Vacances d’été : les îles bretonnes agissent face au coronavirus, ce que cela va changer pour vos vacances !

En raison de la crise sanitaire, beaucoup de Français ont décidé de partir en vacances dans l’Hexagone. Et les îles bretonnes ont particulièrement la cote. Face à l’afflux de touristes, ces joyaux de l’ouest s’organisent.

Iles de Bretagne
Source : Compte Instagram @ouessant_office_de_tourisme

Ces derniers jours, la chaleur s’est installée sur l’ensemble de la France. Au nord comme au sud, à l’ouest comme à l’est, l’été est présent. De quoi redonner le sourire à ceux qui, moroses, maugréaient de ne pas pouvoir aller prendre leurs congés d’été à l’étranger. Mais le gouvernement a été clair et a donné des consignes précises. Dans la mesure du possible, les Français sont priés de bien vouloir rester dans le territoire et de ne pas trop s’éloigner.

Une situation qui permet de relancer l’économie nationale. Dans les régions, la venue des vacanciers permet de redonner un coup de fouet à des activités qui ont sévèrement chamboulées au moment du confinement. Surtout, les Français redécouvrent leur patrimoine culturel ainsi que les sublimes paysages du pays. L’Hexagone a ceci de particulier qu’il peut plaire à tout le monde, d’un point de vue géographique. Vous ne concevez pas de passer vos vacances loin du littoral ? Dans ce cas, laissez vous tenter par la chaleur de la Méditerranée ou par les côtes sauvages de l’Atlantique. Plutôt montagne ? Entre le match Alpes / Pyrénées et les massifs moins élevés mais tout aussi attractifs (Jura, Vosges, Massif Central), il y en a pour tous les goûts. Enfin, si vous êtes plus attirés par les terres, de nombreuses régions vous tendent les bras !

Cap à l’ouest

Et s’il y a un endroit qui ne se plaindra pas de manquer de touristes, c’est bien la Bretagne. Visiblement, les vacanciers ne se sont pas attachés à la réputation de la région que l’on dit pluvieuse. Le temps change vite et après la pluie, vient le beau temps. Surtout, après le continent viennent les îles. Et en , elles sont nombreuses. Eaux turquoises, plages de sables fins, criques paradisiaques… Ces paysages, dignes d’une carte postale d’un pays du bout du monde, ont tout pour séduire le plus grand nombre.

Face à l’afflux de touristes, il est donc plus que nécessaire de s’organiser. Et les îles ont des fonctionnements différents, les unes par rapport aux autres. Sur l’île de Sein, on tient à se montrer rassurant, malgré plus de touristes présents que les autres années. « Avec un peu plus de monde sans doute, mais nous savons accueillir cet afflux », observe le maire Dominique Fouquet. Pour l’édile, la tendance est à l’optimisme car « le respect sanitaire est ici bien suivi, les commerces misent sur la saison ».

Gare au relâchement

Malgré l’été, l’insouciance doit être maîtrisée et la vigilance redoublée. À Ouessant, on a pu recenser trois premiers cas de Covid-19. Sur l’île, une salle municipale a été prêtée aux médecins et infirmiers pour réaliser des tests, « mais uniquement sur prescription médicale », comme le fait remarquer le maire David Palluel, cité par nos confrères du Télégramme.

Quid du masque en extérieur ? On le sait, la mesure fait actuellement l’objet de réflexions dans un certain nombre de régions. Pour le maire de l’île de Batz, Guy Cabioch, ce n’est pas une mauvaise chose : « On ne peut pas continuer comme ça. Les gens savent qu’il n’y a ni police, ni gendarmerie. À titre personnel, je suis favorable au port du masque en plein air. Je vais écrire au préfet ». Sur les îles bretonnes, la tendance est plus que jamais à la prise en main.


Emma Leroux

Emma Leroux

Récemment diplômée d'une école de journalisme, j'ai à coeur d'informer mes lecteurs sur toutes les thématiques qui font l'actualité ! Des news people aux informations politiques, je vous tiens au courant de tout ce qu'il se passe dans le monde au jour le jour.