Florent Pagny s’explique sur ses impôts et dit tout ! Est-il un évadé fiscal ?

Une nouvelle fois tancé par les politiques sur les réseaux sociaux, Florent Pagny a tapé du poing sur la table, et s’est expliqué sur les accusations de fraude fiscale dont il fait l’objet.

Florent Pagny

Florent Pagny n’en peut plus de se faire harceler en raison de sa situation fiscale. Récemment encore, une députée a jugé utile de le mettre en cause sur les réseaux sociaux en lui reprochant de ne pas avoir payé ses impôts en France pendant plusieurs années.

Cette fois-ci c’en est de trop pour l’interprète de « Savoir aimer » et il n’a pas manqué de le faire savoir dans une vidéo qu’il a publié sur son compte Instagram. Eh oui, il ne se laissera pas prendre sa liberté de penser ni celle de se défendre et quand il se fâche, il n’a pas sa langue dans sa poche.

Un ras le bol des haters

Sur les réseaux sociaux, on n’oublie pas et on ne pardonne pas. Alors que la star a été condamnée en 2003 pour fraude fiscale, il n’a plus jamais fait l’objet de nouvelles poursuites dans ce domaine. Or, régulièrement, dès qu’il y a le moindre souci, cette affaire se rappelle à son bon souvenir. La dernière polémique date de sa participation à un projet caritatif pour aider les soignants. Cela partait d’une très belle intention et d’ailleurs cette action a connu un grand retentissement. Les bénéfices ont été reversés à la Fondation des hôpitaux de France. Pourtant, la députée insoumise Manon Aubry a cru bon d’ironiser sur twitter en accusant le de fraude fiscale.

Il n’en fallait pas plus pour faire naître une énième polémique. Si de nombreux internautes ont soutenu leur idole contre les sarcasmes de la députée, certains ont préféré lancer, une fois de plus, des accusations de fraude fiscale contre le chanteur. Cette fois-ci, la coupe a débordé pour l’ancien compagnon de Vanessa Paradis qui a décidé de riposter et de rappeler qu’il payait 80 % de ses impôts en France.

Une vidéo publiée sur les réseaux sociaux

Dans une vidéo publiée en premier lieu sur son compte Instagram, le coach de « The Voice » , après avoir remercié son public et les personnes qui le soutiennent, en a profité pour donner un petit cours de droit fiscal à ses followers bien qu’il visait sans doute davantage ses détracteurs. De façon très solennelle, il a rappelé qu’il bénéficiait du régime fiscal applicable aux artistes. Selon la loi, il n’est pas imposable uniquement en France, mais aussi dans des pays étrangers pour la partie de ses activités qui s’y déroule.

A ce titre, il a précisé que sa situation de fermier en Argentine le contraignait à y payer également des impôts, qu’il évalue à 10 % de la somme totale qu’il doit régler en raison de ses diverses activités. Il a également expliqué qu’il payait 10 % de ses impôts au Portugal, dont il est résident fiscal. Enfin, il en a profité pour souligner avec fermeté que, malgré tout, 80% de ses impôts étaient payés en France.

Pour enfin mettre fin à la polémique

Dans son discours, il était loin d’être tendre avec ceux qu’il qualifie de « 1 % des irréductibles de l’aigreur » et qui lui envoient régulièrement messages et mails d’insultes. On comprend aisément sa colère.

Les explications du chanteur ont été claires et limpides, il a avancé des chiffres et expliqué la législation applicable. On ne peut qu’espérer que cette réaction va enfin faire taire les mauvaises langues. En effet, de nombreux français sont dans la même situation que lui, tout simplement parce que la loi le prévoit ainsi et ils ne se font pas harceler. Il est vrai que la célébrité expose davantage aux jugements et critiques et que les réseaux sociaux sont devenus de véritables machines à juger, voire à harceler.

A noter que l’animateur phare de France Télévisions, Nagui, a affiché son soutien au chanteur français ces derniers jours : « C’est un mec bien. Avant que des idiots partent sur internet en disant ‘et ses impôts, et ses machins’, on va se calmer. Tout ce qu’il gagne en France, il paye ses impôts en France, et quand il vit à l’étranger et qu’il gagne de l’argent à l’étranger, il paye ce qu’il doit à l’étranger. »