Gendarmerie des Vosges : un tweet révèle les outrages et les menaces de mort

Sur les réseaux sociaux, les débordements sont nombreux au même titre que les commentaires haineux. La gendarmerie des Vosges est aussi ciblée.

Internet
Source : capture Pixabay

Sur les réseaux sociaux et notamment , les commentaires sont souvent négatifs. Certains n’hésitent pas à envoyer des menaces de mort ou encore à lancer un harcèlement virtuel, car il existe aussi. En effet, le harcèlement n’est pas seulement valable pour des attaques physiques, il y a également les messages haineux et intempestifs qu’il est possible de recevoir sur Twitter, Instagram ou Facebook. La police n’est pas mise de côté et encore moins la gendarmerie puisque les captures le prouvent.

Des messages privés et haineux envers la gendarmerie

La prise de contact se déroule apparemment sur Facebook comme peut le préciser le tweet de la gendarmerie des Vosges. Des internautes contactent alors le compte notamment pour insulter les forces de l’ordre. Un message automatique s’affiche comme c’est le cas pour de nombreuses pages, mais un être humain prend ensuite le contrôle puisque ce sont des bots qui sont au rendez-vous dans le premier cas. Bien sûr, les conversations sont stoppées au vu des propos haineux et injuriant.

  • Si vous regardez la photo qui est toutefois floutée, vous pouvez sans doute constater qu’il s’agit du même compte.
  • Ce serait donc la même personne ou des individus qui seraient à l’origine de toutes les insultes.
  • Sur le compte Twitter de la gendarmerie des Vosges, nous apprenons que les faits ne resteront pas impunis.

La brigade numérique révèle qu’elle est très patiente, mais ce n’est pas le cas de la gendarmerie des Vosges. Elle révèle alors que les outrages et les menaces de mort ne seront pas mis de côté, il faut sans doute s’attendre à des conséquences judiciaires. Toutefois, est-il possible de trouver l’auteur du compte ? Dans la plupart des cas, avec des moyens classiques comme ceux possédés par les Français, ce n’est pas forcément envisageable. Nous estimons par contre que la gendarmerie est en mesure de pister rapidement. En effet, pour créer un compte Facebook, il est possible d’utiliser une adresse mail totalement fausse avec des coordonnées erronées, mais il y a encore l’histoire de l’adresse IP. Cette dernière peut généralement être retrouvée sauf si des précautions ont été prises.

Les dérapages sur les réseaux sociaux

Sur Twitter, Facebook ou encore Instagram, vous pouvez croiser le pire comme le meilleur. Certains n’hésitent pas à se cacher derrière un pseudo pour insulter tous les internautes. Les dérives sont donc récurrentes et les Français lambda ne sont pas les seuls à être visés. En effet, les célébrités, les journalistes, les chroniqueurs ou encore les présentateurs peuvent aussi faire l’objet de propos haineux, dégradants, injurieux, déplacés… Sur Internet, tout est au rendez-vous, mais il ne faut pas croire que cela reste impuni.

Si vous êtes victime de ce harcèlement virtuel puisqu’il se déroule sur Internet, vous pouvez aussi porter plainte. Il suffit de réaliser des captures des messages que vous recevez et de les fournir aux forces de l’ordre. Ces dérives sont prises très au sérieux, car, si elles peuvent apparaître comme anodines au départ, ces phrases déplacées peuvent rapidement prendre une ampleur conséquente. Il faut également savoir que certaines stars de YouTube par exemple peuvent aussi s’adonner à ce harcèlement. Une récente affaire a notamment été envoyée devant la justice et une condamnation a même été partagée. Cela montre que les commentaires haineux et le harcèlement sur le web ne restent pas impunis.


Jennifer Pardé

Jennifer Pardé

Je suis passionnée par les mots, le métier de rédactrice Web s’est dévoilé comme incontournable il y a plus de 8 ans. Je n’hésite pas à partager mon avis sur tous les sujets notamment la politique, la télévision et les people.