2018 : certains pesticides interdits pour protéger les abeilles

bee

Ce jeudi 17 mars, l’Assemblée Nationale a voté l’interdiction sans dérogation des pesticides dits néonicotinoïdes jugés nocifs pour les abeilles. Cette interdiction sera effective à partir du 1er Septembre 2018. Après un débat houleux, l’amendement PS sur la loi Biodiversité a été adopté à 30 voix contre 28.

En 2013, suite à une demande de la France, l’Union européenne avait déjà régulé l’usage de ces pesticides en en restreignant certains, mais leur usage est encore très répandu, ce qui inquiète fortement les apiculteurs. Quelques 1100 études scientifiques ont déjà prouvé les effets nocifs des néonicotinoïdes sur les êtres vivants comme les abeilles et autres pollinisateurs sauvages, mais également sur les invertébrés terrestres et aquatiques, les poissons, les oiseaux et l’être humain. Ces arguments ont été avancé par les écologistes et certains socialistes pour convaincre les autres élus de voter l’interdiction de ces néonicotinoïdes.

Conflit d’intérêt entre Bayer et les écologistes

La mise en vigueur de cet amendement a été repoussée au 1er Septembre 2018, pour laisser le temps aux agriculteurs le temps de se retourner et de trouver des alternatives à ces pesticides pour leurs cultures. L’affrontement entre les intérêts des écologistes et des grands groupes et même des agriculteurs ne date pas d’hier. Bayer, groupe influent en matière de chimie a déclaré que cette mesure était « une impasse agronomique et économique » pour l’agriculture en France. Un représentant annonce même que les agriculteurs qui utilisent des néonicotinoïdes verront leurs récoltes « chuter de 15 à 40% en fonction des cultures, à la suite du retour de certaines maladies comme la jaunisse virale ou de ravageurs comme les pucerons ». 

Environ 300 000 ruches sont détruites chaque année à cause des insecticides et les néonicotinoïdes ont pour effet de paralyser l’abeille et de la faire mourir. En effet, ce pesticide s’infiltre dans la plante traitée, de la sève jusqu’au pollen. La deuxième lecture a eu lieu à l’Assemblée jeudi soir, mais l’amendement doit encore faire la navette jusqu’au Sénat avant de revenir à l’Assemblée Nationale ce qui signifie que quelques modifications peuvent donc encore être apportées.

A propos de Lorene 16 Articles
Lorène est notre experte Santé ! Elle vous dira tout sur les dernières avancées médicales.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.