Vacances d’été : les prix des logements s’envolent à cause de la crise, une hausse de 60 % !

Les vacances d’été ne seront pas réjouissantes pour tout le monde notamment pour ceux qui n’ont pas encore réservé les logements.

Frontières vacances d'été
Source : capture Pixabay

Alors que les prévisions concernant l’affluence sur les routes sont assez mauvaises pour les 14 premiers jours de juillet, certains Français ont décidé de louer au plus vite un logement. Face à la crise sanitaire, certains peuvent clairement utiliser cette situation pour effectuer une flambée des prix. De plus, les consommateurs veulent massivement rester en puisque le contexte est quelque peu difficile avec les autres pays. Le Portugal et l’Allemagne ont décidé de reconfiner une partie de la population et vous n’êtes pas à l’abri d’un problème de taille pendant les . Il ne faut pas oublier que près de 200 clusters ont été identifiés depuis le début du confinement en France selon les déclarations d’Olivier Véran. Le coronavirus est donc toujours présent.

Colonie de vacances
Source : capture Pixabay

Des départs à l’étranger compliqués, des vacances d’été en France

Certains Français ont décidé de partir malgré la crise et les problématiques qui peuvent être envisagées. D’autres par contre ont choisi de faire machine arrière notamment en retardant les réservations pour les locations. Ce sont donc de nombreuses annulations qui ont été réalisées ces dernières semaines, le marché du tourisme est de ce fait le premier touché. Selon un reportage réalisé par Cnews, les prix augmentent considérablement pour les locations.

Vacances
Source : capture Pixabay
  • Pour les vacances d’été, vous apprenez alors que les prix peuvent grimper de 25 % pour les locations saisonnières.
  • Le reportage est proposé pour le Bassin d’Arcachon, mais la tendance semble se généraliser à l’ensemble du territoire français.
  • Pour les sites les plus prisés la hausse peut être considérable et supérieure à 60 % par rapport à 2019.

De ce fait, tous les Français ne pourront pas forcément envisager un départ en vacances pour cet été 2020 et les autres seront contraints de débourser une somme considérable. Le reportage vous révèle également que les prix affichés à Arcachon sont souvent très élevés. Cela pourrait alors créer des inégalités, car finalement, ceux qui pourraient partir, ce serait ceux dont les moyens sont les plus confortables. Les autres qui ont un budget beaucoup plus serré pourront-ils payer un surplus de 60 % pour des zones prisées ?

Vacances
Source : capture Pixabay

Une nuit dans un T3 facturée plus de 260 euros

La personne interrogée par le journal télévisé mentionne une location à proximité, il s’agit d’une nuit dans un T3 et elle est facturée plus de 260 euros. Il estime que pour ce prix, il vaut clairement mieux se rendre à l’hôtel, vous avez ainsi des prestations plus importantes. Avec la crise du coronavirus, les inégalités se creusent, les prix augmentent et les vacances d’été de 2020 se démarquent. Ceux qui ont fait le choix de ne pas partir cette année ont décidé d’aménager leur logement en conséquence. Ils sont nombreux à avoir acquis un Spa qu’il est possible d’installer dans le salon. Les mieux lotis ont une maison avec un accès à l’extérieur. Dans ce cas de figure, les grands gagnants se nomment salon de jardin, piscine hors sol ou encore barbecue et même transat.

Les personnes qui souhaitent profiter de la situation sont donc nombreuses et elles n’hésitent pas à afficher des coûts très élevés pour ces vacances d’été. Certains propriétaires ont même décidé d’investir les plateformes alors qu’elles ne procédaient pas forcément de cette manière auparavant. Le but premier consiste à obtenir une belle visibilité afin de capter le regard des internautes qui pourront se payer des vacances d’été en 2020.


Jennifer Pardé

Jennifer Pardé

Je suis passionnée par les mots, le métier de rédactrice Web s’est dévoilé comme incontournable il y a plus de 8 ans. Je n’hésite pas à partager mon avis sur tous les sujets notamment la politique, la télévision et les people.