Donald Trump et la COVID-19 : le Président choque une nouvelle fois !

Depuis le début de la crise sanitaire, les conférences de presse du Président font parler tant elles sont lunaires. Aujourd’hui, s’il choque, c’est enfin pour les bonnes raisons, lui qui reconnait la dangerosité du virus.

Donald Trump
Source : JDD

A quelques mois des élections présidentielles outre-Atlantique, l’épidémie de COVID-19 n’aide pas le Président actuel, , à remporter des points. Il semblait prendre à la légère la dangerosité du virus et a indigné une bonne partie de la population mondiale avec ses conférences de presse lunaires. On se rappelle tous du moment où il a décrété – sur le ton humoristique, sans doute – qu’il serait utile d’avaler du gel hydroalcoolique pour se soigner. Résultat : les centres anti-poison ont été submergé d’appels.

Donald Trump
Source : capture Instagram @realdonaldtrump

Donald Trump minimise la crise économique

Dès le mois de mars, et alors qu’une partie de l’Europe commence son confinement, Donald Trump accuse déjà les Démocrates de vouloir politiser le virus et nie toute implication du dans la crise économique. Selon lui, d’autres causes qu’il a expliqué sur Twitter à l’époque en sont à l’origine : « L’Arabie saoudite et la Russie se disputent à propos du prix et de la production de pétrole. Ça, et les Fake News, sont la raison de la chute des marchés ! ». La chute des bourses mondiales ne pouvait s’expliquer par l’épidémie d’après le Président. 

Face à la crainte des citoyens américains, inquiet de voir leur pays connaître la même crise qu’en Europe, il avait alors dit devant la maison blanche : « Nous avons une économie très solide« .

Donald Trump
Source : JDD

Selon le Président, la COVID-19 « n’est pas si grave »

Très vite, Donald Trump a voulu rassurer la population américaine, à sa façon. Durant ses prises de parole, il n’a pas hésité à minimiser les risques liés à la COVID-19, expliquant que le virus n’était « pas si grave« . Pour le prouver, il a enchaîné les bains de foule et s’est très vite opposé au port du masque obligatoire. 

En France, le Gouvernement a essuyé de son côté quelques critiques pour les avis divergents donnés aux citoyens concernant le masque. D’abord considéré comme peu efficace, il est finalement devenu obligatoire dans les espaces publics clos. Il est également conseillé d’en porter un dans la rue, surtout pour les personnes fragiles à risque.

L’avenir a en tout cas donné tort à Donald Trump puisque le virus a prouvé sa virulence en faisant plus de 120 000 victimes. Un triste chiffre qui place le pays en tête des États où le plus de morts ont été comptés. A quelques semaines des élections, le Président a vraisemblablement changé son fusil d’épaule… et défend aujourd’hui le port du masque. 

Porter le masque : un acte désormais patriotique

C’est avec un regard indigné que les citoyens européens notamment ont découvert les images de manifestations aux USA où des personnes se retrouvent en masse dans les rues pour lutter contre le port du masque. Selon eux, obliger les américains à porter un masque (pour leur santé…) va à l’encontre des libertés individuelles. 

Ils avaient dans leur camp leur propre Président qui ne s’était jamais montré pour le port du masque, bien que plusieurs États avaient déjà mis en place de telles règles d’hygiène.

Aujourd’hui, si Donald Trump choque, c’est enfin pour les bonnes raisons, lui qui semble enfin (il n’est jamais trop tard) réaliser les dangers du virus. 

Le 21 juillet, c’est durant un meeting présidentiel qu’il a reconnu que la crise sanitaire allait « sûrement, malheureusement, empirer avant de s’améliorer« . Des paroles enfin lucides. « Je n’aime pas ça mais c’est comme ça« .

Enfin, c’est sur Twitter, son réseau social favoris, qu’il a activement défendu le port du masque : « Beaucoup de gens disent qu’il est patriotique de porter un masque quand il est impossible d’exercer la distanciation sociale. Et personne n’est aussi patriote que moi, votre président préféré ». Mariant la parole aux actes, on l’aperçoit porter un masque sur la photo qui accompagne son tweet.

Les élections en ligne de mire

Ce changement de stratégie vient-il du fait que la crise sanitaire ne passe pas alors que les élections, elles, approchent ? Le candidat serait-il soucieux de son image qui est très largement égratignée par cette crise sanitaire ? A-t-il peur de Kanye West qui a annoncé sa surprenante candidature ? 

Difficile de savoir pourquoi il a décidé subitement de changer son fusil d’épaule, mais force est de constater qu’il prévient enfin des dangers du virus qui a fait trop de victimes outre-Atlantique.


Pierre Costero

Pierre Costero

Passionné d'écriture, je suis rédacteur web depuis sept ans. Je m'intéresse à l'actualité médiatique et la vie des célébrités en partageant avec justesse les dernières nouveautés brûlantes.