#Jegardemespoils : la nouvelle tendance féminine pour assumer ses poils malgré les insultes

Vous avez sans doute déjà croisé ce hashtag sur les réseaux sociaux puisque les femmes sont de plus en plus nombreuses à adopter le #Jegardemespoils.

Poils
Source : capture Pixabay

Il y a des différences entre les hommes et les femmes. Les premiers ont le « droit » d’être poilus alors que les secondes doivent impérativement faire preuve de rigueur. En effet, les insultes dans le cas contraire sont nombreuses. Celles qui ne souhaitent pas s’épiler les aisselles, le maillot ou les jambes intégrales sont souvent taclées sur les réseaux sociaux. Depuis de nombreuses années, les poils chez les femmes ont été associés à l’hygiène, si vous n’êtes pas épilées, vous êtes donc sales pour certains. Elles ont donc décidé d’assumer leur pilosité et, avec le hashtag #Jegardemespoils, elles veulent le faire savoir.

Avoir des poils, ce n’est pas être sale !

Certaines femmes ne veulent pas supprimer les poils des aisselles, du maillot, la moustache, les sourcils ou encore les jambes. Toutefois, la société « veut » des femmes parfaitement épilées puisqu’il s’agit d’une certaine « normalité ». Du côté des hommes, c’est souvent l’inverse qui est observé, ils sont alors encouragés à garder leurs poils et, lorsqu’ils décident de les supprimer, ils sont aussi taclés. Certains internautes estiment qu’un homme épilé est homosexuel ou très féminin.

  • Il y a malheureusement des idées préconçues qui ont la vie dure sur les réseaux sociaux et c’est aussi pour cette raison que le hashtag #Jegardemespoils a vu le jour.
  • Cette affaire a pris de l’ampleur le 8 septembre lorsqu’une jeune femme évoque la prise mâle et femelle pour le monde de l’électricité.
  • Une photo aurait ensuite refait surface et vous pourriez la découvrir avec des poils. Depuis, les insultes pleuvent.

Avec le hashtag #Jegardemespoils, les internautes veulent soutenir ces femmes qui ne peuvent pas se promener librement avec leurs poils sans être la cible d’une attaque. Faut-il s’épiler ou se raser ? Est-ce réellement obligatoire ? Finalement, chacun ne peut-il pas vivre comme il le souhaite au niveau de la pilosité ? Toutefois, depuis 5 jours, elle est la cible des insultes puisque le fait d’avoir des poils serait « à vomir ». Elle voudrait donc que les femmes ne soient plus jugées en permanence à cause de leur pilosité. Certaines se sentent même mal à l’aise lorsqu’elles sont en public alors qu’elles ont oublié un mm de poil au niveau des jambes.

Le mouvement #Jegardemespoils prend de l’ampleur

Il y a donc deux possibilités, soit vous vous épilez ou vous rasez, parce que vous avez envie personnellement de le faire. Toutes les raisons sont alors bonnes, mais certaines femmes estiment que si vous le faites uniquement pour correspondre à une certaine « normalité » ou pour éviter les insultes, le hashtag #Jegardemespoils prend alors tout son sens. Depuis le 14 septembre, le mouvement prend de l’ampleur et, finalement, les femmes sont nombreuses à conserver leurs poils sans que cela soit un complexe.

Il est tout de même désagréable dans cette société de ne pas pouvoir vivre au quotidien sans être lynché. Si une femme souhaite garder ces poils, qu’est-ce que cela peut bien faire ? Cela ne regarde finalement personne alors si nous laissions chacun vivre sa pilosité comme il le souhaite, cela éviterait les insultes inutiles dont les répercussions sont parfois conséquentes. Dans tous les cas, les femmes sont nombreuses à ne pas vouloir succomber à ce mouvement de « la pilosité interdite chez les femmes ». Dans tous les cas, au niveau de la pilosité, ne sommes-nous pas en mesure d’agir comme nous le souhaitons ?


Jennifer Pardé

Jennifer Pardé

Je suis passionnée par les mots, le métier de rédactrice Web s’est dévoilé comme incontournable il y a plus de 8 ans. Je n’hésite pas à partager mon avis sur tous les sujets notamment la politique, la télévision et les people.