Donald Trump : son procès pour viol sur la personne d’E. Jean Carroll aura bien lieu !

Arrivé à la tête des États-Unis non sans une certaine surprise générale, Donald Trump a le don de provoquer la polémique à chacune de ses interventions ou de ses actions.

Donald Trump
Source : JDD

Hormis ses prises de position politiques ultraconservatrices, qui lui valent le mépris de nombreux membres de son propre camp, est aussi au cœur du scandale en ce qui concerne sa vie privée.

Soupçonné d’avoir pris part au trafic sexuel mis en place par Jeffrey Epstein, le président des États-Unis serait aussi coupable de quelques agressions, sur des femmes qui prennent de plus en plus la parole.

Donald Trump est rattrapé par une accusation de viol

Alors que les présidentielles américaines approchent à grands pas, Donald Trump est directement visé par une accusation de viol, venue de la journaliste et écrivaine E. Jean Carroll.

Bien qu’il soit le chef de l’État, le mari de Melania Trump ne pourra pas passer en dehors des mailles du filet, c’est en tout cas ce que l’on apprend dans le New York Times ce vendredi 7 août.

  • Dans les faits, le procès va bien avoir lieu, puisque la juge en charge de l’affaire, Verna L. Saunders, n’a pas souhaité arrêter temporairement la procédure.
  • Élections ou pas élections, Donald Trump va devoir se justifier, d’autant plus qu’il est également poursuivi pour diffamation, après avoir traité l’auteur de menteuse.

Au début de l’année 2020, Donald Trump avait bien failli être destitué en raison de certaines affaires, avant d’être sauvé in extremis.

Même s’il souhaiterait reporter les élections présidentielles en raison de la pandémie de coronavirus, le président américain se montre en bien mauvaise posture, d’autant plus qu’il est soupçonné d’avoir été bien plus proche qu’il ne le dit du pédophile Jeffrey Epstein.

Afin de tenter de le sauver de ce procès, les avocats du magnat ont fait jouer la Constitution Américaine, accordant l’immunité au chef de l’État contre les poursuites civiles.

Cependant, la juge en charge de l’affaire n’a pas entendu de cette oreille et s’est servie d’une récente décision de la Cour suprême pour justifier sa décision. En effet, Donald Trump est également visé par une enquête parallèle sur ses finances, ce qui prouve qu’il ne peut jouir d’une immunité absolue contre les assignations pénales.

Bien entendu, les avocats du président américain ont fait savoir leur intention de faire appel, mais pour l’heure rien ne dit qu’ils vont parvenir à leurs fins.

L’étau semble donc bel et bien se resserrer autour de l’homme d’affaires multimillionnaire, sans oublier qu’une autre femme porte de graves accusations sur le président des États-Unis.

Une candidate de l’émission « The Apprentice » accuse Donald Trump d’agression

Si le témoignage d’E. Jean Carroll risque de considérablement impacter la réputation de Donald Trump déjà bien entamée, celui de Summer Zervos ne va rien arranger.

Alors qu’elle participait à la célèbre émission « The Apprentice », dans laquelle évoluait Donald Trump, lui-même producteur du programme, la jolie blonde aurait été agressée par le magnat de l’immobilier.

Selon ses propos, le père d’Ivanka Trump l’aurait embrassée de force et touchée sans son consentement lors d’un tournage en 2007.

Comme à son habitude, le chef de l’État américain a tout nié en bloc, prétextant que ces accusations mensongères ne visaient qu’à lui nuire. Il s’agit d’ailleurs du seul axe de défense de Donald Trump dès lors qu’une femme porte de graves accusations à son encontre.

Excédée et peu disposée à le laisser s’en tirer maintenant que les langues se délient, Summer Zervos a décidé de porter plainte elle aussi pour diffamation.

Malheureusement, contrairement à l’affaire d’E. Jean Carroll, cette dernière a été suspendue en janvier 2020.