Love, Victor : la série évènement est-elle à la hauteur des attentes ?

Hulu a frappé un grand coup avec le lancement de Love, Victor, une série évènement qui s'est retrouvée en Tendance sur Twitter le jour de sa sortie.

Le 17 juin, Hulu a lancé , la spin-off du film à succès Love, Simon. Le long métrage qui mettait en avant Nick Robinson (Jurassic World), Katherine Langford (13 Reasons Why) et Jennifer Gardner (Valentine’s Day) présentait un jeune adolescent qui n’avait pas fait son coming-out. On le découvrait tomber amoureux d’un garçon dont il ne connaissait pas l’identité et avec qui il échangeait par téléphone, avant que son homosexualité ne soit révélée au reste de l’école, sans son consentement. 

Une série qui aborde les tourments intérieurs des adolescents

Love, Simon est une série pour adolescents classiques, mais cela ne veut pas pour autant dire qu’elle est superficielle. Bien au contraire. Elle aborde les thèmes courants dans ce genre de production, à savoir notamment la sexualité, l’amour propre, la volonté de plaire et de s’intégrer (…) et le fait avec un certain talent.

Beaucoup d’entre vous se reconnaîtront dans les personnages développés par la série. Simon d’abord, le protagoniste principal, qui tente de cacher son homosexualité en sortant avec la belle et douce Mia, une jeune fille qui souffre de l’absence de sa mère. Certains d’entre vous craqueront pour Felix, l’exubérant meilleur ami de Victor, tandis que d’autres se reconnaîtront en Lake, si obsédée par l’image qu’elle renvoie aux autres qu’elle en oublie d’être elle-même.

Des clichés certes, mais des clichés magnifiés par un scénario qui a beau avancer en chemins balisés, mais qui s’en sort avec bien plus que les honneurs. 

Une série qui prône l’acceptation de soi et des autres

Depuis que les séries sont consommées par de plus en plus de jeunes, les producteurs ont compris qu’ils pouvaient faire passer des messages pour leur inculquer des valeurs primordiales. 13 Reasons Why est sans doute la série précurseuse de cette nouvelle ère du binge watching, elle qui aborde des sujets aussi graves que le suicide et le viol – bien que son final ait déçu. 

Love, Victor n’est en réalité pas un vrai drame. Elle joue sur plusieurs tableaux, se montrant tour à tour comique, mélancolique ou dramatique. Mais surtout, la série souhaite montrer aux jeunes (et aux autres) l’importance de s’assumer tel qu’on est, et d’accepter ses différences comme les choses qui font ce que l’on est, et ne surtout pas les nier. 

Des acteurs prometteurs

La galerie d’acteurs mise en avant par la série donne vie à des personnages hauts en couleur avec un talent notable. Ils sont tous remarquables dans la peau de leur protagoniste et apportent à la série un supplément d’âme la rendant d’autant plus appréciable. 

Car Love, Victor se consomme vite, sans modération. Les épisodes sont courts (une vingtaine de minutes), peu nombreux (10 uniquement) et apportent un beau prolongement au film Love, Simon, qui avait séduit les critiques et le public lors de sa sortie en 2018.

Une série qui met en avant la diversité

Les nouvelles plateformes comme Netflix ou Hulu ont changé les codes de diffusion des séries et des films, accessibles désormais depuis un écran de télévision, d’ordinateur ou de téléphone portable. Mais elles ont aussi fait évoluer les mentalités, en présentant des minorités à l’écran et en faisant d’elles des personnages principaux. 

Dans Love, Victor, le personnage principal est latino. Sa copine est métis. Plusieurs personnages mis en avant sont ouvertement homosexuels. Athés, croyants, noirs, blancs : c’est finalement l’être humain qui est désormais au coeur des récits mis en images par les réalisateurs, et plus seulement les blancs uniquement.

La série sort d’autant plus en marge du mouvement #BlackLivesMatter qui demande plus de droit, de visibilité et qui espère surtout que le racisme cesse pour de bon. Et le cinéma est un excellent vecteur de messages, surtout lorsqu’il s’adresse aux jeunes qui font former la génération de demain. En leur apprenant la tolérance, le respect de l’autre et l’acceptation, les séries jouent un rôle considérable dans leur éducation.

Une série pour tous !

Que vous soyez blancs, noirs, homosexuels ou hétérosexuels, vous avez toutes les chances de vous retrouver dans cette série, d’en apprécier les situations comiques et punchlines bien ciselées, ou de vous retrouver touchés face au désarroi de Victor, l’émouvant personnage au coeur du récit.

Le succès est en tout cas au rendez-vous. Dès sa sortie le 17 juin, Love, Victor s’est retrouvé en Tendance sur Twitter, signe de sa grande popularité.


Pierre Costero

Pierre Costero

Passionné d'écriture, je suis rédacteur web depuis sept ans. Je m'intéresse à l'actualité médiatique et la vie des célébrités en partageant avec justesse les dernières nouveautés brûlantes.