Coronavirus : que risque Emmanuel Macron pour avoir caché l’épidémie dès le mois de décembre ?

Depuis que l'épidémie de coronavirus fait rage en France, le gouvernement n'en finit plus de faire parler de lui, et pas pour de bonnes raisons. Hier, ce sont les révélations du « Canard Enchaîné » qui vont probablement faire vaciller le chef de l'État.

Emmanuel Macron
Source : France 3

Cela fait déjà quelques semaines que la rumeur court sur les réseaux sociaux et dans le milieu médical, le coronavirus serait arrivé en France bien avant le mois de février.

Dernièrement, des médecins français ont découvert qu’un patient, atteint d’une grave pneumonie courant décembre, avait en fait été contaminé par le COVID-19. Alors que « Le Canard Enchaîné » a révélé mercredi 6 mai, que le président de la République était au courant de la présence du virus en France depuis décembre dernier, que risquent réellement Emmanuel Macron sur le plan judiciaire ?

Emmanuel Macron
Source : RFI

Le président de la République peut-il voir sa responsabilité pénale engagée ?

D’après « Le Canard Enchaîné », un ambassadeur chinois, Laurent Bili, aurait directement prévenu Emmanuel Macron, dès le mois de décembre, de la présence du nouveau coronavirus sur le sol français. Une révélation assez incroyable lorsque l’on pense aux excuses du président, qui aurait soi-disant été pris de court, pour justifier les défaillances de l’État depuis le début de l’épidémie. Mais alors, est-ce que la responsabilité pénale du mari de Brigitte Macron peut être engagée ?

D’après Guillaume Jeanson, avocat au barreau de Paris, il est peu probable que le chef de l’État ait des comptes à rendre sur le plan pénal, car il est relativement protégé par la constitution de la 5e République, du moins en ce qui concerne l’exercice de ses fonctions.

Une immunité qui protège donc Emmanuel Macron, faisant de lui « un président responsable de rien », pour reprendre les mots de François Hollande en 2012. Par contre, les collaborateurs du chef de l’État ne sont pas concernés par cette protection, ce qui pourrait bien leur coûter cher si certains s’avèrent complices de ce scandale.

Cependant, si le président de la République est destitué de ses fonctions, pour « manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat », grâce à une mesure portée par le Parlement, alors la donne pourrait changer. Malheureusement, une telle mesure semble improbable, car les conditions à réunir sont particulièrement complexes.

Emmanuel Macron
Source : L’Union

Que risquent les collaborateurs du chef de l’État ?

Si Emmanuel Macron semble bien protégé, ce n’est effectivement pas le cas de son entourage politique, à l’image du Premier ministre, Édouard Philippe.

  • Ce dernier craindrait particulièrement les poursuites pénales, surtout lorsqu’avec le recul, une fois l’épidémie terminée, toutes les erreurs du gouvernement seront passées au crible.
  • Déjà, dans les couloirs de l’Élysée et de Matignon, on parle déjà d’une future commission d’enquête, qui pourrait parfaitement pointer du doigt les collaborateurs du président.
Buzyn et Philippe
Source : Europe 1

Ainsi, plusieurs plaintes seraient possibles à leur encontre, comme « la mise en danger de la vie d’autrui » ou encore « l’homicide involontaire ». Autant dire que si Emmanuel macron n’était pas protégé par son immunité, il serait soumis aux mêmes possibilités. Quant à Édouard Philippe, celui-ci peut toujours.se rassurer, puisqu’il n’est pas le seul à craindre des répercussions. En effet, l’ancienne ministre de la Santé, Agnès Buzyn, serait elle aussi dans le collimateur de certaines personnes.


Avatar

Ludivine Rivali

Rédactrice web et pigiste pour plusieurs magazines, je suis montée sur roulettes et je roule sur la vie. Autrice à mes heures perdues, je suis passionnée de ciné, séries et littérature.