Les patients atteints de coronavirus traités par l’hydroxychloroquine ont plus de chance de mourir

Les patients atteints de coronavirus traités par l’hydroxychloroquine, un médicament antipaludéen dont Trump vante les mérites, ont plus de chances de mourir, selon un nouvel essai, mais le président américain déclare qu’il n’a pas connaissance de cette nouvelle étude.

  • Environ 28% des vétérans américains atteints de et traités à l’ sont morts de l’infection
  • En comparaison, seuls 11 % des 368 anciens combattants qui ont bénéficié des soins de base – qui comprennent l’administration de fluides par voie intraveineuse et l’intubation pour les aider à respirer – sont décédés
  • C’est la plus grande étude sur ce médicament à ce jour aux États-Unis, où plus de 182 000 personnes sont mortes de la pandémie
  • Le président Trump a salué le médicament comme un « sauveur », malgré les avertissements des médecins selon lesquels les preuves qu’il pourrait traiter le coronavirus sont anecdotiques et minces
  • Mardi, le NIH a également mis en garde contre l’utilisation de ce médicament, notamment lorsqu’il est utilisé en combinaison avec l’azithromycine, sur les patients atteints de COVID-19

L’hydroxychloroquine, vantée par le professeur Raoult et Donald Trump, causerait plus de décès parmi les malades du Covid-19, selon un dernier essai

 

Une nouvelle étude révèle que les vétérans américains atteints de coronavirus et traités avec le médicament contre le paludisme, dont le président Trump a fait l’éloge pour avoir traité la maladie, sont plus nombreux à mourir que les patients qui ont reçu les soins de soutien habituels.

 

Et les résultats suggèrent que le médicament, l’hydroxychloroquine, également vanté comme traitement miracle par le professeur Didier Raoult en France, n’a apporté aucun bénéfice aux patients qui l’ont reçu.

Didier Raoult
Source : YouTube

 

L’étude nationale n’était pas une expérience rigoureuse. Mais avec 368 patients, c’est la plus grande étude réalisée à ce jour sur l’hydroxychloroquine, avec ou sans l’antibiotique azithromycine pour combattre le COVID-19.

 

L’étude a été mise en ligne sur un site destiné aux chercheurs et n’a pas été examinée par d’autres scientifiques. Des subventions des National Institutes of Health (NIH) et de l’université de Virginie ont permis de financer les travaux.

 

Parallèlement, un groupe d’experts réuni par le NIH a également émis, ce mardi, des recommandations contre l’utilisation de l’hydroxychloroquine avec l’antibiotique pour traiter le COVID-19, en invoquant des inquiétudes sur la toxicité.

L’hydroxychloroquine pourrait endommager d’autres organes.

 

Les chercheurs ont analysé les dossiers médicaux de 368 vétérans masculins hospitalisés pour une infection confirmée par un coronavirus dans les centres médicaux de l’Administration de la santé des vétérans, qui sont décédés ou ont reçu leur congé avant le 11 avril.

 

Environ 28 % des personnes qui ont reçu de l’hydroxychloroquine en plus des soins habituels sont décédées, contre 11 % de celles qui ont reçu uniquement les soins habituels.

 

Environ 22 % des personnes ayant reçu le médicament et l’azithromycine sont également décédées, mais la différence entre ce groupe et les soins habituels n’a pas été jugée suffisamment importante pour exclure d’autres facteurs qui auraient pu affecter leur survie.

Donald Trump
Source : France 5

 

L’hydroxychloroquine ne fait pas non plus de différence en ce qui concerne la nécessité d’un appareil respiratoire. Les chercheurs n’ont pas suivi les effets secondaires, mais ont noté un indice selon lequel l’hydroxychloroquine aurait pu endommager d’autres organes.

On sait depuis longtemps que ce médicament a des effets secondaires potentiellement graves, notamment une altération du rythme cardiaque pouvant entraîner la mort subite.

 

Au début de ce mois, des scientifiques brésiliens ont interrompu une partie d’une étude sur la chloroquine, un médicament plus ancien similaire à l’hydroxychloroquine, après que des problèmes de rythme cardiaque se soient développés chez un quart des personnes ayant reçu la plus forte des deux doses testées.

De nombreux médecins se sont méfiés de ce médicament

 

À l’université du Wisconsin, à Madison, « je pense que nous sommes tous assez déçus » de ce qui a été observé chez les quelques patients qui ont essayé ce traitement, a déclaré le Dr Nasia Safdar, directrice médicale du contrôle et de la prévention des infections.

 

Le NIH et d’autres organismes ont entrepris des tests plus rigoureux. Les médecins et les patients sont impatients d’identifier un traitement efficace contre le coronavirus.

 

Alors que l’infection s’est répandue comme une traînée de poudre à plus de 182 000 personnes, en tuant 44 292 aux États-Unis, quelques médicaments existants sont apparus comme des candidats de premier plan.

 

Hydroxychloroquine
Source : Newsweek

 

Dernièrement, l’hydroxychloroquine et le remdesivir, un médicament développé à l’origine pour traiter le virus Ebola, ont été mis en avant.

 

On pense que le remdesivir aide à bloquer la capacité des virus à faire des copies d’eux-mêmes, tandis que l’hydroxychloroquine est étudiée pour sa capacité à endiguer une inflammation mortelle due à une réponse immunitaire incontrôlée, connue sous le nom de « tempête de cytokines ».

 

Il s’agit d’une manière indirecte de cibler le virus qui est à l’origine de l’infection, mais on pense que la « tempête de cytokines » est responsable de la plupart des décès.


Avatar

Hugo Moratus

Passionné depuis mon plus jeune âge par le web, j'ai passé un bac L avant de me tourner vers la rédaction. Aujourd'hui, j'essaye de lier ces deux passions !