Elisa Pilarski – La résolution de l’enquête avance, l’identité du véritable coupable se précise !

Ce qui pourrait passer pour un banal fait divers ne l’a jamais été vu l’identité probable de son ou de ses assassins.

En effet, après confirmation de l’autopsie, les policiers sont désormais sûrs que ce sont de multiples morsures de chien qui ont provoqué la mort de la jeune femme.

Elisa

Retour sur le déroulement du dernier épisode de la vie d’Élisa Pilarski

Selon les propos de Christophe Ellul, compagnon de la victime et père de l’ qu’elle attendait, Élisa aurait décidé ce jour funeste, d’amener en promenade les cinq chiens du couple dans la forêt de Retz. Ceci, alors que lui se trouvait à Roissy en ce moment-là. C’est alors qu’il reçut un appel venant de sa compagne qui lui faisait comprendre qu’elle avait très peur, car il y avait autour d’elle des chiens qui semblaient menaçants.

Sans plus tarder, ce dernier prit le chemin de la forêt afin de s’assurer que sa compagne n’était pas en danger. Mais malheureusement, il n’aura droit qu’au spectacle macabre du de cette dernière des suites de multiples blessures.

Ayant découvert le corps sans vie d’Élisa seulement à quelques mètres de leur domicile, ce dernier alerta le voisinage. C’est une voisine du couple qui appellera plus tard les secours. Élisa Pilarski et Christophe Ellul aimaient beaucoup les chiens. C’est cet amour pour les chiens qui leur a permis de se rencontrer lors d’un concours canin.

La piste d’une chasse à courre qui aurait mal tourné…

Interrogé par les micros de BFM, le trentenaire était plutôt certain de ce qu’il aurait vu lorsqu’il fit la découverte du corps de sa compagne. Il dit avoir vu une trentaine de chiens s’avancer vers lui ce jour quelques instants avant de faire la découverte du corps. Groupe de chiens qu’il aurait laissé passer sans rien dire, avant d’ajouter qu’il avait croisé en venant dans la forêt, des chiens de chasse ainsi qu’un cavalier.

https://www.instagram.com/p/B5h9ljdKeFZ/

Une déclaration qui n’a pas tardé à faire émerger la piste des chiens dressés pour traquer le gibier qui aurait confondu la pauvre Élisa avec leurs proies. Encore que le jour fatidique une chasse à courre était organisée dans la forêt où Élisa trouva la mort.

S’étant saisi de l’affaire, le procureur de Soissons, Frédéric Trinh, n’a pas attendu la fin des investigations avant d’ouvrir une procédure judiciaire contre X pour homicide involontaire.

À ce jour, des tests ont été faits sur 93 chiens pour savoir si l’un d’entre eux était impliqué dans l’attaque. Mais rien pour le moment. Ce qui semble donner raison à La Société de vénerie qui organisait la chasse. Ce dernier trouve que ses chiens étant dressés pour obéir aux humains et chasser un animal spécifique ne peuvent aucunement s’attaquer à des humains.

L’assassin connaissait sa victime

Les dernières révélations en date dans l’affaire mettraient en cause Curtis, l’un des cinq chiens du couple présent lors du massacre de leur maîtresse. Ce dernier, aux yeux des enquêteurs et de nombreux antécédents, semble avoir un profil dangereux.

https://www.instagram.com/p/B5TX1Troqab/

  • Une ancienne blessure causée déjà par Curtis à sa maîtresse.

Si Christophe n’est pas de cet avis et évoque une blessure causée par un chat, deux des proches du couple vont dans ce sens. Pour le premier, c’est l’un des chiens du couple qui aurait agressé Élisa Pilarski tandis que pour le second c’est Curtis le coupable, tout simplement.

  • Des SMS troublants

Un SMS envoyé par le même Christophe semble contredire ses propres déclarations. Ce dernier parlait de rage en réponse à la blessure et d’Élisa qui aurait sauvé la vie de leur chatte.

  • Un chien interdit d’adoption en France

Curtis serait visiblement un pit-bull importé des Pays-Bas par le couple en compagnie de Drago.

  • Des antécédents en matière de morsures sur des humains

​​​​​​​Curtis est un chien qui a fini récemment champion à un concours de « Mordant sportif ». Pire, le chien aurait tenté déjà de mordre la sœur de Christophe Ellul, et aurait réussi à mordre une bénévole de 40 ans travaillant dans la fourrière de l’Oise où il était placé.

Cela montre que certains chiens sont assez dangereux et qu’il ne faut pas adopter ces races sans avoir un entraînement spécifique. Il y a également des conditions très précises à respecter pour être certain que la cohabitation se déroulera dans les meilleures conditions. N’hésitez pas à demander des renseignements à des personnes compétentes et surtout à des professionnels qui maîtrisent réellement le sujet.

Elisa

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis

Accueil » People » Elisa Pilarski – La résolution de l’enquête avance, l’identité du véritable coupable se précise !