De la poudre blanche découverte en quantité à Buckingham Palace ; la reine est sous le choc !

De la drogue a été découverte dans les toilettes du palais Saint James. Un des gardes de la reine est mis en cause et démis de ses fonctions.

Buckingham Palace, Pixabay

Décidément, l’année 2020 sera sans doute une autre « annus horribilis » pour la reine d’Angleterre. Celle qui avait utilisé cette expression latine pour qualifier l’année 1992 risque fort d’avoir à utiliser à nouveau ce qualificatif pour 2020. Le premier semestre avait été difficile et marqué par la suite des démêlés de son fils Andrew avec la justice américaine. Comme si cela ne suffisait pas, son petit-fils Harry et son épouse Meghan ont annoncé leur départ de la famille royale et la Covid-19 suivie du confinement n’ont pas arrangé les choses. L’ouvrage « finding freedom » concernant le Megxit ne sera certainement pas son livre de chevet non plus. Et, tandis que l’activiste Graham Smith accuse ses petits-fils de conflit d’intérêt, un de ses gardes vient sans doute de décrocher le pompon.

De la cocaïne et de la kétamine découvertes à Buckingham Palace

Si chacun sait ce qu’est la cocaïne, la Kétamine est un peu moins connue. Ce produit est à l’origine utilisé dans les anesthésies générales. Actuellement il est également prescrit comme antidépresseur. Mais de petits malins ont noté que la prise de ce produit provoquait des effets similaires à la cocaïne.  On ignore la quantité exacte de produits stupéfiants découverts, mais le magazine  » The Sun » parle de 9 sachets. Certes la quantité importe peu. L’usage de la drogue est interdit, tout simplement. Toujours est-il qu’il faut faire preuve de beaucoup de témérité ou d’inconscience pour en introduire dans la demeure de la souveraine. En même temps, c’est sans doute le dernier endroit où la police irait chercher.

Un membre de la garde royale

Jack Prescott, un jeune militaire de la garde royale vient d’être arrêté et suspendu de ses fonctions. Le jeune homme est soupçonné de participer à un trafic de stupéfiants. Un de ses collègues avait trouvé des traces de poudre et des médicaments suspects dans les toilettes du palais Saint James. Il a bien entendu de suite alerté sa hiérarchie. Son supérieur a immédiatement appelé la police qui a réalisé les premières investigations.

La police fouille la chambre du garde

La police royale est allée fouiller la chambre que le jeune militaire occupe et y a trouvé les 9 sachets litigieux. Bien entendu ce n’est que le début des investigations, et la police, après avoir perquisitionné, continue ses recherches. Elle veut savoir si d’autres membres du personnel affecté à la sécurité de la famille royale et de la reine sont mêlés à l’affaire. L’enquête pourrait mener à d’autres arrestations, au vu des quantités découvertes. Le palais aurait-il servi à cacher un juteux petit trafic entre gardes ? L’avenir et l’enquête de la police royale le dira.

Un précédent en 2018

Malheureusement ce n’est pas la première fois que des gardes sont testés « positif » aux produits stupéfiants. Mais c’est la première fois que de la drogue en quantité est trouvé au palais. Il faut savoir qu’en 2018 un grand contrôle antidrogue mené parmi les membres de la garde royale avait épinglé un certain nombre de militaires. Si à l’époque aucun garde n’avait été arrêté, 40 d’entre eux avaient cependant été renvoyé en raison des résultats des tests. Un proche de la famille royale avait déclaré qu’il n’était pas acceptable que des militaires consommant du cannabis ou de la cocaïne assurent la sécurité du palais royal et de la monarque. Il avait rajouté que tout soldat non respectueux des règles instaurées par le régiment serait renvoyé et qu’une seconde chance n’était pas envisageable.

Les gardes de la reine font partie d’un corps d’élite. Ils doivent pouvoir intervenir à tout moment dans des situations qui peuvent être délicates. Il n’est donc pas concevable que leurs capacités soient entravées par la consommation de produits stupéfiants.