Unorthodox sur Netflix, des premiers avis très mitigés, y-aura-t-il une saison 2 ?

Avec le confinement quasi mondiale en cours sur la planète, les séries et les films en streaming sont plus que jamais au cœur des discussions. À ce titre, la nouvelle pépite de Netflix, Unorthodox, ne dérange pas à la règle.

Unorthodox

Derrière son ton grave et engagé, est une série pleine de magie, qui transporte les spectateurs dans un monde où tout est possible. Centrée sur l’histoire d’une jeune femme qui veut retrouver sa liberté, alors qu’elle évolue dans une famille ultra-orthodoxe et arriérée, la série présente des qualités indéniables, même si quelques défauts peuvent aussi lui être attribués.

Unorthodox, une immersion bouleversante dans la culture juive hassidique

À l’heure où les femmes occidentales se battent pour leurs droits et le respect de leurs libertés, on a tendance à oublier que certaines vivent encore dans des conditions archaïques. En cela, Unorthodox est une série bouleversante, qui plonge le spectateur dans une réalité que le monde ignore trop souvent. Dans cette fiction, pourtant tirée d’une histoire vraie, Esty veut fuir la communauté hassidique ultra-orthodoxe de Satmar, comme de nombreux jeunes le souhaiteraient chaque jour, qui ne cesse de la réduire à une épouse et une mère, alors qu’elle rêve plus que tout de liberté et de musique. Propulsée dans un mariage forcé, avec un homme dont elle n’est évidemment pas amoureuse, Esty décide de quitter son quartier de Brooklyn en catimini, pour rejoindre sa mère à Berlin, exilée elle aussi pour les mêmes raisons depuis sa jeunesse. Le portrait de cette communauté ultra-orthodoxe, dressé par la série de Netflix, n’est pas sans rappeler les heures les plus sombres de notre histoire pour les femmes. Difficile d’imaginer que cela se passe toujours de nos jours, et d’autant plus dans un quartier aussi branché de New York. Unorthodox est donc une œuvre engagée, qui ne prend pas des chemins détournés pour présenter la réalité peu glorieuse de ces familles aux mœurs archaïques.

La quête de liberté au coeur de Unorthodox

Esty rencontre un groupe de musiciens, dont Robert, qui l’amène au point de vouloir s’enfuir de son carcan insupportable. C’est à ce moment que l’on comprend l’ampleur de la prison dans laquelle elle vit, avec une grand-mère et une tante totalement acquise à la cause ultra-orthodoxe, et un mari forcé, qui bien que compréhensif, n’en est pas moins décidé à suivre les préceptes dans lesquels il a été élevé. La fuite de l’héroïne et sa découverte du monde moderne forment autant de moments poétiques, qui ne laissent pas le spectateur indifférent. La cinéaste derrière la série, Maria Schrader, fait un superbe travail de réalisation, sans omettre les détails culturels incontournables de la communauté hassidique.

Costume des hommes, avec le fameux shtreimel, cérémonie de mariage typique, rien n’est épargné pour souligner l’écart important qui existe entre l’environnement d’Esty et le monde extérieur.

Unorthodox, une série qui va vite en besogne

Derrière tous les avis dithyrambiques qui inondent internet, quelques voix s’élèvent pour condamner la rapidité avec laquelle l’histoire d’Esty est traitée. En effet, avec seulement quatre épisodes au compteur, la mini-série événement de est parfois excessivement concise, au point d’en devenir un tantinet incohérente. Si la beauté du fond ne fait aucun doute, la forme est plus litigieuse, car il est difficile de s’identifier à Esty tant les événements s’enchaînent à une vitesse folle. Cela ne doit pas non plus vous priver de l’envie de découvrir Unorthodox, qui met le doigt sur un sujet de société dont on ne parle pas si souvent.


Avatar

Hugo Moratus

Passionné depuis mon plus jeune âge par le web, j'ai passé un bac L avant de me tourner vers la rédaction. Aujourd'hui, j'essaye de lier ces deux passions !