Une députée dérape : les chômeurs auraient des enfants de très mauvaise qualité selon elle

C’est une polémique qui a vu le jour à la suite des propos de cette députée qui a ciblé les chômeurs. Elle estime qu’ils n’ont pas d’enfants de bonne qualité.

Enfant
Source : capture Pixabay

En Ukraine, il n’aura pas fallu attendre très longtemps pour que les propos de la députée se retrouvent dans de nombreuses conversations. Elle fustige alors les chômeurs qui n’auraient qu’une seule vocation, celle d’obtenir une aide financière grâce à ces enfants. L’information a été relayée notamment dans le Courrier International et elle a fait couler beaucoup d’encre. Certains habitants ont été particulièrement choqués par les déclarations de cette députée qui appartient à la majorité. Apparemment, Volodymyr Zelensky aurait même pris la parole afin d’obtenir au plus vite des excuses, mais également une démission.

Enfant
Source : capture Pixabay

Halyna Tretyakova dérape lors d’une interview

Cette femme prénommée Halyna Tretyakova est une députée de la majorité, mais également la directrice de la commission parlementaire. Elle a donc été questionnée au cours de cet entretien sur la politique sociale du pays. Ce n’est pas une question surprenante puisqu’elle rythme finalement la vie de nombreux pays. Ses propos ont été relayés dans l’Oukraïna Moloda et rapidement, ils ont été relayés dans la presse internationale.

Enfant
Source : capture Pixabay
  • La députée estime que la naissance d’un enfant n’est pas forcément le fruit d’un désir de donner la vie pour certains chômeurs.
  • Leur volonté serait surtout dictée par le soutien que l’Ukraine peut apporter aux familles.
  • Comme les chômeurs obtiennent une aide financière, ils auraient tendance à multiplier les enfants pour que les sommes soient considérables.
  • La députée estime que le résultat est connu : les chômeurs ont « des enfants de très mauvaise qualité ».
  • Pour la députée de la majorité, ces mêmes enfants auront ensuite la volonté de vivre sur les fonds publics.

Pour Halyna Tretyakova, il y a donc un cercle vicieux, mais ses propos ont rapidement entraîné une polémique. Elle n’a pas hésité à citer d’éventuelles mesures comme la stérilisation des femmes à Singapour par l’ancien Premier ministre. Elle cite donc ce dernier qui avait apparemment mis en place cette stratégie pour toutes les femmes qui n’avaient pas une éducation supérieure. Rapidement, les syndicats sont montés au créneau pour tenter de contrer cette députée qui a clairement dérapé.

Des propos qualifiés d’antihumains par les syndicats

Il n’en fallait pas plus pour que la polémique voie le jour en Ukraine. En effet, la députée Halyna Tretyakova a été largement pointée du doigt pour cet entretien accordé à la presse. Selon les journaux, les syndicats auraient ciblé la députée en précisant que les propos étaient à la fois antihumains et antisociaux. Le quotidien révèle que le président aurait demandé la démission de cette femme polémique et des excuses officielles sont également attendues. Il est difficile pour l’heure de savoir si Halyna Tretyakova mettra en oeuvre cette demande, mais les réseaux sociaux ne sont clairement pas indifférents face à ces déclarations. Certains habitants ont estimé qu’il était injuste de juger des enfants en fonction de la situation des parents. Les Ukrainiens sont nombreux à estimer qu’il s’agit d’un profond manque de respect par rapport à ces chômeurs.

Lors de cet entretien, Halyna Tretyakova a également cité d’autres chefs d’État comme Thatcher, elle a utilisé les précédentes déclarations notamment pour appuyer son avis sur la question. Les habitants attendent désormais des excuses officielles, car ils n’apprécient pas forcément les propos de la députée. Déposera-t-elle sa démission ? Les prochains jours pourraient être décisifs.


Jennifer Pardé

Jennifer Pardé

Je suis passionnée par les mots, le métier de rédactrice Web s’est dévoilé comme incontournable il y a plus de 8 ans. Je n’hésite pas à partager mon avis sur tous les sujets notamment la politique, la télévision et les people.