Faute de preuves, l’enquête sur Abdellatif Kechiche classée sans suite !

Suite à la plainte d’une jeune femme de 28 ans, le parquet de Paris avait ouvert une enquête pour agression à l’encontre du réalisateur Abdellatif Kechiche. L’intéressé a toujours démenti et aujourd’hui la justice lui donne raison.

Source : © BALTEL/SIPA

Ouverte en octobre 2018 suite à la plainte d’une actrice française, nous venons d’apprendre que l’enquête pour agression visant Abdellatif Kechiche vient d’être classée sans suite.

Le parquet de Paris a rendu sa réponse mardi 19 mai, et le réalisateur ne passera pas devant la justice pour « infraction insuffisamment caractérisée ».

Abdellatif Kechiche a toujours contesté les accusations

Il y a un peu moins de 2 ans, le parquet de Paris a ouvert une enquête à l’encontre du réalisateur de « La vie d’Adèle ». Ces accusations faisant suite à une plainte déposée quelques jours plus tôt par la victime présumée.

La jeune femme affirme avoir participé à un dîner alcoolisé en compagnie d’Abdellatif Kechiche dans un appartement du 20ème arrondissement de Paris. Elle rapporte, qu’après plusieurs verres servis par un ami du réalisateur, elle se serait réveillée sur un canapé son pantalon ouvert tandis que l’homme de 57 ans se livrait à des attouchements sur elle.

Concernant ces accusations, le réalisateur à la Palme d’Or a toujours nié la véracité des faits. D’après Me Jérémie Assous, l’avocat de l’accusé, ces accusations émanaient d’une de fille qui s’est inventé un statut de victime afin de se faire connaître.

Source : Voici

Pour les besoins de cette enquête, la victime présumée ainsi que plusieurs participants de la soirée, dont Abdellatif Kechiche, ont dû être auditionnés. Finalement, le parquet de Paris vient de rendre ses conclusions. Et celles-ci sont en faveur du réalisateur.

L’enquête classée sans suite !

En effet, Abdellatif Kechiche ne passera pas devant la justice. Après plusieurs mois d’enquête préliminaire, l’affaire a été classée sans suite pour « infraction insuffisamment caractérisée »En d’autres termes, les enquêteurs disent manquer de preuves.

Me Jérémie Assous, l’avocat du cinéaste, s’est félicité de cette victoire :

« Pour une fois, la raison l’a emporté sur le pathos »

Le réalisateur, dont la réputation a été entaché suite à cette plainte, n’a pas encore fait de commentaire face à ce verdict qui lui rend justice.

Pour le moment, la plaignante non plus n’a pas réagi publiquement suite à cette décision. Néanmoins, vu le bruit qu’avait fait cette affaire au moment des faits, on peut s’attendre à de vives réactions sur les réseaux sociaux.

Source : LP/Frédéric Dugit

Avant d’être un réalisateur à succès, Abdellatif Kechiche, originaire de Tunisie, a d’abord été comédien.Il décroche son premier rôle principal dans Thé à la menthe d’Abdelkrim Bahloul.

Après plusieurs succès en tant qu’acteur, il décide de passer derrière la caméra et réalise son premier film, La Faute à Voltaire, qui décrit le quotidien d’un sans-papiers, entre galères et rencontres amoureuses. Cette réalisation lui vaudra le Lion d’Or de la meilleure Première Oeuvre à Venise en 2000.

Abdellatif Kechiche : un réalisateur controversé !

Il poursuit son succès et rafle de nombreuses récompenses grâce à ses films suivants, comme avec L’Esquive, l’histoire d’adolescents de banlieue qui répètent une pièce de Marivaux pour le lycée ou La Graine et le mulet, qui retrace le parcours du combattant d’un vieil immigré algérien qui veut ouvrir un restaurant à Sète.

Mais la consécration absolue pour le réalisateur vient en 2012, lorsqu’il remporte, conjointement avec ses deux actrices, la Palme d’Or lors du 66ème Festival de Cannes pour La Vie d’Adèle – Chapitres 1&2.

Librement adapté du roman graphique Le Bleu est une couleur chaude, le film raconte l’amour passionnel entre deux jeunes femmes. Ce long métrage, qui dure presque trois heures met d’accord le public, ainsi que les critiques et le jury présidé par Steven Spielberg.

Néanmoins, depuis la sortie du film, Abdellatif Kechiche traîne une réputation sulfureuse. En effet, lors de la promotion du film, les comédiennes Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos avaient dénoncé des conditions de tournage « horrible ». Elles avaient expliqué que les journées étaient interminables, notamment lors des longues et très explicites scènes d’amour, recommencées de très nombreuses fois à la suite.

Source : LANDOV/MAXPPP

Il est vrai que le réalisateur couronné est connu pour sa grande exigence sur les plateaux, et ces accusations avaient fait beaucoup de bruit et de vague dans le monde du cinéma. Se disant « humilié » par cette querelle publique, Abdellatif Kechiche avait même fini par annoncer qu’il aurait préféré que le film ne sorte pas car il avait été « trop sali ».

Le réalisateur est revenu sur le devant de la scène, en 2019, avec son film « Mektoub My Love : Intermezzo ». Une nouvelle fois, son long-métrage avait suscité de vives polémiques lors du Festival de Cannes. En effet, les spectateurs ont critiqué des scènes de relations intimes très crues, dont une non simulée.


Avatar

Lorene Bontemps

Ancienne Lyonnaise devenue sudiste, j’écris sur tout ce qui me passionne : mode, food, peoples, … Accro aux réseaux sociaux et ultra connectée, je suis toujours au courant de la dernière rumeur sur la toile !