Kate Winslet : ces réalisateurs avec lesquels elle aurait préféré ne pas travailler.

La belle anglaise revient sur ses choix en matière de travail. Et ça fait mal !

Kate Winslet
Source : Instagram

Kate Winslet est devenue une star avec Titanic . A 22 ans, ce film où elle jouait avec Leonardo Di Caprio a fait de l’ une star mondiale. Belle et talentueuse, la jeune femme donnait magnifiquement la réplique au grand Léo. Ce dernier était déjà connu puisqu’il avait été nominé à 19 ans à l’Oscar du meilleur dans un second rôle, ce qui veut dire beaucoup. Pour lui, Titanic sera la consécration, et pourtant il mettra du temps à obtenir un oscar, alors que l’homme a des capacités extraordinaires d’acteur. En tout cas, les deux acteurs ont fait une carrière fantastique. Comme Leonardo, Kate a tourné avec les plus grands. Par contre, sa réaction au mouvement #MeToo a été un temps décriée.

Kate Winslet avait défendu Woody Allen

Kate Winslet, tout comme sa collègue Scarlett Johanson avait défendu le réalisateur américain. D’ailleurs Kate avait été énormément critiquée suite à sa défense très controversée du réalisateur hollywoodien. Elle s’était elle-même alors trouvée sous le feu des critiques. Les deux positions peuvent se comprendre. D’un coté Kate travaillait avec Allen et il n’a jamais été condamné. Certes, peu de temps avant, la fille adoptive de Mia Farrow avait dénoncé les actes de son ex beau-père. En effet, au moment des faits, Woddy Allen était marié à l’actrice Mia Farrow. Cette dernière avait des enfants adoptifs et notamment des filles. Woody avait d’ailleurs quitté sa femme parce qu’il avait une liaison avec l’une des filles de sa femme. C’est pour le moins glauque.

View this post on Instagram

Love you all ❤️ #katewinslet

A post shared by Kate Winslet (@kate.winslet.official) on

Les dénonciations  de Dylan Farrow

Il est vrai que dès lors, les dénonciations de Dylan Farrrow deviennent crédibles. D’ailleurs ce n’est sans doute pas un hasard si c’est Ronan Farrow, le fils de Mia qui a fait l’ à l’origine de la chute du producteur Harvey Weinstein. Ce dernier a d’ailleurs fait la lumière sur toutes les méthodes utilisées par le milieu du cinéma pour faire taire les actrices qui auraient envie de parler. Le livre parle d’intimidations, de carrières brisées etc. Kate aurait du à ce moment là faire preuve de prudence voire éviter de prendre position, du moins de la manière dont elle l’a fait. Mais on ne peut pas revenir sur le passé. Et ce qui est fait est fait et internet n’oublie rien.

L’affaire Polanski

Polanski c’est bien pire. L’homme a été condamné aux USA et il est ce qu’on appelle un fugitif. En effet, il est sous le coup d’un mandat d’arrêt au pays de l’oncle Sam. S’il retourne dans son pays, il aura un aller simple pour la prison la plus proche. Et on sait ce qui arrive aux violeurs d’enfants, que ce soit aux Etats-Unis ou ailleurs. C’est la raison pour laquelle il évite soigneusement certains pays. Là aussi, Kate n’avait pas beaucoup réfléchi. Ajourd’hui, il semble que la belle Kate ait une vision différente des choses.

Les confidences à Vanity Fair

Il y a quelques jours l’actrice oscarisée a confié qu’elle regrettait amèrement d’avoir travaillé avec ces deux réalisateurs alors que leurs comportements commençaient à être connus, et que le mouvement #MeToo déferlait sur le monde. Véritables regrets ? Souhait de sembler solidaire à un moment où les femmes parlent de plus en plus des agressions dont elles sont victimes ? C’est totalement impossible à savoir. En effet, les stars ont des conseillers en image qui ont très bien pu lui souffler l’idée. Tant mieux si elle est sincère. Mais une grande question se pose. La jeune femme a certes parlé de Woody Allen et de Roman Polanski. Mais pas un mot sur Harvey Weinstein qui a pourtant été l’un des producteurs de Titanic. En même temps, ce dernier est aujourd’hui en prison et son cas est réglé.