« J’en fais encore des cauchemars » : Paris Hilton brise le silence sur ce sombre épisode de son adolescence

Dans une interview accordée au magazine People, l’héritière raconte les violences dont elle a été victime durant l’adolescence. Une première.

Source : compte instagram @theststyle

Elle dit n’en avoir jamais parlé. Dans la bande-annonce du documentaire sur sa vie, This Is Paris, une séquence fait froid dans le dos. On entend Paris Hilton confier avoir subi des violences physiques et psychologiques. Selon son témoignage, les faits se seraient produits dans l’internat Provo Canyon School.

Situé dans l’Utah, l’établissement aurait fait subir le pire à ses élèves. L’ex-comparse de Nicole Ritchie dans The Simple Life raconte les horreurs qu’elle a subies dans l’Utah et comment elles l’ont affectée jusqu’à en être marquée mentalement.

View this post on Instagram

kim and paris

A post shared by paris hilton 💖 (@euphoric2000s) on

« Quelque chose est arrivé dans mon enfance, dont je n’ai jamais parlé à personne »

Dans une interview accordée en exclusivité au magazine américain People, aborde pour la première fois les violences qu’elle a subies lorsqu’elle était adolescente. A la fin des années 90, la jeune héritière était intenable selon ses dires : elle vivait au prestigieux Waldorf Astoria Hotel avec ses parents, Rick et Kathy Hilton, ses frères Barron et Conrad, et sa sœur, Nicky.

Le Waldorf se trouve à New-York, la ville idéale pour une adolescente qui adore braver l’interdit et faire la fête : « C’était facile de sortir en cachette et d’aller à des soirées« , admet-elle. Son attitude bravache, normale pour une adolescente, était incompréhensible pour ses géniteurs : « Mes parents étaient si strictes que cela me poussait à me rebeller. Ils me punissaient en prenant mon téléphone, en prenant ma carte de crédit, mais cela ne marchait pas. Je continuais de sortir« , se souvient-elle.

Avant même d’avoir sa propre télé-réalité, la jet-setteuse préférée des Etats-Unis croquait la vie à pleines dents… jusqu’à une décision traumatisante prise par ses parents. Ils ont cru bon de l’envoyer en internat.

« Je faisais des crises de panique et je pleurais tous les jours »

Rick et Kathy Hilton ont envoyé leur fille en pleine crise d’adolescence à Provo Canyon School, dans l’Utah. Paris Hilton y est restée pendant 11 mois. Elle y a subi des violences verbales et physiques tout ce temps : « J’ai caché la vérité si longtemps« , avoue-t-elle dans l’interview accordée à People.

« Du moment où je me réveillais au moment où je me couchais, on me criait dessus toute la journée, on me hurlait au visage, de la torture continue« , confie l’héritière. Leur méthode ? « Le personnel disait des choses terribles. Ils me faisaient constamment me sentir mal, ils me maltraitaient. (…) Ils étaient violents physiquement aussi, ils nous tapaient, ils nous étranglaient« .

Si l’internat faisait subir ces horreurs à ses élèves, c’était pour une raison bien précise selon Paris Hilton : « Ils voulaient que les enfants aient peur, qu’ils aient si peur qu’ils obéissent« . C’était donc une sorte de camp de redressement pour forcer des adolescents à devenir l’ombre d’eux-mêmes. Les conséquences d’une telle « méthode éducative » ont été désastreuses sur la jeune femme : »Je pense que leur objectif était de nous casser« .

Ce témoignage terrifiant a été appuyé par plusieurs anciens de Provo Canyon School : ils ont également parlé de leur expérience traumatisante dans le documentaire This Is Paris, qui sortira le 14 septembre. Ils abordent, entre autres, l’usage de méthodes dignes d’un asile psychiatrique : prise de médicaments forcée, ou encore mise en isolement pour les punir.

L’héritière a été profondément traumatisée par ces violences : « Je faisais des crises de panique et je pleurais tous les jours. (…) Je me sentais misérable. Je me sentais comme prisonnière et je détestais ma vie« . Elle est repartie à New-York à ses 18 ans, mais s’est sentie trop « honteuse » pour parler de ce que l’établissement lui avait fait à ses parents. Si aujourd’hui, Paris Hilton a trouvé le courage d’aborder son traumatisme, elle exclut toute poursuite judiciaire : « Je veux être la voix des enfants et des adultes partout dans le monde qui ont vécu des expériences similaires« , conclut-elle.


Emma Leroux

Emma Leroux

Récemment diplômée d'une école de journalisme, j'ai à coeur d'informer mes lecteurs sur toutes les thématiques qui font l'actualité ! Des news people aux informations politiques, je vous tiens au courant de tout ce qu'il se passe dans le monde au jour le jour.