Coronavirus : l’ombre d’une seconde vague de plus en plus proche !

Si les chiffres statistiques liés au Coronavirus étaient très encourageants au début de l’été, ce n’est désormais plus le cas, ce qui laisse entrevoir une seconde vague pour l’automne.

Des personnes en dialyse dans l'hopital de la Croix Rouge de Bois Guillaume. Cette opération peut durer plusieurs heures

Même si la situation n’est pas encore hors de contrôle, celle-ci commence à devenir difficile.

En effet, l’épidémie de n’a pas fini de faire parler d’elle, aussi bien dans le monde qu’en France.

Des pays comme le ou les Etats-Unis sont encore en pleine première vague, et n’en finissent plus de compter les décès. La France a vu ses cas diminuer fortement à compter du mois d’avril, et cette baisse a perduré jusqu’à la fin du mois de juin. Mais depuis début juillet, on assiste à un début de résurgence qui n’est pas très encourageant. En effet, le nombre de cas à la journée subit une augmentation très importante, ce qui laisse entrevoir l’ombre d’une seconde vague de plus en plus clairement. Il est possible que celle-ci soit là pour l’automne, sauf si les Français parviennent à se reprendre en main d’ici là.

Un nombre de nouveau cas au plus haut

Depuis la fin du mois de mai, on n’avait pas eu autant de nouveau cas par jour. L’augmentation est donc palpable, et on compte aujourd’hui 1695 cas en 24h seulement, selon la direction générale de la santé. Concernant les décès, le nombre est porté à 9 dans la journée. Le nombre de personnes en réanimation subit une légère baisse, mais celle-ci n’est plus aussi évidente que depuis les derniers mois.

En effet, ce chiffre n’a cessé d’être en baisse depuis le 9 avril, et il fluctue aujourd’hui avec des journées en hausse et d’autres en baisse. Ainsi, c’est une stagnation que l’on constate pour ce qui est des malades dans un état grave, et c’est cela qui fait craindre le pire aux professionnels de la santé.

Le moment de se reprendre en main

Eviter la seconde vague est-il encore possible ? Une fois encore, les chiffres sont très loin de ce que l’on a pu connaître début avril, alors que la population était en plein . Néanmoins, ce frémissement est plutôt inquiétant, d’autant qu’il s’amplifie de plus en plus aujourd’hui.

Alors que 5148 personnes sont encore hospitalisées aujourd’hui, il est grand temps de se reprendre en main.

De nombreux clusters ont en effet vu le jour après que des citoyens français ont initié des rassemblements sans mettre en place les gestes barrières. Ces réunions de famille ne doivent évidemment pas être annulées : elles doivent plutôt être accompagnées d’une distanciation sociale suffisante pour éviter les problèmes ultérieurs.

Le port du masque sera-t-il suffisant ?

Aujourd’hui, le port du masque est largement généralisé. Il est désormais obligatoire dans tous les lieux clos, et ce depuis le 20 juillet. Certaines villes obligent également à le porter à l’extérieur, au sein d’endroits où la distanciation sociale n’est pas possible, comme les marchés de plein vent par exemple. Il est vrai que ce geste permet d’éviter de nombreuses contaminations, mais cela sera-t-il suffisant pour permettre à l’épidémie de ne pas reprendre ? Difficile à dire pour le moment, quoiqu’il en soit, il sera toujours plus prudent de le porter, que de ne pas en mettre.

À l’heure actuelle, les répercussions ne sont pas encore visibles sur les contaminations, cette obligation étant encore relativement récente. Mais il y a fort à parier que la vague diminuera si l’on continue à se conduire de manière responsable.