Trump exige qu'Apple "prenne les devants" et aide le FBI à déverrouiller l'iPhone d'un terroriste – BARBANEWS

0
18

La saga en cours impliquant Apple, le FBI et une paire d'iPhones verrouillés appartenant au tireur de masse en Floride Mohammed Saeed Alshamrani ne montre aucun signe de ralentissement de sitôt. Si quoi que ce soit, le différend semble s'intensifier avec Donald Trump prenant sur Twitter tard mardi pour peser sur la question.

"Nous aidons tout le temps Apple sur le COMMERCE et tant d'autres problèmes", a déclaré Trump dans son style caractéristique, "et pourtant ils refusent de déverrouiller les téléphones utilisés par les tueurs, les trafiquants de drogue et d'autres éléments criminels violents."

Et parce que Trump est, eh bien, Trump, il ne pouvait s'empêcher de conclure son tweet avec un sentiment d'urgence bizarre.

«Ils devront intervenir et aider notre grand pays, MAINTENANT! RENDRE L'AMÉRIQUE GRANDE ENCORE. »

Au cours des deux derniers jours, Apple et le procureur général William Barr ont publié des déclarations contradictoires concernant les efforts d'Apple pour aider le FBI à accéder aux informations sur les iPhones d'Alshamrani. Barr a récemment affirmé qu’Apple n’avait fourni aucune «assistance substantielle» à ce sujet, une affirmation que Apple nie avec véhémence.

La réponse d'Apple à l'allégation de Barr se lit en partie:

Nous rejetons l'idée selon laquelle Apple n'a pas fourni d'assistance substantielle dans l'enquête Pensacola. Nos réponses à leurs nombreuses demandes depuis l'attaque ont été opportunes, approfondies et se poursuivent », a déclaré la société dans un communiqué. «Nous avons répondu à chaque demande rapidement, souvent en quelques heures, en partageant des informations avec les bureaux du FBI à Jacksonville, Pensacola et New York. Les requêtes ont donné lieu à de nombreux gigaoctets d'informations que nous avons remis aux enquêteurs. Dans tous les cas, nous avons répondu avec toutes les informations que nous avions.

Le FBI veut probablement ce qu'il exigeait il y a quelques années lorsqu'un problème similaire s'est posé avec un iPhone 5c qui appartenait à un terroriste impliqué dans la fusillade de San Bernardino en 2015. Là, le FBI a essentiellement demandé à Apple de créer une version personnalisée d'iOS qui permettrait au FBI de deviner sans cesse le code d'accès de l'appareil sans lancer un effacement du système. Apple a catégoriquement refusé et rien n'indique que la société envisage de changer son approche cette fois-ci.

Notamment, les appareils auxquels le FBI veut accéder dans ce cas particulier incluent un iPhone 5 et un iPhone 7. Cela étant, il n'y a aucune raison de croire que le FBI ne pourrait pas accéder auxdits appareils en faisant appel à une sécurité tierce entreprise comme Cellebrite. Dans l'enquête de San Bernardino, si vous vous souvenez, le mot a finalement fait surface que le FBI a payé environ 1 million de dollars pour un piratage d'iPhone réalisable.

Source de l'image: Shutterstock