Vacances d’été : des tests sanitaires surprises à votre arrivée en Grèce !

La Grèce a rouvert ses frontières avec de nombreux pays depuis le 1er juillet. Néanmoins, ce n’est pas sans quelques précautions : vous pouvez potentiellement être testé à l’arrivée, de manière aléatoire. Voici un récapitulatif de ce qui vous attend.

La Grèce est une destination européenne hautement touristique, notamment durant les grandes vacances. Ce pays est une vraie mine d’or pour les vacanciers, puisqu’il combine à la fois les sites historiques, ainsi que des paysages grandioses. Entre la Grèce continentale, la Crète et ses paysages magiques, ainsi que les Cyclades et leur mer bleu marine, on n’a que l’embarras du choix.

Nous vivons néanmoins une période assez particulière, qui confère aux vacances quelques contraintes encore inconnues auparavant. La Grèce n’échappe évidemment pas à la règle, d’autant que la y a été plutôt bien gérée : fermeture rapide des commerces et des écoles, clôture des frontières, et d’autres mesures ont permis d’éviter à l’épidémie de faire des ravages en Grèce.

Des frontières à nouveau ouvertes

La Grèce est un pays à l’économie fragilisée, au bord de la faillite depuis de nombreuses années. Son PIB repose en grande partie sur le , qui lui permet de se maintenir. Néanmoins, l’année 2020 n’est pas favorable, et les réservations ont chuté de manière drastique.

Les frontières ont rouvert en Grèce depuis le 1er juillet 2020, avec la réouverture de quelques aéroports principaux comme Athènes, Thessalonique, mais aussi les aéroports crétois (Héraklion et La Canée), ainsi que celui de Santorin ou de Mykonos par exemple. Certains pays sont considérés comme sûrs comme la , permettant aux touristes une (presque) libre circulation. Ce n’est pas le cas du Royaume-Uni : ses habitants ont droit de séjour, à condition de présenter un test PCR négatif lors de l’arrivée sur le territoire.

En revanche, même les pays considérés comme fiables, doivent se plier à différentes mesures sanitaires obligatoires.

Masque obligatoire dans les aéroports et avions

Cette mesure est plutôt classique, puisqu’on la retrouve dans l’ensemble des aéroports du monde aujourd’hui : on a l’obligation de porter le masque. Qui plus est, il est nécessaire de ne pas quitter ce dernier tout au long de son vol en direction d’un aéroport de Grèce, quel qu’il soit.

Cette mesure de distanciation bien qu’efficace, peut voir son efficacité affaiblie par le fait que les vols aient ouvert l’ensemble des sièges, ne permettant donc pas aux passagers de se distancier au sein des appareils.

Un questionnaire à remplir en ligne

48h au maximum avant votre départ, vous serez également soumis à un questionnaire, afin de contrôler que vous n’ayez pas été confronté au virus avant votre voyage, ni à d’éventuelles personnes contaminées. Ce questionnaire est proposé par l’administration grecque, et celui-ci est obligatoire. Vous devrez en fournir la preuve en arrivant sur le territoire : quelques heures ou jours après l’avoir renseigné, vous recevrez un e-mail contenant un QR code, que vous devrez présenter aux autorités grecques au moment de l’atterrissage. Pensez donc à cette formalité de manière à ne pas être bloqué à votre arrivée.

En général, les compagnies aériennes ainsi que les hôtels en informent les touristes, et leur fournissent le lien permettant de trouver le questionnaire obligatoire.

Des tests pratiqués aléatoirement

Autre fait marquant, vous pouvez être soumis à un test surprise au moment de votre arrivée en Grèce. Il ne s’agit pas réellement du test PCR classique, effectué grâce à un goupillon enfoncé dans la narine. C’est plutôt un test salivaire qui est proposé aux vacanciers. Il n’est pas possible de savoir à l’avance si vous serez ou non testé.

Vous serez informé en quelques jours en cas de positivité du test. En revanche, si votre test est négatif, vous n’aurez pas de nouvelles.