La reine n’aimerait pas Charles ! Ce que disent les experts royaux des relations entre la reine et Charles !

Charles d’Angleterre avait toujours accusé sa mère d’être froide et pas aimante.

Prince Charles
Source : Madame Figaro

Ce n’est pas un secret d’état ni de la couronne que la reine n’est pas la femme la plus maternelle qui soit. Et Charles est sans doute celui qui en a le plus souffert. En effet, le prince a souvent expliqué que sa mère était une femme très froide et qu’elle n’était pas très aimante. Mais il est vrai que sa mère est la reine et elle est  montée sur le trône alors que Charles était un tout petit garçon. Dès que Elisabeth II est devenue reine elle est devenue une femme de devoir. De plus le ne ressemble pas à sa mère. Il dépense de l’argent, il est militant écologique, il a des avis politiques, alors que la reine elle, est économe et ne donne pas son avis en matière . Elle a toujours été neutre et elle n’a jamais pris position, du moins officiellement. D’ailleurs personne ne connait ses opinions en matière politique. Et Dieu sait qu’elle en a vu passer, des premiers ministres.

La reine est une femme de devoir

Lorsqu’elle a hérité de la couronne d’, Elisabeth II s’est d’une certaine façon mariée avec son pays. Elle a toujours fait passer son pays avant sa famille. Elle était sur le trône et elle comptait y servir son pays. Mais elle le fait en tant que monarque, en tant que souveraine consciente de ses responsabilités. Et en tant que souveraine elle est responsable de la destinée de son pays. Elle a ainsi toujours respecté protocole et traditions. Elle n’a jamais eu de comportement problématique. Déjà jeune princesse, elle avait été mécanicienne et ambulancière pour la croix rouge pendant la . Le devoir, encore et toujours le devoir. Une reine parfaite, monolithique, lisse et sans aspérité mais parfois un peu froide voire distante.

Mais la reine sait aussi remettre à sa place en toute élégance

La reine adore conduire et elle n’était jamais la dernière à faire diplomatiquement  une observation ou à faire comprendre quelque chose de façon diplomatique. Dans les années 90, la reine recevait le roi d’Arabie Saoudite et elle savait que son collègue saoudien était très misogyne. Les femmes n’avaient pas le droit de conduire dans son pays. La reine n’a rien dit et elle a proposé à son invité de visiter le domaine Royal. Sa Majesté a donc fait aligner les Range Rover royales dans la cour d’honneur et a laissé le souverain saoudien prendre la place d’honneur dans le véhicule qui lui était spécialement attribué. Une fois son homologue installé dans la Range, la reine a tout simplement pris le volant et s’est mise à rouler à tombeau ouvert dans les chemins alentours tout en faisant la conversation au moyen-oriental pétrifié de peur à l’arrière du véhicule. Le royal passager a fini par demander à l’interprète de prier la reine de se concentrer sur sa conduite. La reine riait sous cape et en ri encore. L’histoire a été certifiée par un ambassadeur britannique.

Mais elle aussi un femme de tradition

Tout le pays sait que la souveraine aurait préféré passer le trône au prince William. Ce dernier a d’ailleurs prouvé sa stature de chef d’état lors du confinement. Et les sujets britanniques s’en sont aperçu également. Mais il y a la tradition. Et il y a le protocole. Et ces deux éléments interdisent à la souveraine de remettre sa couronne directement à son petit-fils. De plus selon les experts royaux, la reine ne ferait pas l’injure à son fils de lui faire passer la couronne sous le nez. Elle respecte son fils en tant que prince héritier qu’elle forme depuis 70 ans à devenir le nouveau souverain qui conduira le pays après son décès. Le jeune prince William devra donc attendre son tour pour monter sur le trône.