Ronaldinho donne sa première interview post incarcération

L’ex-footballer brésilien s’était fait emprisonné durant un mois au Paraguay pour détention de faux papiers. Il se souviendra de cet événement.

@ronaldinho

Déjà en 2018, la star du ballon rond avait eu quelques problèmes avec la justice dans son pays : le Brésil.  L‘ancien joueur du PSG s’était vu privé de son passeport par les autorités brésiliennes pour refus de paiement amende s’élevant à 2,5 millions de dollars (soit près de 2,25 millions d’euros) pour avoir construit illégalement une jetée sur un lac protégé. 

En 2020, la légende du PSG, du FC Barcelone et de l’AC Milan est de nouveau embarqué dans une affaire judiciaire. En effet en mars dernier, n’ayant plus de passeport, il était en possession de faux papiers et a été arrêté au Paraguay. s’est visiblement trompé en toute bonne foi lorsqu’on lui a remis de faux documents paraguayens selon son avocat .Il a tout de même été emprisonné le temps de la réalisation d’un enquête et que « le justice puisse faire son travail ». Il a été libéré le 7 avril. Le Ballon d’Or 2005 a tenu à raconter cet épisode plus que marquant à la chaîne ABC Color.

« Jouer au football, signer des autographes, ça fait partie de ma vie »

Sa venue au Paraguay s’inscrivait dans un cadre légal car il venait pour le lancement d’un livre ainsi qu’une opération promotionnelle …

« Je me suis retrouvé totalement pris au dépourvu lorsque j’ai appris que ces passeports n’étaient pas valables. Jamais je n’aurais imaginé me retrouver dans une telle situation. Ce fut un coup dur »  s’est répliqué le quadragénaire en clamant son innocence, comme il le fait de depuis le début de cette étrange affaire.

Mais contrairement à ce que l’on entend habituellement concernant le milieu carcéral, «  Tous les gens que j’ai eu l’opportunité de rencontrer en  m’ont reçu avec gentillesse. Jouer au football, signer des autographes, faire des photos, ça fait partie de ma vie, il n’y a aucune raison que je cesse de le faire » a expliqué le joueur.

Alice Sapriza, la procuereur en charge de l’affaire reste assez intransigeante sur le sujet, comme elle l’a expliqué à l’AFP :

«Dans leurs téléphones, que nous avons analysés, nous avons trouvé des conversations du frère Roberto où il est question de ces documents. Ronaldinho ne pouvait pas ne pas savoir. Il ne peut pas plaider la bonne foi.»

« La première chose que je ferai quand tout ceci sera terminé c’est d’embrasser ma mère »

À cause du confinement, la décision de justice a été rendu par voie numérique,  Gaùcho Ronaldinho ne peut, en revanche pas pas retourner dans son pays pour l’instant, bien qu’il ait retrouvé sa liberté en partie.

Il va être pour un bon moment assigné à résidence sans un hôtel particulier paraguayen le temps que l’enquête aboutisse.

« La première chose que je ferai quand tout ceci sera terminé c’est d’embrasser ma mère qui vit des jours difficiles depuis le début de la pandémie de coronavirus à la maison, ensuite faire face à l’impact de cette situation et continuer avec foi et courage » a-t-il déclaré dans l’ÉMOTION. 

Aujourd’hui, une quinzaine de personnes sont dans le collimateur de la justice dans l’affaire des faux passeports.

 


Marie Prugnat

Marie Prugnat

Journaliste et rédactrice web, je contribue à de nombreux médias comme Gala, Télé Loisirs, My TF1 mais aussi des marques. Très curieuse, j'ai le sens de la formule !