Coronavirus : les éléments qui montrent une petite reprise de l’épidémie en France

Les Français pensaient être débarrassés du coronavirus, mais ce n’est pas le cas. La maladie est toujours présente avec quelques signaux alarmants.

Masque
Source : capture Pixabay

Après le déconfinement, les Français ont-ils relâché leur vigilance ? Quelques signaux ne sont pas très rassurants, car ils montrent que finalement le pourrait reprendre des forces. Il ne faut pas oublier que certaines statistiques sont assez inquiétantes puisque notre pays a tout de même dépassé le seuil des 30 000 morts depuis le début de la crise sanitaire. Il faut alors être vigilant, car les vacances d’été pourraient engendrer quelques relâchements et les conséquences dès le mois de septembre pourraient être dramatiques. C’est pour cette raison que les médecins demandent le port du masque obligatoire dans tous les lieux fermés et les épidémiologistes tirent la sonnette d’alarme.

La circulation du coronavirus est faible, mais il y a des contaminations

Contrairement au début de l’épidémie, la circulation du virus est assez faible, mais le coronavirus est tout de même présent sur le sol français. L’agence sanitaire dont les informations ont été reprises par le Monde montre qu’il y a une nouvelle tendance concernant l’augmentation du virus. Un épidémiologiste repris par le journal à savoir Daniel Lévy Bruhl qui travaille à Santé Publique France tire la sonnette d’alarme.

  • Les épidémiologistes sont donc inquiets notamment si cette hausse se poursuit.
  • Depuis quelques jours, les clusters sont de plus en plus nombreux et le virus reprend des forces dans certaines régions.
  • Selon SOS Médecins France, les consultations pour une contamination par le coronavirus ont été augmentées de 41 % jusqu’au 5 juillet.
  • Cela représente pour une semaine près de 1523 patients comme le révèle le journal.

Au pic de l’épidémie, il y avait près de 2500 patients par jour, nous sommes donc loin de cette situation, mais elle demande tout de même une vraie attention. En effet, si les Français ne sont pas attentifs à ces signaux, il y a de grandes chances pour qu’une seconde vague soit au rendez-vous. Elle se glissera doucement dans notre quotidien, certains affirment qu’elle sera présente avant la fin de l’été, d’autres optent pour septembre/octobre. D’autres pays montrent également que le Covid-19 peut à nouveau s’inviter dans le quotidien des habitants. Certains comme l’Espagne ont adopté un partiel.

Une situation particulièrement inquiétante pour deux destinations

Alors que les vacances d’été se profilent à l’horizon, il ne faut pas oublier que Mayotte et la Guyane sont particulièrement touchées par le coronavirus. En effet, la situation devient de plus en plus problématique. Pour la France, ce sont plus de 300 clusters qui ont fait l’objet d’une étude précise, mais apparemment, tout semble sous contrôle. C’est donc une bonne nouvelle, mais cela montre que la contamination est tout de même présente. Emmanuel Macron a précisé que le confinement strict ne devait pas être mis de côté. Jean Castex a proposé au gouvernement un plan spécial si des localités devaient être confinées.

Masque
Source : capture Pixabay

De ce fait, la France adopterait le même fonctionnement que l’Australie ou l’Espagne, voire l’Allemagne avec un reconfinement ciblé. La vigilance est donc de mise en France pour éviter la propagation du virus. Il ne faut pas oublier de porter un masque, de respecter la distanciation sociale d’un mètre et de se désinfecter les mains avec du gel hydroalcoolique. Si vous devez sortir dans un lieu clos, le respect de ces conditions sanitaires est indispensable, cela est aussi valable pour une sortie en extérieur. Les chiffres sont surveillés avec la plus grande précision, mais ces éléments montrent que le Covid-19 reprend un peu de force en France.


Jennifer Pardé

Jennifer Pardé

Je suis passionnée par les mots, le métier de rédactrice Web s’est dévoilé comme incontournable il y a plus de 8 ans. Je n’hésite pas à partager mon avis sur tous les sujets notamment la politique, la télévision et les people.