Covid-19 : pourra-t-on partir en vacances cette année, sachant qu’un reconfinement est en discussion ?

Cette situation n’était pas à exclure, mais chacun l’avait chassée de son esprit : un reconfinement n’est pas impossible à l’aube du mois d’août. À quoi doit-on s’attendre pour les semaines à venir ?

Le confinement, qui a pris fin au 11 mai dernier, semble loin, et pourtant il ne l’est pas tant que ça. Chacun tente de reprendre sa vie, de retrouver ses habitudes, de profiter à nouveau de ses restaurants et bars préférés, de passer du temps avec ses proches, un peu comme si rien ne s’était passé. Et pourtant, le coronavirus n’a pas fini de nous en faire voir de toutes les couleurs.

Si le nombre de cas était en négatif depuis la fin du confinement, ce n’est plus le cas aujourd’hui, fort malheureusement. Les chiffres étaient pourtant très encourageants jusqu’à la fin du mois de juin, avant de montrer un léger fléchissement depuis le mois de juillet. Les statistiques ne sont évidemment pas aussi alarmantes qu’au mois d’avril dernier où nous avons connu le pic de l’épidémie. Mais elles restent néanmoins inquiétantes, ce qui a poussé le à évoquer la possibilité d’un nouveau confinement, de manière plutôt sérieuse.

Le scénario d’un confinement total semble ne pas être à l’honneur cette fois : mais à quoi faut-il néanmoins s’attendre ? Les aoûtiens pourront-ils partir en cette année ? Si oui, dans quelles conditions ?

Une résurgence dans de nombreuses régions

Les régions qui voient leurs cas s’envoler sont nombreuses, et elles sont qui plus est, assez prisées des touristes : il s’agit notamment de la Bretagne, de la Nouvelle Aquitaine, mais aussi de la région PACA. De nombreux clusters ont fait leur apparition au sein de ces territoires, ce qui suscite de grandes interrogations, sur la suite de la gestion de la crise.

Le premier Jean Castex, ainsi que le de la santé, évoquent la possibilité de mesures plus dures. Cela avait été évoqué dans l’hypothèse d’une seconde vague, et depuis, un plan de reconfinement a été étudié par le gouvernement. Celui-ci serait plutôt local et partiel, mais aucun scénario n’est à exclure aujourd’hui, tant que le virus n’est pas maîtrisé, et qu’aucun vaccin n’est proposé à la vente.

Un seuil proche de la fin du confinement

Ce qui inquiète les autorités, c’est que le seuil de contamination est passé à nouveau au dessus de 1000 par jour. C’est le chiffre que l’on constatait au début du mois de mai, juste avant la fin du confinement. Celui-ci était jusqu’alors en baisse, avant de retrouver des valeurs importantes.

Ce qui inquiète le plus les autorités est le fait que le nombre de cas a notamment augmenté chez les plus jeunes. Ceux-ci connaissent en revanche des symptômes moins violents que les seniors, mais cela n’est pas forcément très encourageant : le risque est en effet que ces populations spécifiques soient des vecteurs importants de contamination, sans possibilité de l’éviter. Un cas asymptomatique peut en effet difficilement être mis en quatorzaine, et ne pratiquera pas spontanément un isolement strict, puisqu’il ne pourra pas avoir lui-même conscience de ses propres symptômes.

Quelles mesures seront prises dans les semaines à venir ?

Si aujourd’hui les hospitalisations restent à niveau maîtrisé, il reste nécessaire d’éviter le fameux reconfinement total, qui pourrait être fatal pour les entreprises, et c’est sans évoquer la santé psychologique des citoyens. Des reconfinements localisés sont éventuellement à l’étude, et certains établissements pourraient à nouveau être contraints de fermer leurs portes.

Bars, restaurants, sont donc dans le viseur du gouvernement, puisqu’ils sont souvent à l’origine de regroupements importants de personnes, pouvant mener à des contaminations répétées, ou à des clusters.

Appliquons les mesures barrières, et portons le masque aussi souvent que possible, de manière à limiter les dégâts au maximum.