Mort d’Albin Chalandon : cette rencontre avec Rachida Dati qui va tout changer

L’ancien garde des Sceaux Albin Chalandon est décédé mercredi soir à l’âge de 100 ans. Plus qu’un ministre, il a surtout été l’homme qui a fait Rachida Dati. Retour sur cette rencontre qui a commencé alors que la ministre en devenir était tout juste étudiante.

Rachida Dati
Source : compte Instagram @rachida.dati

Licencié de Lettres, gaulliste et résistant qui a participé à la Libération de Paris en 1944, s’est également illustré dans la vie politique française. Député et deux fois ministres – d’abord du Logement de 1968 à 1972, puis de la Justice de 1986 à 1988 – il est surtout devenu le mentor d’une des figures politiques féminines les plus fortes de France : Rachida Dati. Tout a commencé à l’ambassade d’Algérie, où la jeune étudiante ambitieuse avait réussi à se faire inviter à l’occasion d’une réception. Plus tard, dans la chambre d’hôpital de son mentor aux Invalides, elle invitera le général Georgelin « à partager un couscous dans la chambre d’Albin » selon l’épouse de ce dernier citée dans Paris Match.

Un nouveau membre de la famille Chalandon

Après sa rencontre à l’ambassade avec celui qui deviendra sa bonne étoile, Rachida Dati s’est rapidement rapprochée de toute la famille d’Albin Chalandon. Au point de passer des week-ends dans le château familial, où se trouvait également sa compagne et journaliste, Catherine Nay. Selon le directeur de cabinet de Chalandon cité par Le Point, Pierre Bousquet de Florian, « il a décidé d’aider (…) cette fille astucieuse et volontaire, qui méritait d’être encouragée« . Il s’était laissé attendrir par l’émouvante jeune fille de 22 ans. Elle était alors aide-soignante et suivait des études en économie. C’est lui qui l’a invitée lors de cette fameuse réception : elle entretenait une correspondance avec le gaulliste.

Sa protégée intègre alors la société dont l’ex-ministre était alors PDG, Elf. D’abord stagiaire comptable qui a raté sa deuxième année de sciences économiques de DEUG à Dijon, la jeune ambitieuse travaillera également dans son entreprise textile : c’est la période qui a décidé de son destin. Elle a dû choisir entre devenir la présidente de sa société ou la politique, « entre l’argent et la politique » selon les termes de Chalandon, toujours repris par Le Point.

D’autres mentors prestigieux

Albin Chalandon parle d’elle à François Bayrou, alors qu’il était ministre de l’Education. fait ses débuts dans la vie politique en tant que chargée de mission pour la question du voile à l’école, en 1994. Toujours grâce à son mentor qui la présentera, elle sera sous l’aile de grands noms : Simone Veil à qui elle empruntera la robe dans laquelle elle prêtera serment, Jacques Attali ou encore Jean-Luc Lagardère.

Elle doit beaucoup à sa bonne fée Albin Chalandon, qui a su voir en elle les tripes qu’il faut pour devenir garde des Sceaux, y compris sa position de magistrate qu’elle a obtenue par dérogation… donc sans passer le concours. Cela fera grincer bien des dents une fois arrivée à la Justice. Elle basculera ensuite vers la Place Beauvau en 2002 pour son baptême du feu. Et ce sera dans l’équipe d’un certain

Celui qui deviendrait président de la République n’oublie pas sa conseillère en partant ; six mois plus tard, elle est dans ses bagages direction Bercy. On connaît la suite de l’Histoire.


Emma Leroux

Emma Leroux

Récemment diplômée d'une école de journalisme, j'ai à coeur d'informer mes lecteurs sur toutes les thématiques qui font l'actualité ! Des news people aux informations politiques, je vous tiens au courant de tout ce qu'il se passe dans le monde au jour le jour.