Cas de Covid-19 graves chez l’enfant : pourtant, Macron rouvre les écoles !

Alors que de plus en plus de soupçons de Covid-19 chez l'enfant sont signalés en France, le gouvernement décide pourtant de maintenir l'ouverture des écoles, dès le 11 mai prochain...

Olivier Véran sur Franceinfo
Source : Franceinfo

Malgré les protestations des élus locaux, des syndicats d’enseignants et de nombreux parents, les écoles primaires rouvriront bien leurs portes le 11 mai 2020, dans le cadre du déconfinement annoncé par le Premier ministre ce mardi 28 avril, lors de son discours devant l’Assemblée nationale.

Le gouvernement, déjà fortement critiqué pour avoir tardé à présenter son plan de déconfinement -finalement exposé par Édouard Philippe juste avant qu’il ne doive être voté, ne laissant aux députés que très peu de temps pour se prononcer-, ne semble pas se préoccuper de soupçons de Covid-19 chez de nombreux enfants.

Pourtant, le ministre de la Santé, Olivier Veran, a assuré ce mercredi 29 avril sur Franceinfo avoir reçu une alerte inquiétante « de la part d’équipes parisiennes« , indiquant qu’en France « une quinzaine d’enfants présentent des symptômes de fièvres, digestifs, et un syndrome inflammatoire vasculaire assez général qui peut provoquer une défaillance cardiaque. »

Emmanuel Macron
Source : Wikimedia

Des alertes de la part du personnel soignant français qui ne semblent pas, là encore, être entendues, l’exécutif étant visiblement prêt à faire prendre d’importants risques à nos enfants dans l’unique but de remettre la France en marche.

Or, ces alertes doivent être plus que jamais prises au sérieux, étant donné que d’autres pays ont également tenu à alerter les autorités sanitaires actuellement confrontées à la pandémie de Covid-19 : de plus en plus d’enfants sont admis en soins intensifs après avoir développé une forme atypique grave pouvant s’apparenter à la maladie de Kawasaki.

Le Royaume-Uni tire notamment la sonnette d’alarme, évoquant l’admission de plusieurs enfants en soins intensifs, aux quatre coins de la Grande-Bretagne, laissant supposer une probable épidémie.

L’exécutif demeure pour l’instant sourd aux alertes mondiales concernant l’émergence de symptômes proches du Covid-19 et s’attaquant aux enfants

Alors que les autorités sanitaires tentent d’établir s’il existe un lien entre la pandémie de Covid-19 tuant plusieurs milliers de personnes dans le monde, en grande majorité adulte, et ce virus affectant désormais les enfants ; ne serait-il pas plus raisonnable d’appliquer le principe de précaution ? Nos enfants ne sont-ils que de simples cobayes ?

Ne faudrait-il pas plutôt reporter la réouverture des écoles primaires en attendant que la communauté scientifique mondiale ne soit en mesure de fournir plus d’indications au sujet de ce nouveau virus s’attaquant dangereusement aux plus jeunes ?

« À ma connaissance, aucun enfant, heureusement, n’est mort de ces complications qui sont des maladies assez rares« , tente de minimiser Olivier Veran au micro de Franceinfo, ce mercredi 29 avril. Avec cette déclaration, le ministre de la Santé s’inscrit, là encore, dans la ligne directrice du gouvernement depuis le début de la crise sanitaire du Covid-19 : celle de la minimisation, avant de finalement déclarer la France « en guerre »…

Edouard Philippe
Source : Wikimedia

Face à l’émergence de ce nouveau virus ne touchant que les enfants, faut-il vraiment prendre le risque de remettre les plus jeunes en contact les un des autres, alors même que les syndicats d’enseignant soulignent tous l’impossibilité de faire respecter des gestes barrières aux enfants ?

« Certains [de ces] enfants, en France et en Angleterre, se sont révélés porteurs du  », a expliqué à ce sujet le ministre de la Santé, bel et bien au courant de l’ampleur de ce nouveau virus.

« C’est quelque chose que je prends, évidemment très au sérieux. Je mobilise la communauté soignante, la communauté scientifique en France et à l’international pour avoir le maximum de données possible, pour voir s’il y a lieu de faire un lien entre le coronavirus et cette forme qui, jusqu’ici, n’avait été observée nulle part. Donc beaucoup de vigilance et une certaine inquiétude« , a-t-il également indiqué, tandis que l’exécutif semble bien décidé à rouvrir les écoles françaises le 11 mai, coûte que coûte.

Interrogé sur le fait que l’arrivée de ces nouveaux symptômes en France devrait, en tout état de cause, repousser la réouverture des écoles prévue pour le 11 mai, Olivier Véran précise : qu’il n’a « absolument pas d’explication médicale à ce stade«  pour prendre une quelconque décision. « Nous aurons les résultats rapidement sur ces enfants, sur leur dossier médical, pour pouvoir explorer » des solutions.

La solution, pourtant simple et élémentaire de repousser l’ouverture des écoles primaires ne semble pour l’instant pas effleurer l’esprit de l’exécutif, sourd aux revendications des principaux concernés.


Cécile Ducommun

Cécile Ducommun

Passionnée de rédaction, je m’intéresse à tous les sujets qui animent l’actualité française et mondiale. Rédactrice web de profession, j’ai à coeur d’informer le lecteur de la manière la plus précise possible, tout en offrant une information qualitative. Pigiste pour Barbanews, j’ai également pour but de contribuer à un canal d’information distinct des grandes rédactions journalistiques omniprésentes sur le web, offrant ainsi un point de vue différent sur notre actualité quotidienne.