Marie-France Pisier : le destin tragique d’une actrice adorée du public !

Dans le cinéma français, de nombreuses actrices ont marqué l'esprit des spectateurs et téléspectateurs. Parmi elles, Marie-France Pisier était une icône pour toute une génération, jusqu’à son décès soudain en avril 2011.

Marie-France Pisier
Source : AmoMama

Comédienne adulée par le public, cette dernière a rencontré de nombreux succès au cours de sa carrière, tout comme on lui a prêté un grand nombre d’histoires d’amour.

Malheureusement, durant les dernières années de sa vie, les choses n’étaient plus très roses pour , qui a notamment dû traverser la douloureuse épreuve d’un cancer. Alors que personne ne s’y attendait, l’ est décédée subitement le 24 avril 2011, dans des circonstances qui restent aujourd’hui toujours mystérieuses.

Marie-France Pisier
Source : Ciné Télé Revue

Les grands moments de la vie de Marie-France Pisier

La carrière de Marie-France Pisier a commencé en 1961, lorsque cette dernière a participé au court-métrage « Antoine et Colette » de François Truffaut. Très vite elle se fait repérer par le Tout-Paris, et devient une égérie du cinéma d’auteur. De Robert Hossein à Alain Robbe-Grillet, en passant par Jacques Rivette et André Téchiné, elle se fait remarquer dans de nombreux rôles, jusqu’à obtenir un César en 1976 et 1977. En 1972, elle campe le rôle de Ludivine dans la série « Les gens de Mogador », ce qui lui vaut la reconnaissance du public. Par la suite, elle enchaîne quelques succès populaires, notamment aux côtés de Jean-Paul Belmondo. Malheureusement, à partir des années 90 elle se fait plus discrète et sélectionne de manière plus drastique les films dans lesquels elle joue.

Marie-France Pisier
Source : Paris Match

En amour, on lui connaît une relation de 6 ans avec Georges Kiejman, auquel elle s’est d’ailleurs mariée en 1973. Puis, après son divorce, elle se met en couple avec Thierry Funck-Brentano, qui lui offrira deux beaux enfants, Mathieu et Iris, âgés aujourd’hui de 36 et 34 ans.

C’est avec lui qu’elle a fini sa vie, jusqu’à sa mort soudaine et inexpliquée en avril 2011, alors même que Marie-France Pisier venait de traverser une période difficile dans sa vie à cause du cancer. De même, d’après certains proches de la comédienne, elle était restée fragilisée par le décès de ses parents, qui se sont tous deux donné la mort.

Marie-France Pisier et son mari
Source : Puretrend

La mort de Marie-France Pisier reste une énigme

C’est le 24 avril 2011 que la France a appris la mort de Marie-France Pisier, retrouvée inconsciente et inanimée au beau milieu de la piscine de sa résidence secondaire, de Saint-Cyr-sur-Mer dans le Var, alors qu’elle y passait quelques jours de vacances avec son mari.

  • Ce qui interpelle les secours sur place est avant tout la scène qui se déroule sous leurs yeux, puisque l’actrice a la tête et les épaules coincées dans le croisillon métallique d’une chaise en fer forgé, tout en étant chaussée de bottes en caoutchouc.
  • Malgré une autopsie, les circonstances de la mort n’ont pas pu être clairement définies. Tout juste sait-on qu’elle avait un fort taux d’alcool dans le sang, ainsi que des traces évidentes d’antidépresseurs et d’antalgiques.
  • Finalement, le médecin légiste conclut à un suicide, d’autant plus que le cancer du sein de l’actrice était revenu, alors que le premier lui avait été diagnostiqué en 2003.

Toutefois, bien que le corps a été retrouvé au milieu de la piscine, les poumons n’avaient pas assez d’eau pour que l’actrice ait pu succomber par noyade. De ce fait, les enquêteurs ont fini par conclure à une crise cardiaque ou une hydrocution.

Quelques années plus tard, le mari de Marie France Pisier, Thierry Funck-Brentano, a donné sa version des faits, d’après ce qu’il pensait, puisqu’il n’était malheureusement pas présent lorsque sa femme s’en est allée. Selon lui, il ne fait aucun doute que la comédienne s’est suicidée, car elle était très fragile. Cependant, leurs enfants n’acceptent pas du tout cette hypothèse, persuadés qu’il s’agit d’un accident et que leur mère n’aurait jamais mis fin à ses jours. Dévoué à ses enfants, le père s’est résigné à suivre leur point de vue, du moins en apparence.

« Mes enfants n’acceptent pas l’idée du suicide et penchent pour la thèse de l’accident. Alors, moi, qui suis absolument certain du contraire, je finis aussi par me résoudre à employer le terme d’accident… », a-t-il déclaré lors d’un documentaire.


Avatar

Ludivine Rivali

Rédactrice web et pigiste pour plusieurs magazines, je suis montée sur roulettes et je roule sur la vie. Autrice à mes heures perdues, je suis passionnée de ciné, séries et littérature.