Lady Diana : un objet coquin dans son sac, voici tous les détails !

La maman de Williiam et Harry une petite farceuse ? Il semblerait que oui.

Princesse Diana
Source : Instagram @lady.diana

La princesse Diana était une sacrée farceuse. Elle adorait les bonnes blagues mais il est vrai que sa condition de princesse ne lui donnait pas souvent l’occasion d’en faire. En fait, et on ne le sait que très peu, elle pouvait être une sacrée farceuse. D’ailleurs, cela semble aussi être un trait de caractère de son fils cadet, le grand étant définitivement sérieux comme un pape. En même temps, William aura un jour la lourde couronne anglaise sur la tête. Il n’a donc pas la liberté que la princesse de Galles a pu s’accorder, même si elle était censée devenir la reine consort. En parallèle, les hommages ne cessent de prendre de l’ampleur.

Tout avait commencé par une blague de son bodyguard

L’affaire avait commencé par une blague. En effet, c’est le garde du corps de la princesse qui est à l’origine de cette drôle d’habitude qu’avait pris Lady Di. A l’époque son garde du corps était Ken Wharfe et c’est lui qui a fini par rompre le silence dans son livre « un secret bien gardé ». En fait, le facétieux militaire avait réussi à convaincre la sœur de Diana de lui faire une farce. C’est ainsi que lady Sarah McCorquodale a profité d’un moment d’inattention de la princesse pour cacher l’objet convenu dans son sac à main. La princesse devait s’envoler pour . C’était en 1992. La jeune femme devait rencontrer Jacques Chirac. Elle devait également rencontrer, mais lors d’un rendez-vous différent, Paul McCartney. La jeune princesse est donc parti en visite officielle avec la chose dans son sac à main.

L’objet est devenu son porte-bonheur

Selon son garde du corps cela avait beaucoup fait rire la princesse. Mais qu’avait donc la jeune femme dans son sac ? En fait les deux farceurs avaient introduit un sextoy dans le sac à main de la princesse. De quoi effectivement en mettre plus d’une dans l’embarras. La reine aurait été horrifiée si elle l’avait su. Mais il ne faut pas se mentir. Cette farce était très osée pour le début des années quatre-vingt-dix. Surtout dans ce type de société. On se demande ce que Jacques Chirac aurait fait si le sac était tombé à ses pieds et s’était ouvert. Probablement rien, sinon il aurait sans doute bien pris la chose. En effet, alors qu’il était de Paris, il avait autorisé un concert de Madonna qu’il adorait. Le concert avait fini par un lancer de petites culottes sur les spectateurs devant un Jacques Chirac mort de rire. Au pire, il l’aurait ramassé avec sa galanterie habituelle et aurait passé le reste de sa visite à pouffer de rire. En tout cas cela aurait surement changé par rapport au protocole dont les visites officielles étaient entourées.

adopte l’objet et le surnomme le gadget

En fait la princesse Diana a décidé d’adopter le sextoy et l’a surnommé le gadget. Elle l’a pris comme grigri et comme porte-bonheur. Et elle veillait toujours à ce que cet objet soit de tous ses voyages. Elle avait l’impression que sans cet objet avec elle, tout irait de travers. Bien sûr elle ne le portait pas dans son sac à main, mais il l’accompagnait dans ses déplacements. Son garde du corps révèle que lors d’un voyage au Népal, la princesse s’était aperçue que son grigri n’était pas avec elle. Or, elle était persuadée que l’absence de son objet fétiche allait entraver sa journée. La princesse n’a fait ni une ni deux et a fait venir son porte-bonheur par la valise diplomatique. Il faut savoir que la valise diplomatique ne peut jamais être contrôlée à la douane. Et heureusement. On imagine aisément la tête des douaniers en découvrant l’objet destiné à la princesse. L’honneur était ainsi sauf.