Harry voulait décoincer la monarchie, il trouvait le protocole trop lourd !

Harry voulait décoincer le protocole et le rendre moins pesant. Mais il a fini par jeter l’éponge.

Prince Harry : la raison pour laquelle il a "puni" un de ses amis d'enfance
Capture Instagram

Le prince Harry a toujours été le rebelle de la famille. Alors que William suivait bien sagement la voie royale à laquelle il était destiné, Harry vivait sa vie. Il était sans doute le plus sensible de deux, il est vrai que le jeune prince  avait perdu sa mère à l’âge de 11 ans. Élevé dans le strict protocole royal, Harry a fini par quitter la le 31 mars 2020.

Un jeune prince traqué par la presse

Le prince Harry est celui qui n’est jamais entré dans le moule, et ceci dès tout petit. Chacun se souvient très certainement d’une photo du mini-rebelle dans les bras de sa mère en train de faire moult grimaces aux paparazzis. Mais selon Charles Spencer, le frère de Lady Diana, ce jour là, sa sœur et ses enfants avaient été particulièrement harcelé. Le petit prince avait fini par craquer. Lady Diana avait été furieuse. Elle estimait que la presse les avait piégé.

Qui a perdu sa mère très jeune

Il est évident qu’il n’est pas simple de perdre sa mère aussi jeune. Devoir défiler derrière son cercueil en faisant tous les efforts du monde pour ne pas fondre en larmes est très difficile. De plus, les jeunes princes avaient très certainement eu vent des hésitations du palais à organiser des funérailles officielles pour leur mère. La polémique sur le décès de la princesse de Galles ne les a pas non plus épargné. Il faut se rappeler qu’à l’époque certains accusaient à demi-mots la couronne d’être impliquée dans l’.

Une adolescence délicate

Le jeune prince va très vite se rebeller et refuser de rentrer dans le moule. Ainsi on le soupçonne de prendre des substances illicites. il se murmure d’ailleurs que son père l’a envoyé en toute discrétion en détoxication. On verra aussi le jeune homme arriver en costume de SS à une soirée déguisée. Bien entendu la presse en fait ses choux gras et elle a vite fait de le surnommer  » Dirty Harry ». Ce surnom ne vas pas arranger les choses et va sans doute encore accentuer son caractère rebelle.

 

Scrutée par les paparazzis

En fait, le jeune homme va être constamment sous les projecteurs, la presse se faisant une joie de  noter tous ses dérapages, sans jamais lui laisser de répit. Et pourtant le jeune homme est le petit-fils préféré de la reine. Elle lui envie sans doute son espièglerie, son coté facétieux, son insouciance. D’ailleurs le jeune prince va s’engager dans l’armée et porter haut les couleurs de sa souveraine, notamment en Afghanistan, où il combat au front. Sa présence ayant été éventée, Harry sera exfiltré. La presse en parlera peu. Et pourtant la jeune altesse était très appréciée par ses camarades de régiment. Aussi, lors de l’incident de Las Vegas, lorsque les journaux à scandales avaient publié une photo volée de Harry, en tenue d’Adam dans une chambre d’hôtel accompagné de demoiselles toutes aussi peu vêtues, les militaires anglais ont réagi. Comme un seul homme, ils ont alors inondé les réseaux sociaux de clichés d’eux-même, dans la même tenue que Harry pour rendre hommage à leur prince.

Un prince allergique au protocole

Le jeune homme a souvent confié à la presse ou à ses amis qu’il trouvait que le protocole et les engagements étaient trop lourds et trop désuets, les banquets d’état ennuyeux. Harry aurait voulu apporter un souffle de modernité dans la monarchie. Il espérait que son mariage avec une métisse, américaine et divorcée apporterait ce sang neuf qui manque à la firme. Mais comme toujours, et quel que soit l’endroit où cela se déroule, c’est le boss qui a raison. A Buckingham Palace le boss, c’est la reine. Harry a donc préféré l’exil à la naphtaline.