Bouches-du-Rhône et le coronavirus : tension hospitalière, la situation devient préoccupante

La situation dans les Bouches-du-Rhône mérite la plus grande attention, car elle pourrait dégénérer dans les prochains jours.

Hôpital
Source : capture Pixabay

Le dans le sud de la prend des proportions inquiétantes puisque le virus circule très activement. Les lits pour les réanimations sont de moins en moins nombreux. Depuis le début des vacances d’été, le son de cloche reste le même : le Covid-19 se propage assez violemment dans le sud du pays. Certains avaient alerté concernant la situation, car les contaminations prenaient de l’ampleur alors que les congés n’avaient pas commencé. Marseille se retrouve alors au coeur d’un contexte sanitaire problématique.

Vers un confinement pour les Bouches-du-Rhône ?

Certains sur Internet se questionnent sur les méthodes réalisées par le gouvernement, car pourquoi les Bouches-du-Rhône ne sont-elles pas confinées ? Aucune réponse n’est apportée, mais un constat est tout de même réalisé selon BFMTV. En effet, près de 3 lits seulement sont disponibles pour les réanimations engendrées par le Covid-19. 261 patients sont hospitalisés en PACA pour des symptômes qui sont liés au coronavirus. Du côté de Marseille, 67 lits sont occupés par des patients atteints.

  • Le chef de la réanimation de l’hôpital Nord à Marseille dont les propos ont été relayés par le journal révèle que le nom a doublé en une semaine.
  • Certes, nous ne sommes pas en mars dernier, le pic de l’épidémie n’est pas de retour, mais les indicateurs sont là.
  • La situation dans les Bouches-du-Rhône est problématique, mais les Français se demandent si elle va prendre de l’ampleur.

Il suffit de regarder avec attention les réseaux sociaux pour savoir que les hôpitaux se retrouvent dans une situation complexe. Un médecin a même lancé une alerte sur Twitter en précisant qu’il fallait contenir la vague. Si cette dernière venait à prendre une nouvelle ampleur dans les prochaines semaines, la situation en France serait-elle chaotique ? Sommes-nous dirigés vers un second confinement ? Le coronavirus va-t-il quitter notre quotidien ? Faudra-t-il vivre à vie avec cette maladie ? Ce sont des questions que vous retrouvez sur les réseaux sociaux et malheureusement, il semble difficile d’apporter des réponses. Comme aucun traitement spécifique n’est au rendez-vous et comme aucun vaccin n’est encore prêt, nous devons nous protéger avec des masques et les gestes barrières.

Une hausse considérable des contaminations

Il suffit de regarder avec précision les chiffres diffusés par le ministère de la Santé pour constater que les tests sont de plus en plus positifs. Dimanche dernier, ce sont plus de 7000 nouveaux cas qui ont été listés, soit pratiquement le double par rapport à la semaine précédente. Pourquoi la situation prend-elle une telle ampleur ? Les tests sont beaucoup plus nombreux, cela explique donc la hausse des détections, nous pouvons alors identifier plus facilement toutes les contaminations. Les vacances d’été ont sans doute eu un rôle majeur dans cette situation.

Il y a également eu un relâchement selon certains spécialistes, des Français ne suivent plus avec la plus grande précision les recommandations sanitaires. Lors de son allocution, a toutefois rappelé aux côtés d’ qu’il fallait impérativement porter le masque, désinfecter les mains et surtout respecter les distanciations sociales. Alors que près de 22 établissements scolaires ont été contraints de fermer leurs portes à cause des cas positifs, les Français sont inquiets, ils ont clairement peur d’une seconde vague en France dans les prochaines semaines.

Au vu des déclarations du Premier ministre, tous les scénarios ont été envisagés. Pour un éventuel confinement dans les Bouches-du-Rhône, il ne sera sans doute pas proposé tant que les hospitalisations ne concernent pas les personnes à risque et tant que les lits sont toujours disponibles.


Jennifer Pardé

Jennifer Pardé

Je suis passionnée par les mots, le métier de rédactrice Web s’est dévoilé comme incontournable il y a plus de 8 ans. Je n’hésite pas à partager mon avis sur tous les sujets notamment la politique, la télévision et les people.