Cannabis local : la production serait de plus en plus française, un constat alarmant

Si autrefois, le cannabis était produit à l’étranger, ce n’est désormais plus autant le cas, car certains optent pour la France.

Cannabis
Source : capture Pixabay

Le fonctionnement était autrefois relativement simple, le cannabis était vendu sur le sol français, mais le produit provenait d’autres pays. Il était alors acheminé via différentes solutions, cela dépendait forcément de la provenance. Dans tous les cas, la production était étrangère, mais pour simplifier le plus possible le mécanisme, certains ont décidé de se lancer dans un « made in  ». Le Figaro a partagé quelques statistiques concernant cette culture à « la maison ». En effet, près de 7 % des consommateurs ont déjà eu recours à une autoculture. Cela leur permet de planter quelques pieds sans envisager l’achat extérieur. Il est sans doute judicieux de rappeler que le est considéré en France comme une drogue et qu’il est illégal.

Près de 200 000 personnes ont eu recours à l’autoculture

Comme le mentionne BFMTV, les plans sont de plus en plus saisis en parallèle du cannabis prêt à l’emploi. En 2016, ils étaient 126 000 à être retrouvés par les forces de police contre 136 000 une année plus tard. De ce fait, cela montre que la production française semble se démocratiser. D’autres chiffres sont partagés par le journal.

  • 18 tonnes avaient été saisies concernant l’herbe en 2017, mais la saisie était de 30 tonnes une année plus tard.
  • Certains consommateurs sont également attirés par l’autoculture, car l’apparence serait beaucoup plus saine et naturelle.
  • Entre l’herbe et la résine, il n’y a pas une transformation, cela aurait donc un goût spécifique et des effets différents selon les données glanées sur le Web.

Il ne faut pas oublier que certains spécialistes estiment que le cannabis peut être à l’origine d’une vraie dépendance comme d’autres drogues ou l’alcool. De plus, en 2018, l’Observatoire français des toxicomanies et des drogues révélait que deux tiers des adolescents utilisaient de l’herbe et non de la résine pour les différentes raisons évoquées au préalable. Deux situations sont alors identifiées, certains peuvent opter pour une consommation personnelle avec la culture de quelques plants à la maison. D’autres optent pour cette méthode afin de se lancer dans un véritable trafic.

Les inquiétudes par rapport au cannabis

Si autrefois, la consommation du cannabis concernait quelques personnes lors d’occasions particulières, ce n’est désormais plus le cas. En effet, ce produit semble se populariser de plus en plus. Si vous regardez toutes les actualités postées sur le Web, cela semble pratiquement « normale » de consommer un tel produit. Les adolescents ne sont donc pas conscients des conséquences, car ils sont nombreux à penser que la dépendance n’est pas au rendez-vous. Des études ont montré que certaines personnes réagissaient différemment face au cannabis, mais les effets sont réels.

Il y a donc une vraie dépendance qui peut se développer au fil des consommations et certains sont même amenés à tester d’autres produits. De ce fait, le cannabis peut être une réelle porte d’entrée dont les dégâts sont sous-estimés. Les inquiétudes sont alors nombreuses alors que les parents ne décèlent pas toujours une telle consommation. En ce qui concerne les productions, elles semblent se multiplier dans le nord de la France ainsi qu’aux Pays-Bas et en Belgique. Des magasins proposent même tout le nécessaire pour se lancer dans l’autoculture, vous pourrez alors trouver des graines, du matériel, des conseils… Il est important de noter que cela est illégal sur le sol français. Vous vous exposez à une peine de et à une amende, d’où l’intérêt de rester très loin de toutes ces substances.


Jennifer Pardé

Jennifer Pardé

Je suis passionnée par les mots, le métier de rédactrice Web s’est dévoilé comme incontournable il y a plus de 8 ans. Je n’hésite pas à partager mon avis sur tous les sujets notamment la politique, la télévision et les people.