J.J. Lionel, le chanteur du tube planétaire « La Danse des canards » meurt des suites d’une tumeur au cerveau

Quel est le point commun entre El baile de los pajaritos, Okashii Tori, A dança do passarinho ou encore Il ballo del qua qua ? Ce sont les différentes traductions (espagnole, japonaise, portugaise, italienne) de La Danse des canards. On a dû mal à y croire mais cette chanson, qui fleure bon les fêtes de villages et autres kermesses, a fait le tour du monde. Aux États-Unis, le titre a même été rebaptisé Chicken Dance. Sans compter les nombreuses versions techno (Bird dance par Birdy en 2007 et Duck Party par Gordon Limit en 2018). En France, le titre peut se targuer d’être le tube francophone le plus vendu dans les années 1980. À tel point qu’il figure dans le Livre des Records de 1983 avec 2 500 000 exemplaires vendus. Au début des années 2010, le score monte même à 3,5 millions. La Danse des canards n’aurait certainement pas été le carton que l’on connaît sans la voix enjouée de son chanteur, le Belge J.J. Lionel (de son vrai nom Jean-Jacques Blairon) qui vient de s’éteindre à l’âge de 72 ans, des suites d’une tumeur au cerveau.

Une genèse atypique

Né le 9 août 1947 à Binche en Belgique, Jean-Jacques Blairon n’était pas vraiment destiné à être l’ d’un tube sur les palmipèdes. Bassiste et diplômé du Conservatoire de musique de Mons, il accompagne le chanteur Jacques Hustin ainsi que le groupe Wallace Collection. Sa carrière prend une toute autre tournure au début des années 1980 lorsqu’il joue un soir Vogeltjedans, un morceau instrumental suisse lors d’un concert dans la région bruxelloise, alors qu’il est musicien dans l’orchestre de l’accordéoniste Hector Delfosse. Le public est conquis et en redemande. Devant cet enthousiasme, Hector Delfosse et son frère Georges décident de mettre des paroles sur cette musique et font donc appel au parolier Eric Genty. Jean-Jacques Blairon devient J.J. Lionel et La Danse des canards est née.

Avec cette chanson, J.J. Lionel devient connu à l’international. Pourtant, le musicien ne verra pas vraiment un changement dans son train de vie. En effet, n’étant ni l’auteur du tube, ni son compositeur, il ne touchera seulement qu’un pourcentage sur les ventes de disques. Par la suite, J.J. Lionel continuera sur sa lancée en enregistrant d’autres chansons populaires telles que La Danse des petits chats ou Moi, je dois faire pipi, adapté d’un tube italien. Mais ces titres ne connaîtront pas le même succès que La Danse des canards.

Nombreuses festivités

Ces dernières années, Jean-Jacques Blairon s’était rapproché de sa famille. Avec sa femme, Georgia Ghesquière, il a emménagé en 2016 à Comines-Warneton, dans la section de Houtem, toujours en Belgique. Particulièrement apprécié, il s’était rapidement fait des amis.

https://www.instagram.com/p/BoyUm1Bh1ay/

Quant à La Danse des canards, titre dont il était devenu indisocciable au fil des ans, il continuait de la chanter à la télévision et dans de nombreuses festivités en tous genres. RIP l’artiste…

Afficher Masquer le sommaire
Accueil » People » J.J. Lionel, le chanteur du tube planétaire « La Danse des canards » meurt des suites d’une tumeur au cerveau