Coronavirus : que va faire Disneyland Paris ? Si vous comptez y aller, découvrez leurs nouvelles mesures !

Le parc a rouvert ses portes le 15 juillet dernier, après plusieurs semaines d’aménagement pour respecter les normes de sécurité mises en place par le gouvernement.

Disneyland Paris
Source : capture Pixabay

L’année 2020 s’annonce catastrophique pour d’un point de vue économique. La plupart des pays au monde ont confiné les citoyens, et les parcs ont donc dû fermer. Pendant des semaines, aucun flux d’argent ne venait renflouer les caisses, et ce n’est pas la branche cinématographique qui a pu rattraper cette situation aussi inédite que désastreuse. En France, Paris a ouvert ses portes aux touristes et aficionados de parc d’attraction le 15 juillet. Mais on ne peut pas dire que les visiteurs aient répondu présents.

15 millions de visiteurs en moyenne par an

La réouverture du parc ne s’est pas faite sans modification. La fameuse parade a logiquement été annulée afin d’éviter des rassemblements. Une jauge maximale était également donnée (pas plus de 25 000 personnes par jour alors que 40 000 visiteurs sont attendus en règle générale). Mais cette moyenne n’a jamais été atteinte. En effet, ce sont 6 000 visiteurs qui se rendent chaque jour dans le but de découvrir les magnifiques décors du parc et de faire un tour dans les nombreuses attractions que propose le parc. S’il peut s’agir d’un rêve pour toutes les personnes qui détestent faire la queue (le problème ne se pose logiquement plus), c’est une catastrophe pour Disney.

Des licenciements sont-ils prévus ?

On savait la situation extrêmement compliquée aux États-Unis puisque Disney a annoncé le licenciement de 28 000 personnes qui travaillent dans les parcs. Ces derniers n’ont pas pu rouvrir leurs portes (c’est le cas en Californie) ou voient leur fréquentation chuter drastiquement (Floride). Face aux pertes spectaculaires d’argent, Disney n’a plus le choix. Si la très grande majorité des licenciements concernent des personnes qui travaillent à mi-temps, cela montre cependant à quel point la situation est grave pour l’entreprise américaine, plutôt habituée à brasser des millions chaque mois. Fort heureusement pour les salariés français, aucun licenciement n’a pour le moment été annoncé. L’État prenant en charge une bonne partie des frais pour le chômage partiel, cela vient aider les entreprises à s’en sortir, ou du moins limiter la casse pendant cette période.

Bien que le gouvernement d’Emmanuel Macron ait annoncé un couvre-feu en région Île-de-France ainsi que dans huit métropoles françaises (Toulouse, Lille, Montpellier, Lyon, Marseille, Lyon, Rouan et Saint-Etienne), ainsi que la fermeture des salles de sport, les parcs d’attraction ne sont pour le moment pas contraints de fermer leurs portes. 

View this post on Instagram

📍Disneyland, Paris ______________________________________________ Kada bih mogla večno ostati tu, u Diznilendu, prava bajka.. Ovo se mora doživeti i osetiti prava magija, koja se čini stvarnom čim zakoračiš unutra, pravi svet staje i čarolija počinje!🧚🎡🏰🌸 I ko ne voli i ne gleda crtane filmove, uživao bi čak i u samoj šetnji, jer je prostor veliki, tu su razne vožnje i za malu decu, nešto starije, ali verujte i za najstarije, što je predivno!😍 Udaljen je 32km od Pariza, ulaznica je prošle godine bila 80e, ali verujte mi na reč vredi apsolutno svaku paru! U to su uračunate sve vožnje, ali znajte da su gužve uvek velike, da se na nekim vožnjama čeka i 2 sata (i na kraju se i to čekanje i nervoza isplati😅), ali možete uzeti i brze ulaznice i rezervišete termin na nekim vožnjama, gde možete onda ući i bez čekanja. Takve ulaznice su nešto malo skuplje. U cenu je uračunat i večernji program koji se održava oko 20h, sa predstavama i vatrometom!🎀🎇 Ako želite da zakoračite u svet Diznija i bajke, ovo je pravo mesto za vas i nećete se pokajati!🤍 • 🇺🇸 If I could stay there forever, in Disneyland, a real fairytale… You must feel this magic, which seems real as soon as you step inside, the real world stops and the magic begins! 🧚🎡🏰🌸 There are various rides for small children, a little older, also for the oldest, which is wonderful!😍 It’s 32 km away from Paris, the ticket was 80euros last year, but believe me, it’s worth absolutely every penny! This includes all rides, but know that the crowds are always big, that on some rides you can wait 2 hours (and in the end that waiting and nervousness pays off 😅), but you can also take fast tickets and book your time on some rides, where you can then enter without waiting. Such tickets are a bit more expensive. The price includes the evening program, with performances and fireworks! 🎀🎇 If you want to step into the world of Disney and fairytales, this is the right place for you and you will not regret it! 🤍 ______________________________________________ #paris #parisfrance #parisianstyle #paris🇫🇷 #france #france🇫🇷 #explore #explorefrance #exploreparis #disneyland #disneylandparis #enjoythejourney #enjoythelittlethings

A post shared by 𝐉𝐀𝐍𝐀 🥥 | Tʀᴀᴠᴇʟ Bʟᴏɢɢᴇʀ (@travelwith_jana) on

Disney ne peut pas compter sur le cinéma

Chaque année, l’entreprise derrière la création de Mickey Mouse arrive en tête du classement des studios qui remportent le plus d’argent au cinéma. Il faut dire que Disney sort chaque année un bon nombre de gros films qui connaissent pour la plupart un succès fou. Sur les 20 films du box-office mondial qui ont généré le plus de recettes, 13 sont issus de l’écurie Disney (avec en tête Avengers Endgame, premier du classement général).

Et cette année, l’entreprise comptait notamment sur Mulan au mois de mars pour brasser des millions. Et si Disney ne s’en sort pas trop mal avec une sortie exclusive sur sa plateforme Disney + (en quelques jours, près de 300 millions de dollars sont arrivés directement dans la poche des dirigeants), les pertes restent colossales puisque des millions d’euros avaient déjà été investis dans la communication. Disney + semble être la solution la plus évidente puisque Soul, le prochain film Pixar, sortira également sur cette plateforme. De quoi mettre en colère les exploitants de salles qui se sentent négligés, eux qui souffrent également de cette situation de crise.

A noter qu’ils cherchent à contourner les directives du gouvernement dans les grandes villes de France. Le couvre-feu oblige en effet les cinémas à ne proposer aucune séance après 16h, alors que les revenus des séances du soir représentent 50% de leurs recettes totales. Ils souhaitent que les citoyens puissent se rendre au cinéma même le soir, et que leurs billets de séance servent de justificatif. Le Gouvernement n’aurait pas été contre cette idée, qui serait actuellement discutée. Cela permettrait de limiter la casse. Une chose est sûre, cette année historique touche toutes les branches de la société, et même les entreprises les plus puissantes n’en sortiront pas indemnes.


Pierre Costero

Pierre Costero

Passionné d'écriture, je suis rédacteur web depuis sept ans. Je m'intéresse à l'actualité médiatique et la vie des célébrités en partageant avec justesse les dernières nouveautés brûlantes.