Le professeur Didier Raoult démis de ses fonctions il va bientôt être radié de l’ordre des médecins ?

Alors que le coronavirus fait des ravages en France, le débat est toujours ouvert concernant l'efficacité ou non de la chloroquine. Lancé au début de l'épidémie par le professeur Didier Raoult de Marseille, son cas fait aujourd'hui polémique.

Didier Raoult
Source : Le Monde

Les plateaux de télévision ne cessent d’en parler depuis de nombreuses semaines, la chloroquine de est-elle réellement une solution miracle comme il le prétend ?

Si une étude est toujours en cours dans l’établissement du professeur à Marseille, certaines voix s’élèvent déjà de par le monde pour dénoncer les graves effets secondaires observés chez certains patients. Alors que l’efficacité de ce traitement garde de nombreuses zones d’ombre, la personnalité atypique du professeur Raoult pourrait bien aujourd’hui lui coûter sa place.

Raoult
Source : La Voix du Nord

Le professeur Raoult est dans le collimateur de l’ordre des médecins

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le professeur Raoult rassemble deux camps autour de lui. D’un côté, ses fervents partisans qui ne jurent que par son traitement à la chloroquine, et d’un autre côté, ses détracteurs, notamment chez de nombreux confrères de la médecine, qui dénoncent sa manière un peu trop beau originale de prêcher pour sa paroisse. Pourtant, ce dernier campe sur ses positions, et est convaincu que l’association de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine est un traitement tout indiqué pour guérir le . Toutefois, il est évident que nous manquons de recul et de recherches sur ce sujet, alors qu’il s’agit d’une réelle nécessité médicale et scientifique.

Aujourd’hui, face à la persévérance du professeur Raoult, malgré de plus en plus d’études qui remettent en cause la chloroquine, c’est le Conseil de l’Ordre qui aurait le fameux médecin dans le collimateur. En effet, dans un communiqué très officielle du 23 avril, cette autorité qui régit l’exercice du personnel médical semble très irritée du comportement de ce dernier.

Chloroquine
Source : Le Monde

 

Pour les membres qui la composent, il est « inadmissible dans ce contexte de susciter de faux espoirs de guérison ». De plus, ils s’inquiètent des protocoles mis en place par l’IHU, l’institut hospitalo-universitaire en maladies infectieuses de Marseille, « contraires à la législation en vigueur », dans le cadre même de leur recherche concernant la chloroquine. Non content de pointer du doigt c’est manquement à la déontologie, le Conseil de l’Ordre termine son communiqué par une menace à peine déguisée.

« La mise en danger des patients, s’il apparaissait qu’elle puisse être provoquée par des traitement non validés scientifiquement, pourrait justifier la saisine du Directeur général de l’ARS pour demander une suspension immédiate de l’activité de ces médecins ».

Voilà qui pourrait sérieusement mettre des bâtons dans les roues au professeur Raoult, qui se retrouverait dans l’incapacité d’exercer la médecine et de terminer ses recherches concernant l’efficacité de la chloroquine contre le coronavirus.

Les Français croient au traitement du professeur Raoult

Cette prise de position du Conseil de l’Ordre des médecins intervient dans un contexte particulier, puisque l’opinion de la population française penche sérieusement en faveur de Didier Raoult et de son traitement miracle.

  • Estrosi et Raoult
    Source : Le Figaro

    Non seulement certains hommes politiques ne tarissent pas d’éloges à son propos, à l’image de Christian Estrosi, le maire de Nice, qui dit avoir été guéri par la chloroquine.

  • De plus, selon un sondage Ifop d’il y a quelques jours, 59 % des Français sont persuadés de l’efficacité de la chloroquine, influencés par le succès de certains hôpitaux suédois, qui ont été parmi les pays à utiliser cette molécule.

Pourtant, les autorités en vigueur, comme le Conseil de l’Ordre justement, mais aussi l’agence nationale de sécurité du médicament, demandent constamment au professeur de leur fournir plus d’informations sur ses recherches. Hélas, celui-ci ne semble pas disposé à collaborer, ce qui pourrait expliquer la virulence du communiqué sus-cité.


Avatar

Ludivine Rivali

Rédactrice web et pigiste pour plusieurs magazines, je suis montée sur roulettes et je roule sur la vie. Autrice à mes heures perdues, je suis passionnée de ciné, séries et littérature.