Michel Cymes – La complainte du médecin le plus connu du PAF !

Depuis le début de l'épidémie de coronavirus, de nombreux experts sont invités sur les plateaux de télévision, pour parler de la maladie et du virus aux Français. Parmi eux, on retrouve Michel Cymes, dont les propos ont parfois fait polémique pour un médecin.

Michel Cymes
Source : Voici

Tout le monde a voulu y aller de son une expertise à propos du COVID-19, et le moins que l’on puisse dire, c’est que personne ne savait réellement de quoi il en retournait.

En effet, lorsque le virus s’est propagé dans les premiers jours, tout le monde se voulait rassurant, à grand renfort de « ce n’est qu’une grosse grippe ».

Le gouvernement a tenu ces propos en premier, suivi de près par certains experts, dont Michel Cymes, bien obligé aujourd’hui de reconnaître son tort.

Cependant, l’homme condamne les nombreuses attaques dont il a fait l’objet.

Michel Cymes
Source ; MCE

se plaint d’avoir été critiqué injustement

Alors que le confinement s’achève, Michel Cymes compte bien revenir à la télévision dès ce mardi 12 mai, avec une émission spéciale sur le déconfinement et la suite des évènements probables avec le virus.

À l’occasion d’une interview pour le journal « Le Parisien », celui-ci revient sur les attaques dont il a été l’objet ces derniers mois, alors qu’il avait sous-estimé le virus, à l’instar de nombreux autres spécialistes et des membres du gouvernement. Soucieux de faire taire les mauvaises langues, alors que certains aiment à lui rappeler qu’il parlait du comme d’une « grippette », il espère passer à autre chose maintenant que les Français ont retrouvé leur liberté.

« J’ai sous-estimé ce virus. Je ne suis pas virologue, je suis informateur. J’ai sous-estimé car tous ceux qui savaient, dans une grande majorité, ont sous-estimé. Je suis un relais. Je ne pensais pas que l’on pouvait manquer de respirateurs, de médicaments. On a frôlé la catastrophe. », affirme le médecin aujourd’hui.

Michel Cymes
Source : Soir Mag

Néanmoins, même s’il reconnaît aujourd’hui qu’il vaut mieux dire que l’on ne sait pas, plutôt que d’affirmer des choses sans en être sûr, Michel Cymes ne peut pas s’empêcher non plus de trouver injuste le traitement dont il a été victime, et pas les autres. Pour lui, il est évident qu’il a servi de tête de turc, alors qu’il n’était qu’un informateur parmi d’autres, et qu’il n’a pas tenu des propos très différents de ceux que tenaient les autres experts.

« Bruno Masure m’a dit : ‘Quand tu es en vitrine, c’est toi qui prends le premier pavé dans la gueule.’ J’ai pris plus que les autres. Les réseaux sociaux m’ont prêté des propos tronqués. Je n’ai rien dit de plus ou de différent que les autres informateurs. », raconte le présentateur au journal « Le Parisien ».

Malgré son mécontentement, il n’oublie pas d’avertir les Français et de les inviter à rester vigilants malgré le déconfinement. En effet, comme il le dit lui-même, « ce n’est pas parce que l’on est sorti du confinement, que le virus est rentré chez lui ». Au moins cette fois-ci, il en est sûr, cette dernière remarque ne fera pas polémique.

Michel Cymes
Source : Programme TV

Michel Cymes ne porte pas Didier Raoult dans son cœur

Parmi tout le brouhaha qui a pu avoir lieu dans les médias pendant le confinement, l’affaire du professeur Raoult et de la chloroquine reste certainement celle qui a le plus passionné les foules. Alors que ce dernier affirmait au début de l’épidémie que, grâce à la chloroquine, le virus du Covid-19 ne ferait pas de vieux os sur notre territoire, ses collègues médecins ne l’ont jamais entendu de cette oreille, ni même le gouvernement.

  • Lors de sa pastille sur RTL le 11 mai, Michel Cymes a précisé ne pas vouloir repartir dans une polémique, mais ne s’est pas empêché de donner son avis sur le célèbre scientifique.
  • À ses yeux, Didier Raoult ferait mieux de rester modeste dorénavant, puisque contrairement à ce qu’il affirmait au début de l’épidémie, le traitement miracle n’a pas encore été trouvé.

« Quand on est scientifique et qu’on affirme haut et fort qu’on a trouvé LE traitement du Covid et que deux ou trois mois plus tard LE traitement miracle n’en fait pas, de miracles, on se dit que le virus aime décidément nous montrer qu’on doit rester modeste. », tonne l’ancien médecin.


Avatar

Ludivine Rivali

Rédactrice web et pigiste pour plusieurs magazines, je suis montée sur roulettes et je roule sur la vie. Autrice à mes heures perdues, je suis passionnée de ciné, séries et littérature.