Les noyades estivales en hausse : le terrifiant constat

Les noyades sont-elles le nouveau fléau de l’été ? Depuis 2015 leur nombre ne cesse d’augmenter et elles font souvent la une des faits divers estivaux.

Vacances d'été et coronavirus
Source : Pixabay

Avec les chaleurs estivales et les records de température qui ne cessent de tomber chaque année, les français se tournent logiquement vers les points d’eau pour se rafraîchir. Piscine, mer, océans, lacs ou rivières, tout est bon à prendre pour espérer trouver un peu de fraîcheur qui rendrait plus supportable les températures des mois de juillet et août.

Mais cela n’est pas sans risque et le constat est sans appel : depuis 2015, le nombre de noyades accidentelles ne cesse d’augmenter et touche en particulier les jeunes enfants. Depuis cinq ans, on compte 136% de cas supplémentaires en ce qui les concerne et ce uniquement dans des piscines privées.

Certaines piscines vont de nouveau être accessibles
Source : Wikipédia

Les noyades : le nouveau fléau de l’été

Le Figaro a contacté Aymeric Ung, un épidémiologiste à Santé publique France qui était en charge de l’enquête « Noyades 2018 ». Et son constat est sans appel : « On a déploré 1649 noyades en 2018, soit 30 % de plus qu’en 2015, et 600 ont été fatales. Chez les enfants de moins de 6 ans, la hausse est de 96% globalement et de 132% pour les seules piscines privées familiales».

La mer reste l’endroit où se concentre la majorité des problèmes (41% des cas), devant les piscines privées (19%), les plans d’eau et fleuves ou rivières (11%). Dans la plupart des cas, les noyades chez les plus jeunes sont la tragique conséquence d’un manque de vigilances des adultes présents sur place, chargés de la sécurité des enfants. Aymeric Ung prévient :

« Ça se fait très vite, en moins de 2-3 minutes, l’enfant peut se noyer dans 10 centimètres d’eau! Il ne faut jamais quitter l’enfant des yeux, que ce soit pour répondre au téléphone ou ouvrir la porte, il faut prendre l’enfant avec soi et surtout, éviter qu’une seule personne se baigne avec l’enfant, et d’autant plus s’il y en a deux« .

Les adolescents et les jeunes adultes sont également touchés par la hausse des cas, mais les accidents ont généralement lieux dans des lacs ou des plans d’eau. L’alcool reste la cause directe des accidents qui ont généralement lieux dans un contexte festif. 

Vacances d'été et coronavirus
Source : Pixabay

Les personnes âgées ont le plus d’accident à la mer

En ce qui concerne les personnes âgées, les accidents n’ont généralement pas lieux dans le cadre privé mais à la mer ou à l’océan. «Les personnes âgées décédées suite à une noyade sont souvent des personnes qui vont surestimer leur état de forme et qui, parfois, connaissent mal l’environnement dans lequel ils se baignent, et s’y rendent seuls », explique Aymeric Ung.

Le contexte explique donc pourquoi le taux de mortalité est bien supérieur à celui de la noyade chez l’enfant, qui a lieu dans un cadre domestique. En effet, 35% des noyades chez les plus de 65 ans sont fatales, alors que pour les enfants de moins de 6 ans, seules 9% d’entre elles provoquent la mort de la victime. 

L’effet risque d’aggraver ces chiffres

Cette année 2020, les français sont nombreux à rester en France pour profiter de leurs vacances. Cela risque donc très logiquement d’augmenter ces chiffres, avec un nombre de citoyens plus importants qu’habituellement à se baigner en France. 

De plus, avec le confinement, les experts craignent un baisse de vigilance de la part des parents qui laisseront leurs enfants profiter tranquillement, eux qui sont restés coincés pendant de longues semaines dans des appartements ou des maisons.

Et les premiers chiffres sont sans appel avec le Québec notamment, qui sort d’une longue période de confinement. 30 noyades ont été recensées depuis le début de l’année, alors qu’il y en avait eu 21 en 2019, sur toute l’année. 

On ne saura trop vous conseiller de faire attention ! Il est évident qu’avec pareille chaleur, il est important de se rafraîchir et de profiter de bons moments en vacances, mais la sécurité de chacun passe avant tout. Ne laissez donc pas un enfant sans surveillance, même si celui-ci sait nager !

 


Pierre Costero

Pierre Costero

Passionné d'écriture, je suis rédacteur web depuis sept ans. Je m'intéresse à l'actualité médiatique et la vie des célébrités en partageant avec justesse les dernières nouveautés brûlantes.