Vacances d’été : un camp de vacances fermé dans les Hautes Alpes après l’apparition de cas de covid-19

Cette fois c’est un centre de l’UCPA qui est touché par la canicule : celui-ci a été momentanément, et de nombreux tests sont en cours.

Les nouvelles ne sont pas particulièrement bonnes en ce moment, concernant le , et nombreux sont ceux qui redoutent une seconde vague de l’épidémie. Les statistiques sont peu à peu moins rassurantes, et on constate de nombreux clusters un peu partout en France.

Le dernier foyer épidémique observé se trouve dans les Hautes Alpes : il s’agit d’un centre de l’UCPA, recevant de nombreux jeunes lors de colonies de . Celui-ci a fait l’objet d’une fermeture car des contaminations y ont eu lieu durant les jours précédents. La décision date du 9 août, et le centre restera fermé au moins une semaine, le temps de tester tout le personnel et de s’assurer que l’endroit ne soit pas dangereux. Il sera également nécessaire de le désinfecter correctement, avant que les enfants aient la possibilité de s’y rendre à nouveau.

Un cluster où résidaient de nombreux enfants

Il s’agit de l’UCPA des Orres, situé dans les Hautes-Alpes. Aujourd’hui, ce sont 326 tests qui ont été effectués sur les personnes qui participaient à cette colonie de vacances. Il s’agit bien sûr de vacanciers, mais aussi du personnel. Un nombre inquiétant d’enfants sont tombés malades : ce sont en tout 16 adolescents qui ont été testés positifs, ce qui a engendré la fermeture du centre au plus rapidement.

Les vacances sont hélas terminées pour l’ensemble des enfants faisant partie de cette colonie de vacances, ainsi que certains membres du personnels, si ceux-ci font état d’un test positif.

La suite pour les participants à cette colonie de vacances

Ainsi, des tests en masse ont été effectués sur l’ensemble des participants. Les autorités ont fait les choix suivants : les enfants testés positifs sont rentrés chez eux, par le biais d’un rapatriement sanitaire, afin qu’ils soient pris en charge le plus rapidement possible, dans le cadre de leur contamination au covid-19. Les personnes dont le test est négatif, mais qui ont été en contact prolongé avec des personnes positives seront contraintes d’effectuer une quatorzaine, directement à domicile, de manière à éviter des contaminations ultérieures. Enfin, les personnes qui sont testées négatives et qui ne semblent pas être à risque, ont été simplement ramenées chez elles : elles ont pu profiter des bus de l’UCPA pour rejoindre leur domicile.

Des marqueurs relativement inquiétants depuis un mois

Si les avis sont mitigés sur l’arrivée d’une seconde vague de Coronavirus, on constate malgré tout des signes relativement peu rassurants depuis quelques semaines. Sur les trois derniers jours, ce sont plus de 4500 personnes qui ont été testées positives, ce qui signifie que l’on est passé bien au dessus des 1000 détections de cas par jour.

Qui plus est, les hospitalisations continuent, et plus grave encore, on constate une légère augmentation des malades accueillis au sein des services de réanimation. Cela pourrait signifier à terme, un retour des cas les plus graves, et ainsi un potentiel nouvel engorgement, en réanimation.

Ainsi, la prudence est de mise pour l’ensemble des Français : il est indispensable de continuer à porter son masque et d’appliquer les mesures de distanciation sociale, dont le but est justement d’éviter cette résurgence qui inquiète énormément Français, dirigeants, mais aussi personnels hospitaliers. La crise de cet hiver a été très difficile à gérer pour de nombreux services, qui ont été obligés de faire appel à du personnel en renfort, afin d’être en mesure de faire face à l’afflux important de patients.