureusement, de nombreux clichés sont partagés sans, forcément, prendre le temps de jauger l’impact qu’ils pourront avoir.

Publiée par Prévention Océane sur Lundi 21 septembre 2020

  • Les proches de la jeune femme souhaitent donc se mobiliser pour que ce genre de dérives ne se reproduisent plus.
  • L’association Prévention Océane comme le mentionne le Parisien a donc été conçue pour cette lutte.
  • La présidente est la soeur d’Océane à savoir Laurence Alger.
  • Elle révèle notamment via le quotidien que ces personnes qui propagent les clichés oublient qu’il y a souvent une famille.

En effet, les clichés des suicides, des viols, des agressions ou encore des harcèlements se retrouvent souvent sur les réseaux sociaux. Dernièrement, une adolescente rouée de coups avait été filmée alors que son agresseur ne cessait de la frapper. L’affaire avait fait grand bruit en et la vidéo avait été massivement relayée sur Twitter notamment. Il ne faut pas oublier que les conséquences pour la famille sont très importantes et elle ne souhaite pas découvrir ces clichés. La soeur d’Océane révèle que le fait qu’une personne puisse conserver une telle photo dans son mobile lui fait forcément du mal.

L' association "Prévention Océane" est née en février 2020.Elle a pour but de dénoncer, alerter, sensibiliser,…

Publiée par Prévention Océane sur Lundi 15 juin 2020

Des dérives avec de vraies conséquences dramatiques

Vous pensez que le fait de relayer une photo n’est pas anodin, mais, en se propageant, elle augmente la peine et le drame vécu par l’ensemble d’une famille. Twitter n’est pas le seul réseau pris pour cible, vous avez bien sûr Instagram et Facebook. Comme elle le précise dans les colonnes du quotidien, le but premier est de sensibiliser autrui tout en rappelant forcément la loi. En effet, il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un délit que vous soyez l’auteur de la photo ou celui qui la relaye sur les réseaux sociaux.

Il n’y a donc aucune excuse concernant le partage de ces clichés ou de ces vidéos. Dites-vous par exemple que à la place de cette victime, il s’agit d’un membre de votre famille. Il suffit alors de se mettre à la place de ces personnes pour comprendre qu’une telle publication peut être dramatique pour les proches. Généralement, il est difficile d’effacer tous les contenus puisqu’il y a souvent des traces dans les recoins du web. Le Parisien nous apprend également que le jeune homme à l’origine de la photo du cadavre d’Océane ne voulait pas « faire de mal ».


Jennifer Pardé

Jennifer Pardé

Je suis passionnée par les mots, le métier de rédactrice Web s’est dévoilé comme incontournable il y a plus de 8 ans. Je n’hésite pas à partager mon avis sur tous les sujets notamment la politique, la télévision et les people.