Coronavirus : le virus fait moins de victimes chez Angela Merkel qu’en France. Mais quel est le secret de l’Allemagne ?

L’Allemagne a bien moins de cas de Coronavirus que la France. L’approche allemande de la maladie semble être plus efficace.

école covid-19

L’Allemagne a bien moins de malades que la France. Or, le pays a de longues frontières avec le nôtre. Alors ? Deutsche Qualität ? (la qualité allemande) Certainement pas, le virus est le même en France qu’en Allemagne et il se moque éperdument des frontières. Du moins il devrait. Certes en 1986 on avait bien essayé de nous faire croire que le nuage de Tchernobyl n’avait pas osé traverser le Rhin. Mais quand même. Deutsche Ordnung ? (l’ordre ou l’organisation à l’allemande). C’est peut-être un début d’explication. En effet, là où la France est dirigée par un énarque, la chancelière allemande est une scientifique de très haut niveau. Mutti (maman) comme la surnomment souvent les allemands est docteure en physique. Elle a sans doute une apporoche moins administrative mais plus scientifique de la question.

Une approche différente de la question

En fait l’Allemagne avait de suite adoptée une approche très scientifique. Fermeture de frontières, tests et mise à l’isolement. En fait, dès le début de l’épidémie, là où la France faisait 10 à 20 000 tests par semaine, l’Allemagne en faisait déjà 500 000 par semaine. Et c’était au début. Le pays a mis tous ses efforts dans une approche rationnelle de la maladie alors qu’en France on promenait des malades en TGV pour délester les hôpitaux. Ensuite le pays ne s’est pas focalisé sur des disputes entre médecins, par plateaux de télé interposés. Il n’y a pas eu de pro ou contre certains médecins et certains traitements. L’Allemagne a mis les moyens. Et alors que la France se targue d’avoir la meilleure médecine au monde, elle n’en a plus les moyens. Entre un scientifique sorti d’on ne sait où et d’apparents conflits d’intérêts de certains chercheurs, cela semblait cacophonique. Pendant ce temps là, la « Deutsche Ordnung » avançait en ordre de bataille. C’est le très prestigieux « Robert Koch Institut » qui donne le « la ». Et comme à l’accoutumée, l’efficacité allemande suit.

Les équipements hospitaliers

L’Allemagne a un meilleur taux d’offre de soin que la  France. Chez madame Merkel, il y a 29 lits en soins intensifs pour 100 000 habitants, contre 12 pour la France. De même, ils peuvent compter sur près de 40 000 places en réanimation, contre 7000 en France, du moins au début du mois de mars selon les chiffres avancés par Jérôme Salomon, le directeur de la santé. La France s’est donc trouvé dans une situation de sous-équipement hospitalier et cela a sans doute pu faire la différence. En effet, de nombreux lits de réanimation avaient été fermés durant les dernières années en France. Ceux-ci manquent aujourd’hui. De plus, la première réaction des autorités allemandes a été de construire un hôpital provisoire à Berlin dès le 1er avril 2020. Cet hôpital destiné uniquement aux malades de la est très rapidement sorti de terre. L’armée a participé à sa construction. Là où la France a mis plus d’une semaine pour installer un hôpital de campagne de 36 lits, de l’autre coté de la frontière, un hôpital de près de 1000 lits était prêt à accueillir ses premiers malades dès le 4 mai 2020, soit en moins de cinq semaines.

View this post on Instagram

Übung für den Ernstfall: Gestern war nicht nur #Warntag, sondern auch #Probebetrieb im Corona Behandlungszentrum in der Jafféstraße (CBZJ)🚨🏥. 5️⃣5️⃣ #Vivantes #Mitarbeiter & #Freiwillige aus #Berlin und 8️⃣0️⃣ Statisten trainierten die Abläufe im CBZJ💪🏽. Es hieß, den ganz “normalen” #Krankenhaus-Alltag zu simulieren – mit gespielten Reanimationen ⛑, dem #Management von Neuankömmlingen mit dem #Krankenwagen 🚑, #Bettentransport zum #CT & was alles sonst zum #Lebenretten & behandeln dazu gehört👩🏻‍⚕️ 🛏🏃👨🏽‍⚕️ 🛏🚽🏃🏽‍♂️ Danke an alle Beteiligten für Euren Einsatz🙏 #vivantes #berlin #corona #betterbeprepared #testlauf #probe #übung #covid19 #pflege #ärzte #teamwork #training #keinfake 📸 @kevin.kuka

A post shared by Vivantes (@vivantesgmbh) on

Pas de  masques dans la rue mais le système de traçage à l’allemande

Là aussi l’Allemagne a joué l’efficacité et la simplicité. Lorsque la France  investi des millions dans une décriée par la CNIL, l’Allemagne utilise…du papier et un crayon. Vous entrez dans dans un bar ou un restaurant ? Pas de souci. Vous mettez vos coordonnées sur une fiche. Le gérant de l’établissement va garder ces fiches pendant quatre semaines puis il les détruit. En cas de souci, l’entreprise présente le registre aux autorités, ces dernières savent alors qui est susceptible d’avoir été en contact avec la personne infectée et vont les contacter pour les tester et les soigner en cas de test positif. Cela peut sembler « handgestrickt » ( tricoté main, cette expression signifiant très artisanal en allemand) mais c’est très efficace et pas cher. Bref l’efficacité et le pragmatisme à l’allemande.