Sandrine Kiberlain revient sur la soirée des Césars : « Une catastrophe »

L'actrice avait accepté d'être la Présidente de cette soirée si particulière qui a vu Roman Polanski repartir couronné malgré les polémiques le concernant.

Bien avant qu’elle ne soit diffusée en direct sur Canal plus, la cérémonie des Césars connaissait déjà son lot de polémiques, la plupart tournant autour du réalisateur Roman Polanski. , qui avait accepté de tenir le rôle de Présidente pour cette édition, a accepté de revenir sur cette terrible soirée pour le magasine Vanity Fair.

César et Polanski : séparer l’homme de l’artiste ?

L’histoire est relativement complexe mais nous tenterons ici de vous l’expliquer au mieux. En 1977, le réalisateur (qui se trouvait alors aux États-Unis) est accusé d’avoir violé une mineure de 13 ans, après l’avoir alcoolisé et drogué. Pour fuir un deuxième procès qui aurait pu le conduire tout droit en prison pour plusieurs décennies, il se rend en France.

Possédant la nationalité française, le réalisateur est protégé dans le pays de Molière qui ne pratique pas l’extradition de ses citoyens. Et depuis ? Rien. Le metteur en scène est recherché par Interpol mais continue sa vie et sa carrière cinématographique en France, remportant notamment des Césars et même des Oscars (qu’il ne pourra, évidemment, pas aller chercher).

Source : Twitter

 

Polanski : de nouvelles accusations et des nominations aux Césars

Mais avec les mouvements #MeToo et #Balancetonporc, les mentalités évoluent et les citoyens sont fatigués de voir des hommes de pouvoir continuellement s’en sortir. Cela permet également aux langues de se délier et aux personnes victimes de prendre la parole plus librement. De nouvelles accusations de viol ou d’agression sexuelle dont le bourreau serait arrivent alors à nouveau.

Et pourtant, le réalisateur reçoit douze nominations aux Césars pour son film J’accuse, dont les acteurs n’ont pas assuré la promotion pour éviter toute question concernant la vie privée du réalisateur. Les esprits s’échauffent, et les débats autour de la séparation de l’homme et de l’artiste refont surface.

Source : Instagram (@adoringsharon)

César 2020 : une cérémonie qui finit dans les cris

Le jour de la cérémonie arrive enfin et Roman Polanski, tout comme les acteurs du film J’accuse, ne sont pas présents. Florence Foresti est maîtresse de cérémonie et profite de cette tribune pour ne pas louper le réalisateur. Mais si la soirée commençait bien, elle se termine d’une bien triste manière pour toutes les personnes déjà outrées par les nominations du réalisateur : Roman Polanski repart avec (notamment) le césar du meilleur réalisateur. Il est consacré par l’académie. A titre personnel.

Adèle Haenel, qui avait touché le milieu entier du cinéma quelques semaines auparavant en révélant avoir été abusée sexuellement lors de son premier tournage, se lève et part de l’assemblée. C’en est trop pour elle, elle ne peut tolérer ce qu’elle considère comme une claque au visage de toutes les femmes violées.

Florence Foresti, qui devait conclure la cérémonie, refuse de revenir sur scène – ce qui lui a valu quelques reproches. Et si la soirée s’est finalement clôturée avec la victoire du film Les misérables dans la catégorie « Meilleur film », la polémique est tout juste lancée. Pour Vanity Fair, Sandrine Kiberlain a accepté de donné ses impressions.

Sandrine Kiberlain
Source Instagram @sandrinekiberlain

Sandrine Kiberlain parle de la soirée comme « d’un bateau qui sombre »

Ironiquement, l’actrice de 9 mois ferme dit qu’elle a « eu du flair « , elle qui pensait que c’était « l’année idéale » pour présider cette cérémonie si reconnue. En effet, comme elle l’explique, une semaine avant que la cérémonie n’ait lieu, « il y avait une mauvaise nouvelle par jour ». 

Sandrine Kiberlain a vu cette soirée tel « un bateau qui sombre » et avoue l’avoir vu « partir en catastrophe » sans pouvoir rien faire. Mais c’est surtout après le sacre de Roman Polanski qu’elle a connu un moment de solitude dont elle se rappellera, puisque rien ne s’est passé comme prévu.

 « Tout me semblait irréel : quand on a entendu ‘Polanski, meilleur réalisateur’, on ne s’y attendait pas. Ensuite, on me dit : ‘Florence Foresti refuse de remonter sur scène. Elle est enfermée dans sa loge. Tu dois clore la soirée… J’ai répondu : ‘Mais ça va pas, la tête ?’ Et puis, bon, c’est vrai, il fallait clore cette foutue soirée, alors j’y suis allée. Il fallait bien que quelqu’un le fasse »

Que la comédienne se rassure, elle est parvenue à tenir barque parfaitement et a redoublé de classe et d’élégance en cette soirée si particulière. Celle qui a déjà été honorée par ses pairs lors des Césars ne gardera peut-être pas un très bon souvenir de la Cérémonie, mais le téléspectateur gardera au chaud celui de sa prestance.


Pierre Costero

Pierre Costero

Passionné d'écriture, je suis rédacteur web depuis sept ans. Je m'intéresse à l'actualité médiatique et la vie des célébrités en partageant avec justesse les dernières nouveautés brûlantes.