L’additif E171 : selon de récentes études, il semble que ce produit potentiellement toxique traverse le placenta !

On retrouve l’additif E171 dans bien de produits fabriqués en industrie, et ses composants arriveraient même à atteindre le fœtus !

femme enceinte
Source : Pixabay

Alors qu’il est connu pour être un produit potentiellement toxique, l’additif E171 est un ingrédient utilisé dans la plupart des produits alimentaires industrialisés. Des études ont prouvé que chez les rats il est vraiment toxique, et il se pourrait que chez l’être humain aussi. Toutefois depuis peu, de nouvelles études tendent à prouver que les composants de ce produit peuvent traverser le placenta.

Des études pour vérifier l’impact de l’additif E171 chez la femme enceinte

La majorité des produits alimentaires fabriqués en industrie, contiennent des additifs dont l’additif E 171. Il s’agit du dioxyde de titane, et on le retrouve dans des produits alimentaires comme les bonbons, glaces, chewing-gum, ou les produits chocolatés. Il est également utilisé dans le domaine de la cosmétique avec les crèmes, ou encore la pâte dentifrice.

femme enceinte
Source : Pixabay

Le dioxyde de titane est utilisé pour les spécificités qu’il apporte aux produits, en termes de coloration et d’opacité. Il est plus utilisé en Europe jusqu’à présents. Cependant, l’additif E 171 pose problème, et cela est dû à ses particules. En effet, la taille des particules qui composent cet additif est nanométrique. Ce qui fait que le dioxyde de titane peut passer dans le sang et se retrouver dans la rate ou le foie de l’être humain.

Récemment, le Haut Conseil de Santé publique s’est rendu compte qu’il n’y a pas eu de recherches concernant les risques encourus par les femmes enceintes, et a décidé d’y remédier.

C’est ainsi que de nouvelles recherches ont été effectuées par un chercheur de l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’ et l’environnement, Eric Houdeau. Ce dernier travail au Centre de recherche en toxicologie alimentaire de Toulouse.

Une sentence préoccupante !

Il faut savoir que Eric Houdeau est le scientifique qui a été le premier à révéler la toxicité des nanoparticules de l’additif E171 sur les rats. Ces nanoparticules pourraient d’ailleurs causer un , lorsqu’il y a une exposition chronique chez ces animaux.

Toutefois, le spécialiste a été clair sur le fait que ses recherches qui ont été réalisées sur des animaux ne doivent pas être extrapolées sur l’être humain. Néanmoins, pour ce qui est de savoir si pendant une il est possible que le fœtus soit exposé au dioxyde de titane, alors la réponse du chercheur après ses études est affirmative.

Pour parvenir à une telle réponse, plusieurs équipes de chercheurs se sont penchés sur la question, recueillant 22 placentas pour leurs études. D’après Eric Houdeau : « Nous avons constaté qu’il existait un passage de nanoparticules de dioxyde de titane au travers du placenta ».

Avant d’en arriver à ce résultat, les scientifiques ont été méticuleux : « Pour apporter une preuve ultime que les nanoparticules de dioxyde de titane alimentaire étaient aussi susceptibles de passer au travers du placenta, nous avons perfusé des placentas avec une solution de E 171 alimentaire ».

femme enceinte
Source : Pixabay

Résultat ? Ils ont eu la preuve que le placenta n’est pas une barrière suffisante pour retenir l’additif E171, et protéger le fœtus ! De même, les scientifiques ont mis en évidence que le dioxyde de titane s’est retrouvé dans les 1ères selles (le méconium) de bébés qui y ont été exposés dans le ventre.

On sait maintenant que le placenta ne peut retenir l’additif E 171. Par contre, on ne sait pas encore si ce produit clairement toxique sur les rongeurs, l’est également pour l’être humain. A cet effet, Eric Houdeau est sans appel : « Ce n’est pas possible de transposer des études faites sur l’animal à l’être humain ».

Pour en savoir plus sur la dangerosité de cet additif sur l’humain, de nouveaux travaux sont nécessaires. D’ailleurs, un financement vient de se débloquer, et elle provient de l’Agence Nationale de la Recherche, pour le compte de l’équipe de l’INRAE. Ainsi, les recherches sur l’additif E171 pourront continuer.


Julien Jimenez

Julien Jimenez

Editeur du site Barbanews.com