Affaire Griveaux : nouveau rebondissement, un policier en garde en vue

L’affaire autour des vidéos intimes de Benjamin Griveaux fait encore la une. Cette fois-ci, c’est à cause d’un policier qui aurait été placé en garde à vue pour avoir révélé le lieu de l’interpellation de Piotr Pavlenski.

GRIVEAUX
Source : Instagram @bgriveaux

C’est une affaire qui n’a pas fini de faire parler. Près de cinq mois après la diffusion de vidéos intimes de Benjamin Griveaux, de nouveaux éléments viennent à nouveau compléter cette affaire rocambolesque.

D’après les du Point, un policier serait en garde à vue ce mercredi 1er juillet 2020. En cause : des indications sur le lieu de l’interpellation de . Le réfugié politique russe, interpellé dans l’affaire Griveaux en février dernier, avait fait la une de Paris Match. Sur cette photo, on pouvait voir l’homme à terre et menotté, aux côtés de sa compagne . Une couverture qui allait à l’encontre de la loi sur la liberté de la presse. Cette loi interdirait aux journalistes et photographes d’afficher une personne entravée, sous peine d’une amende de 15 000 euros. Plus qu’une photo en couverture, le site internet du magazine avait même publié la vidéo de l’arrestation de Piotr Pavlenski.

En mars dernier, une enquête préliminaire pour violation du secret professionnel, recel de violation du secret professionnel et diffusion non autorisée d’images d’une personne entravée est ouverte. L’objectif : retrouver la ou les personnes responsables de la divulgation du lieu de l’arrestation du réfugié politique russe. Une personne rapidement retrouvée donc : il s’agirait d’un policier de la brigade anticriminalité (BAC) du 16ème arrondissement de Paris. L’homme, placé en garde à vue est soupçonné d’avoir livré des informations couvertes par le secret de l’enquête à un photographe qui selon Le Point, travaillerait pour Mimi Marchand, la papesse des paparazzis. La police des polices aurait également perquisitionné son domicile.

En février dernier, Piotr Pavlenski avait été à l’origine de la diffusion de ces images, contraignant Benjamin Griveaux alors candidat à la mairie de Paris, à renoncer à la course aux municipales. Le réfugié politique russe avait même revendiqué cet acte avec fierté, ne regrettant en aucun cas son geste.

Si Piotr Pavlenski a été le principal instigateur de cette attaque, Alexandra de Taddeo a elle aussi joué un rôle. C’est en effet à elle que l’homme politique de 42 ans avait envoyé des vidéos. Si la jeune femme de 30 avait reçu ces vidéos en mai 2018, les conservant jusqu’alors pour « se protéger », c’est bien son compagnon Piotr Pavlenski qui les lui avait volées. Dévoilant ainsi sur le comportement de Benjamin Griveaux. Nul doute que l’affaire n’a pas encore dévoilé tous ses secrets

Griveaux 1
Source : Instagram @bgriveaux

Emma Leroux

Emma Leroux

Récemment diplômée d'une école de journalisme, j'ai à coeur d'informer mes lecteurs sur toutes les thématiques qui font l'actualité ! Des news people aux informations politiques, je vous tiens au courant de tout ce qu'il se passe dans le monde au jour le jour.