Le personnel hospitalier milite pour un nouveau confinement immédiat ! La situation est très grave !

La perspective d’un nouveau confinement a beau inquiéter les français, elle est une bonne nouvelle pour les hôpitaux, qui reçoivent de plus en plus de patients infectés à la covid-19.

Emmanuel Macron
Source : capture Instagram @emmanuelmacron

Et si un nouveau était la seule solution viable pour lutter contre le ? L’échec du couvre-feu et du port du masque dans les lieux publics tend à penser que oui tant nous n’avons pas eu de signes positifs depuis la fin du confinement le 11 mai dernier. Depuis des semaines, les hommes politiques du gouvernement regardent avec attention les chiffres des admissions dans les hôpitaux (plus encore que le nombre de personnes positives au virus chaque jour) et le constat est effrayant : nous subissons actuellement une deuxième vague qui, selon Jérome Salomon (directeur général de la santé) « pourrait être supérieure à la première« .

 

Voir cette publication sur Instagram

 

À tous les enseignants de France.

Une publication partagée par Emmanuel Macron (@emmanuelmacron) le

Les rumeurs de confinement

Ce soir (mercredi 28 octobre), s’adressera en direct aux français depuis l’Elysée. Mais avant sa prise de parole, il semble évident qu’il s’apprête à annoncer un nouveau confinement. La rumeur court depuis plusieurs heures, notamment relayée par BFM TV qui semble bien informée. On apprenait mardi 27 octobre que les compétitions sportives professionnelles pourront se poursuivre en cas de confinement (annonce officielle) tandis que les écoles, collèges et lycées resteraient ouverts (rumeurs). Il semblerait qu’un confinement d’au moins quatre semaines nous attend, quand nous étions restés confinés huit semaines de mars à mai plus tôt cette année.

Et si beaucoup de français craignent de voir le président annoncer cette nouvelle mesure (et on peut les comprendre puisqu’on vous parlait aujourd’hui des conséquences néfastes pour la santé mentale de ce type d’enfermement forcé), le personnel hospitalier pourrait lui être très heureux face à cette annonce puisque les hôpitaux sont saturés et la situation est critique. Or, comme l’annoncent les portes-paroles et les hommes politiques depuis des semaines, un nouveau confinement n’aura lieu qu’en dernier recours, comme une sorte de solution finale. Et si c’était le moment, alors que les hôpitaux se remplissent ?

La fédération hospitalière de France préconise un confinement total

Contrairement au couvre-feu qui a été mis en place de manière locale (il ne concernait à l’origine que l’Île-de-France ainsi que huit métropoles françaises comme Toulouse, Grenoble et Marseille), pour être efficace, le confinement devra être total et donc concerner toute la population de la métropole, sans exception aucune (même les territoires les moins touchés). Mardi, sur France Inter, Frédéric Valletoux (président de la Fédération hospitalière de France) l’a expliqué : « Nous sommes déjà au cœur de l’orage« . Selon lui, il faut impérativement « un confinement clair, encadré dans le temps, et qui donne de la lisibilité et de la clarté aux Français« .

De son côté, François Hollande s’est montré assez critique envers les dernières mesures prises par le confinement, et surtout au sujet du déconfinement « qui a été trop rapide« . Il condamne aussi une organisation de la rentrée « trop optimiste« . Selon lui, « il faut procéder par degré et ne pas déconfiner trop rapidement » tout en reconnaissant qu’il était difficile de reprendre une vie normale tout en faisant très attention : « J’ai sans doute cédé à cette tentation d’avoir des réunions de famille« .

Un confinement pour éviter une deuxième vague dévastatrice

Le choix du confinement ressemble cependant à un volte-face pour Emmanuel Macron qui s’y refusait. Mais le président s’est rendu à l’évidence, les chiffres ne sont pas bons. Un proche du président a expliqué qu’il « avait compris qu’on ne pouvait même plus se permettre d’attendre les résultats du couvre-feu au vu de la dynamique des courbes de l’épidémie« . Et ce n’est pas le personnel hospitalier qui dira le contraire, lui qui est déjà face à un nombre de cas qui explosent et des équipements en moins. Le souvenir traumatique de la première vague n’est plus loin et fait craindre le pire, surtout que certains départements enregistrent déjà des chiffres similaires au pic du mois de mars.

Nous ne saurons que ce soir si le confinement aura été la mesure décidée par Emmanuel Macron, même si on voit mal comment le Président pourrait annoncer autres choses tant les différentes rumeurs semblent vraies. Réponse à 20h pour l’officialisation. Alors confinera ou confinera pas ?

 

 

 


Pierre Costero

Pierre Costero

Passionné d'écriture, je suis rédacteur web depuis sept ans. Je m'intéresse à l'actualité médiatique et la vie des célébrités en partageant avec justesse les dernières nouveautés brûlantes.